Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

Moyen-orient

Le Hezbollah prêt à "se défendre" contre toute accusation du TSL

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/01/2011

Le parti chiite libanais refuse d'"endosser" l'assassinat, en 2005, de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri. Ce lundi, le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), chargé d'enquêter sur l'affaire, doit délivrer son acte d'accusation.

AFP - Le Hezbollah "se défendra" contre toute accusation l'impliquant dans l'assassinat du dirigeant libanais Rafic Hariri, a affirmé dimanche son chef, Hassan Nasrallah, à la veille de la remise prévue de l'acte d'accusation du Tribunal spécial pour le Liban, chargé de l'enquête.
              
"Nous ne permettrons pas, je le répète, nous ne permettrons pas que notre réputation ou notre dignité soit salie, qu'on fasse l'objet d'un complot et qu'on nous fasse endosser injustement le sang de (l'ancien) Premier ministre martyr Rafic Hariri", a déclaré Hassan Nasrallah dans un discours télévisé retransmis par la télévision Al-Manar du parti islamiste chiite armé.
              

"Nous agirons pour défendre notre dignité, notre existence et notre réputation", a-t-il martelé.
              
Hassan Nasrallah a indiqué que le parti ferait savoir dans les prochains jours comment il allait se défendre, "à la lumière de l'acte d'accusation du (procureur du TSL Daniel) Bellemare", sans plus de précisions.
              
"Il me semble que les autorités ont été notifiées que l'acte d'accusation allait être remis lundi", a-t-il indiqué.
              
La puissante formation chiite, qui s'attend à être mise en cause dans l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri en 2005, accuse le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), de faire partie d'un "complot israélo-américain" visant à la détruire.
              
L'acte d'accusation, dont la remise par le procureur du TSL au juge de la mise en état est prévue lors d'une audience à huis clos lundi, est à l'origine de la crise qui secoue actuellement le Liban. Le gouvernement de Saad Hariri, fils de Rafic, s'est effondré mercredi après la démission des ministres du Hezbollah et de ses alliés.
              
Lundi, le président de la République Michel Sleimane entame des consultations avec les groupes parlementaires en vue de nommer un nouveau Premier ministre.
              
Selon le chef du Hezbollah, le "timing" de la remise de l'acte d'accusation s'inscrit dans le cadre des pressions internationales en vue de renommer Saad Hariri comme Premier ministre.
              
"Le +timing+ de l'acte d'accusation fait partie de la bataille politique contre nous (...) en vue de faire prévaloir un candidat", a souligné le chef du Hezbollah.
              
Il a indiqué que l'opposition menée par son parti n'allait pas proposer le nom de M. Hariri auprès du chef d'Etat.
              
"Il est clair qu'il y a un consensus au sein de l'opposition pour ne pas proposer le nom de M. Hariri".
              
"Dès que la possibilité d'un autre candidat a été évoquée (...), il n'y a pas eu une seule capitale occidentale qui ne s'est pas mobilisée", a-t-il accusé.
              
La crise politique dans ce petit pays méditerranéen fait craindre une résurgence des violences et inquiète la communauté internationale.
              
Dimanche soir, le président français Nicolas Sarkozy a proposé la création d'un "Groupe de contact" de pays qui seraient prêts à mettre en commun leurs efforts pour aider le Liban à surmonter sa crise gouvernementale, selon un communiqué de l'Elysée.

 

Première publication : 17/01/2011

  • LIBAN

    Le Hezbollah précipite la chute du gouvernement pour faire plier Hariri

    En savoir plus

  • LIBAN

    L'explosion qui a tué Rafic Hariri reconstituée en France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)