Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Culture

Mort de l'académicien Jean Dutourd à l'âge de 91 ans

©

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/01/2011

L'académicien Jean Dutourd est décédé lundi soir à l'âge de 91 ans. Ancien résistant, cet écrivain de droite, connu pour ses critiques acerbes de la société contemporaine, avait reçu le prix Interallié en 1952 pour son roman "Au bon beurre"

AFP - Réactionnaire, provocateur, ronchon, l'écrivain Jean Dutourd, qui vient de mourir à l'âge de 91 ans, était devenu une figure familière de la littérature et des médias en brocardant pendant plus de 50 ans le conformisme et la médiocrité de l'époque.
              
Dutourd avait un physique de grognard, avec pipe et moustaches, et l'âme d'un résistant. Né en janvier 1920 à Paris, mobilisé et fait prisonnier en 1940, il s'évade pour rejoindre la Résistance, où il est co-fondateur du mouvement Libération-Sud. Arrêté une nouvelle fois en 1944, il s'évade à nouveau et participe à la Libération de Paris.
              
Dès lors, l'écrivain empruntera les chemins de traverse pour dénoncer la bêtise triomphante et les modes, les jargonneurs et l'air du temps.
              
"Nous sommes, sans aucun doute, beaucoup plus bêtes aujourd'hui qu'il y a cent ans. Et d'une toute autre bêtise, expliquait-il. Celle du XIXè siècle était cartésienne... C'était une bêtise d'idées. Aujourd'hui, il n'y a plus d'idées, la bêtise est toute nue, fondée sur le vocabulaire : on dit n'importe quoi, du charabia, des choses qui n'ont pas de sens".
              
Ecrivain, Jean Dutourd donne le meilleur de son oeuvre dès les années 1950. "Au bon beurre", prix Interallié 1952, brosse le portrait caustique d'un couple d'épiciers opportunistes et cruels sous l'Occupation. Un livre qui lui vaut l'image d'un boutiquier des lettres roublard dont il fera son fonds de commerce.
              
Admirateur inconditionnel du général de Gaulle, cet érudit bourru, qui puisait ses références chez Montaigne, Proust et Balzac, sera de 1963 à 1999 chroniqueur puis éditorialiste du quotidien populaire France Soir.
              
Le 14 juillet 1978, un attentat à la bombe, jamais revendiqué, détruit son appartement parisien. "Ca m'a rajeuni. Ca m'a rappelé l'époque où c'est moi qui posais les explosifs", dit-il alors : "Ca prouve au moins que j'ai du style".
              
Entre temps, son oeuvre s'est enrichie d'une trentaine de titres. Des "Taxis de la Marne" (1956) au "Demi-solde" (1964), ou au "Printemps de la vie" (1972).
              
Elu en novembre 1978 à l'Académie française, il peaufine son image de râleur renfrogné et aligne les essais polémiques et les odes à la France d'autrefois : "De la France considérée comme une maladie" (1982), "Henri ou l'Education nationale" (1982) ou "La Gauche la plus bête du monde" (1985).
              
Mais le prosateur élitiste, l'acrobate de l'imparfait du subjonctif, élargit son public avec l'émission "Les Grosses têtes" sur RTL, auxquelles il participe assidûment dans les années 1980. Dutourd répond à toutes les questions, au côté d'improbables vedettes du show-biz. Il devient en quelques années un personnage familier de la radio et de la télévision, l'académicien de service, au côté de l'aristocratique Jean d'Ormesson.
              
Homme de droite, pourfendeur de la science et du progrès, cet esprit malin, père de deux enfants, dont une fille décédée, savait susciter l'admiration au delà de son camp quand il s'agissait de défendre la langue française. "Dans une époque de misère grammaticale, c'est agréable de trouver quelqu'un qui sait écrire", a dit de lui Philippe Sollers.
              
Ses prises de positions controversées en faveur des Serbes de Bosnie lors du conflit dans l'ex-Yougoslavie, comme son rejet virulent de la féminisation des noms à la fin des années 1990, firent en revanche grincer des dents.
              
Et si, avec quelque 70 livres à son actif, l'auteur d'"Au bon beurre" a "beaucoup tartiné" - comme l'a écrit Le Canard enchaîné -, il a su imposer la figure d'un écrivain populaire, qui s'attachait à dégonfler les fausses valeurs et les prétentions de son temps.

 

Première publication : 18/01/2011

Comments

COMMENTAIRE(S)