Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Amériques

L'ex-dictateur Jean-Claude Duvalier de retour sur ses terres après 25 ans d'exil

Vidéo par Margaux CHOURAQUI , Carlotta RANIERI , Axelle SIMON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/01/2011

À la surprise générale, l'ancien président "à vie" haïtien a atterri dimanche soir à Port-au-Prince. Exilé en France, l'ex-dictateur, surnommé "Bébé Doc" par ses compatriotes, ne s'était pas rendu dans l'île depuis son renversement en 1986.

AFP - L'ancien président "à vie" haïtien Jean-Claude Duvalier, chassé du pouvoir par une révolte populaire en 1986, est arrivé dimanche en Haïti après 25 ans d'exil alors que le pays traverse une grave crise politique.
              
A la surprise générale, Jean-Claude Duvalier, qui avait succédé en 1971 à son père François Duvalier et que les Haïtiens surnomment "Baby Doc", a atterri à l'aéroport de Port-au-Prince dimanche en fin d'après-midi à bord d'un vol Air France, a constaté un journaliste de l'AFP.
              
Alors qu'il se trouvait avec sa compagne à l'intérieur de l'aéroport, en train de remplir les formalités administratives, M. Duvalier a déclaré aux journalistes: "Je suis venu pour aider" le peuple haïtien.
              
Jean-Claude "Duvalier est un citoyen haïtien qui rentre au pays comme il en a le droit", a réagi le Premier ministre Jean-Max Bellerive auprès de l'AFP. "J'espère simplement que cela ne va pas compliquer une situation politique déjà tendue", a-t-il aussitôt ajouté.
              
Lorsqu'il est descendu de l'avion, l'ex-dictateur a embrassé le sol, a raconté sa compagne Véronique Roy à l'AFP. Il a alors déclaré: "Haïti mon pays, le pays de Dessalines", en référence au héros de l'indépendance d'Haïti Jean-Jacques Dessalines, toujours selon elle.
              
Mme Roy a déclaré que c'est le séisme dévastateur du 12 janvier 2010 et ses quelque 250.000 morts qui ont poussé le couple à revenir en Haïti. "Ca a été le déclic, nous avons vu les images à la télévision", a-t-elle dit alors que le pays vient de commémorer le premier anniversaire de la catastrophe.
              
Dans une athmosphère festive, des centaines de partisans de "Baby Doc" se son rapidement rassemblés devant l'aéroport.
              
"Duvalier de retour, nous allons avoir un vrai pays maintenant, nous sommes contents qu'il soit là pour redonner au pays son image d'antan", dit Ronald Brévil, 25 ans, accouru à l'aéroport pour voir en vrai l'ex-président qu'il n'a pourtant jamais connu.
              
"Il doit être jugé, il a commis des crimes et a volé l'argent du peuple. Vive Aristide", crie en retour un jeune nostalgique de la présidence de Jean-Bertrand Aristide, avant son exil forcé en 2004.
              
Agé de 59 ans, l'ex-dictateur vivait en exil en France depuis près de 25 ans. Il revient dans un pays plongé dans une grave crise politique, le jour même où devait être organisé le deuxième tour de l'élection présidentielle qui a finalement été repoussé sine die en raison des incertitudes pesant sur les résultats du premier tour.
              
Tout au long de son exil, Jean-Claude Duvalier qui avait été à 19 ans le plus jeune chef d'Etat du monde, a répété qu'il souhaitait revenir "un jour" en Haïti.
              
En 2007, il était intervenu sur les ondes haïtiennes pour demander "pardon au peuple haïtien pour les erreurs commises pendant son règne".
              
En doutant de la sincérité de ce message, le président René Préval avait alors relevé que s'il y avait "le pardon", il y avait aussi "la justice".
              
L'ex-dictateur a notamment été accusé de détournements de fonds pendant l'exercice de son pouvoir. Les autorités d'Haïti estiment que plus de 100 millions de dollars ont été détournés sous le couvert d'oeuvres sociales jusqu'à la chute en 1986 de "Baby Doc".
              
La France avait accepté en 1986 d'accueillir Jean-Claude Duvalier, à titre temporaire, alors que ce dernier était confronté depuis fin novembre 1985 à des manifestations anti-gouvernementales, qui avaient fait plusieurs dizaines de morts.
              
Comme le président Jean Bertrand Aristide en 2004, "Baby Doc" avait été poussé à la démission par les Etats-Unis. L'ex-président avait ensuite profité d'une retraite dorée dans de vastes demeures de la Côte d'Azur.
             
 

Première publication : 17/01/2011

  • HAÏTI

    Le pays commémore le premier anniversaire du séisme

    En savoir plus

  • HAÏTI

    Dans les camps, les femmes vivent dans l’angoisse des viols

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)