Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bachar al-Assad, "boucher" ou interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" serait déprogrammé du FESPACO

En savoir plus

FOCUS

Élections européennes : l'enjeu de l'immigration

En savoir plus

FOCUS

Les officiers du LAPD équipés de caméras portatives

En savoir plus

FOCUS

En Tunisie, le tourisme reprend des couleurs

En savoir plus

FOCUS

Le FPÖ ou la nostalgie d'un "monde allemand"

En savoir plus

FOCUS

Les médias pakistanais n’hésitent plus à s’autocensurer

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fumio Kishida , ministre des Affaires étrangères du Japon

En savoir plus

POLITIQUE

"Le vrai problème, c’est le fonctionnement de l’État grec"

En savoir plus

Culture

Les Golden Globes couronnent "The Social Network" et le film français "Carlos"

Vidéo par Alain KRUGER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/01/2011

"Le Discours d'un roi", de Tom Hooper, avait été sept fois nommé aux Golden Globes... mais "The Social Network", de David Fincher, lui a volé la vedette en raflant quatre trophées. Parmi les films récompensés, "Carlos" du Français Olivier Assayas.

AFP - La 68e cérémonie des Golden Globes a couronné dimanche à Beverly Hills "The Social network" et boudé "Le discours d'un roi", alors qu'elle faisait de Colin Firth et Natalie Portman de sérieux candidats à l'Oscar et qu'elle primait le film français "Carlos".

Le favori de la soirée, "Le discours d'un roi" du Britannique Tom Hooper, n'a pas été capable de transformer ses sept nominations en autant de trophées, largement devancé finalement par "The Social network", quatre fois vainqueur.

Le film aussi brillant que virtuose de David Fincher, qui retrace la naissance controversée du réseau de sociabilisation Facebook, a remporté les Golden Globes de meilleur film dramatique -- le plus prestigieux de la soirée --, meilleur réalisateur, meilleur bande originale et meilleur scénario.

"Le discours d'un roi" a dû se contenter du Golden Globe du meilleur acteur dramatique, décerné au Britannique Colin Firth pour son incarnation du roi George VI, aux prises avec des problèmes de bégaiement.

"Arriver au milieu de sa vie avec sa dignité et son jugement intacts peut être difficile et parfois, on a juste besoin d'un petit regain d'assurance pour garder le cap", a déclaré l'acteur de 50 ans, qui devient un candidat incontournable à l'Oscar.

Natalie Portman, distinguée pour son rôle de danseuse paranoïaque dans le film de Darren Aronofsky "Black swan" -- qui ne remporte lui aussi qu'une récompense -- repart quant à elle avec le Golden Globe de la meilleure actrice dramatique et peut prétendre elle aussi à un Oscar le 27 février prochain.

Rayonnante dans une robe crème dont le drapé dissimulait sa grossesse, l'actrice était venue avec son fiancé, le danseur français Benjamin Millepied.

Au rayon comédie, "Tout va bien! The kids are all right" a remporté les trophées de meilleur film et de meilleure actrice de comédie pour Annette Bening, formidable en lesbienne essayant de sauver son couple.

Elle s'est déclarée honorée d'avoir pu faire partie d'un film "ou deux femmes profondément amoureuses essaient de maintenir l'unité de leur famille".

"The Fighter" de David O. Russell, autre favori de la soirée, a raflé les deux Golden Globes des acteurs secondaires, décernés au Britannique Christian Bale et à l'Américaine Melissa Leo.

"Inception" de Christopher Nolan, gros succès public et critique, est en revanche le grand perdant de la soirée, dont il est reparti bredouille.

Côté français, si "Le Concert" de Radu Mihaileanu a dû s'incliner devant le danois "Revenge" pour le meilleur film étranger, le formidable "Carlos" d'Olivier Assayas, qui retrace la vie du célèbre terroriste, a reçu le trophée de la meilleure mini-série ou film pour la télévision.

La soirée a également distingué deux géants d'Hollywood, Al Pacino, pour son rôle dans le téléfilm "You don't know Jack" -- qui lui avait déjà rapporté un Emmy en août dernier -- et Robert De Niro, qui s'est vu remettre le prix Cecil B. DeMille pour l'ensemble de sa carrière.

"On fait de son mieux, quand on fait un film", a-t-il déclaré à une salle debout. "C'est au public de décider si c'est divertissant, aux critiques de décider si c'est bon et, au final, à la postérité de dire si c'est de l'art".

Les récents déboires judiciaires de l'Association de la presse étrangère à Hollywood -- organisatrice des Golden Globes --, accusée cette semaine de corruption par un ancien collaborateur, ont aussi eu leur place dans la soirée, par la voix de son caustique présentateur Ricky Gervais.

Ce dernier a assuré à une salle hilare que les nominations de Johnny Depp et Angelina Jolie pour "The Tourist" -- raillées à Hollywood -- n'avaient pas seulement été accordées pour s'assurer leur présence à la soirée, mais aussi pour toucher "des pots-de-vins".
 

Première publication : 17/01/2011

  • CINÉMA

    Facebook sur grand écran, le parcours ambigu d'un étudiant devenu milliardaire

    En savoir plus

  • CINÉMA

    "The Social Network", le film qui inquiète Facebook

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)