Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ukraine : des législatives sous tension

En savoir plus

REPORTERS

Catalogne, la rebelle espagnole

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : un policier tué dans une fusillade dans la banlieue de Tunis

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FOCUS

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris retrouve son Picasso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ottawa : histoire d'une photo

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attaque d'Ottawa : Stephen Harper caché dans un placard

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Tempête au Parti socialiste : "PS, cela ne veut pas dire PlayStation"

En savoir plus

Culture

Mort de l'académicien Jean Dutourd à l'âge de 91 ans

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/01/2011

L'académicien Jean Dutourd est décédé lundi soir à l'âge de 91 ans. Ancien résistant, cet écrivain de droite, connu pour ses critiques acerbes de la société contemporaine, avait reçu le prix Interallié en 1952 pour son roman "Au bon beurre"

AFP - Réactionnaire, provocateur, ronchon, l'écrivain Jean Dutourd, qui vient de mourir à l'âge de 91 ans, était devenu une figure familière de la littérature et des médias en brocardant pendant plus de 50 ans le conformisme et la médiocrité de l'époque.
              
Dutourd avait un physique de grognard, avec pipe et moustaches, et l'âme d'un résistant. Né en janvier 1920 à Paris, mobilisé et fait prisonnier en 1940, il s'évade pour rejoindre la Résistance, où il est co-fondateur du mouvement Libération-Sud. Arrêté une nouvelle fois en 1944, il s'évade à nouveau et participe à la Libération de Paris.
              
Dès lors, l'écrivain empruntera les chemins de traverse pour dénoncer la bêtise triomphante et les modes, les jargonneurs et l'air du temps.
              
"Nous sommes, sans aucun doute, beaucoup plus bêtes aujourd'hui qu'il y a cent ans. Et d'une toute autre bêtise, expliquait-il. Celle du XIXè siècle était cartésienne... C'était une bêtise d'idées. Aujourd'hui, il n'y a plus d'idées, la bêtise est toute nue, fondée sur le vocabulaire : on dit n'importe quoi, du charabia, des choses qui n'ont pas de sens".
              
Ecrivain, Jean Dutourd donne le meilleur de son oeuvre dès les années 1950. "Au bon beurre", prix Interallié 1952, brosse le portrait caustique d'un couple d'épiciers opportunistes et cruels sous l'Occupation. Un livre qui lui vaut l'image d'un boutiquier des lettres roublard dont il fera son fonds de commerce.
              
Admirateur inconditionnel du général de Gaulle, cet érudit bourru, qui puisait ses références chez Montaigne, Proust et Balzac, sera de 1963 à 1999 chroniqueur puis éditorialiste du quotidien populaire France Soir.
              
Le 14 juillet 1978, un attentat à la bombe, jamais revendiqué, détruit son appartement parisien. "Ca m'a rajeuni. Ca m'a rappelé l'époque où c'est moi qui posais les explosifs", dit-il alors : "Ca prouve au moins que j'ai du style".
              
Entre temps, son oeuvre s'est enrichie d'une trentaine de titres. Des "Taxis de la Marne" (1956) au "Demi-solde" (1964), ou au "Printemps de la vie" (1972).
              
Elu en novembre 1978 à l'Académie française, il peaufine son image de râleur renfrogné et aligne les essais polémiques et les odes à la France d'autrefois : "De la France considérée comme une maladie" (1982), "Henri ou l'Education nationale" (1982) ou "La Gauche la plus bête du monde" (1985).
              
Mais le prosateur élitiste, l'acrobate de l'imparfait du subjonctif, élargit son public avec l'émission "Les Grosses têtes" sur RTL, auxquelles il participe assidûment dans les années 1980. Dutourd répond à toutes les questions, au côté d'improbables vedettes du show-biz. Il devient en quelques années un personnage familier de la radio et de la télévision, l'académicien de service, au côté de l'aristocratique Jean d'Ormesson.
              
Homme de droite, pourfendeur de la science et du progrès, cet esprit malin, père de deux enfants, dont une fille décédée, savait susciter l'admiration au delà de son camp quand il s'agissait de défendre la langue française. "Dans une époque de misère grammaticale, c'est agréable de trouver quelqu'un qui sait écrire", a dit de lui Philippe Sollers.
              
Ses prises de positions controversées en faveur des Serbes de Bosnie lors du conflit dans l'ex-Yougoslavie, comme son rejet virulent de la féminisation des noms à la fin des années 1990, firent en revanche grincer des dents.
              
Et si, avec quelque 70 livres à son actif, l'auteur d'"Au bon beurre" a "beaucoup tartiné" - comme l'a écrit Le Canard enchaîné -, il a su imposer la figure d'un écrivain populaire, qui s'attachait à dégonfler les fausses valeurs et les prétentions de son temps.

 

Première publication : 18/01/2011

COMMENTAIRE(S)