Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Pour le chef des Farc, l'accord signé en Colombie "jette les bases d'une paix durable"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FRANCE

Juppé défend Alliot-Marie auditionnée sur la question tunisienne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/01/2011

Alain Juppé, le ministre de la Défense, soutient la ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, auditionnée par l'Assemblée pour avoir proposé le "savoir-faire" français en matière de maintien de l'ordre au régime de Ben Ali.

AFP - Le ministre de la Défense, Alain Juppé, a estimé mardi qu'"il n'y a pas eu de défaillance du gouvernement" face aux événements en Tunisie et que la France n'a "pas plus que d'autres" à faire d'autocritique pour la façon dont elle a réagi.            

"Je crois qu'il n'y a pas eu de défaillance du gouvernement", a déclaré Alain Juppé sur RTL. "Un gouvernement ne réagit pas en allant manifester dans la rue, il réfléchit, il réagit avec sang-froid et très rapidement, le gouvernement français a pris une position, il appartient au peuple tunisien de décider de son destin dans le cadre d'élections libres et démocratiques", a-t-il poursuivi.
              
"Nous avons pris également la décision de ne pas accueillir sur le sol national Ben Ali et de bloquer ses avoirs financiers. Je crois qu'il y a là une réaction parfaitement claire", a souligné le numéro 2 du gouvernement.
              
Selon M. Juppé, "on attend beaucoup de la France". "J'aimerais qu'on me cite un seul grand gouvernement européen ou américain qui, avant les événements de Tunisie, avait souhaité le départ de Ben Ali", a-t-il déclaré.
              
"Nous avons, c'est vrai, tous sous-estimé - je l'ai dit - le degré d'exaspération et de révolte du peuple tunisien face à un régime qui était un régime policier", a poursuivi M. Juppé.
              
A propos des déclarations de la ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie, qui avait proposé une coopération sécuritaire au régime du président Ben Ali après le déclenchement des émeutes en Tunisie, il a déclaré : "J'ai observé que Michèle Alliot-Marie, hier soir, sur l'attitude de la France à propos de la Tunisie, a dit les mêmes choses que ce que je dis ce matin".
              
M. Juppé a considéré que la France n'a "pas plus que d'autres" à faire d'autocritique dans cette affaire.

Première publication : 18/01/2011

  • TUNISIE

    Paris appelle à la fin des violences et à des élections "dans les meilleurs délais"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)