Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Brésil : à la conquête de l'électorat populaire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le duo Pouyanné-Desmaret aux manettes de Total

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'EI : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak, mais à quel prix ?

En savoir plus

DÉBAT

Migrants illégaux : l'impasse à Calais, dans le nord de la France

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile mexicaine réclame la démission du président

En savoir plus

FRANCE

Un adolescent de 17 ans s'immole par le feu dans un lycée de Marseille

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/01/2011

Peut-être influencé par le geste du jeune garçon de Sidi Bouzid à l'origine des émeutes qui ont conduit à la chute du président Ben Ali en Tunisie, un lycéen de 17 ans s'est immolé par le feu dans un lycée du centre de Marseille, ce mardi.

AFP - Un lycéen de 17 ans était mardi soir dans un état critique au sein du service des grands brûlés d'un hôpital marseillais après avoir tenté, pour une raison inconnue, de s'immoler par le feu dans un établissement scolaire privé du centre-ville.

"Il a été transporté à l'hôpital dans un état très grave puisque son pronostic vital était engagé", ont indiqué les marins-pompiers, précisant que l'adolescent avait été admis au service des grands brûlés de l'hôpital de La Conception.

Selon l'Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM), l'adolescent était en fin d'après-midi dans un "état critique".

Le procureur de la République de Marseille, Jacques Dallest, s'est rendu sur place. Le pronostic vital du jeune homme est "très incertain", a-t-il dit, lors d'un point de presse.

"Il s'agit en toute vraisemblance d'une tentative de suicide par immolation d'un jeune lycéen de 17 ans qui s'est arrosé d'un liquide" non-identifié, a expliqué le représentant du parquet.

"Il semblerait que c'est un jeune en difficulté scolaire dont les parents sont séparés" mais il est "trop tôt pour dire les raisons de ce geste", selon M. Dallest, ajoutant qu'il avait pu être influencé "par ce qu'il a pu voir dans les médias sur l'Afrique du Nord".

Le jeune homme se serait aspergé de ce liquide dans les toilettes de son établissement, le collège-lycée Saint-Joseph-Les-Maristes, situé dans le 6e arrondissement, a-t-on appris auprès des marins-pompiers et de source proche de l'enquête.

Selon les pompiers intervenus à 15h10, la victime présente des blessures au deuxième et au troisième degrés sur 70% du corps.

Une cellule de crise a été mise en place au sein de l'établissement, a-t-on appris auprès de sa direction qui ne souhaitait pas communiquer.

Le jeune homme se trouvait au deuxième étage de l'établissement et "a pu descendre dans la cour et s'est effondré devant un certain nombre d'élèves", a détaillé M. Dallest.

"Il a eu le temps de dire quelques mots: +j'en ai marre+", a ajouté le procureur.

Selon un élève de l'établissement, la victime serait un élève de 1ère ES. Ce jeune témoin était en classe quand il a entendu des cris, est sorti et a vu son camarade en flammes qui dévalait les escaliers pour descendre dans la cour.

L'alarme incendie de l'établissement s'est déclenchée.

Selon des élèves, c'est un surveillant qui a éteint le feu.

Le ministre de l'Éducation, Luc Chatel, "a demandé à l'inspecteur d'académie de se rendre sur place pour être aux côtés de la communauté éducative et pour l'accompagner dans cette épreuve", selon un communiqué du ministère. "Luc Chatel assure la famille de cet élève de tout son soutien et la communauté éducative de sa solidarité la plus totale", a-t-il ajouté.

Le maire UMP de Marseille, Jean-Claude Gaudin, a affirmé avoir "appris avec stupeur et horreur le geste désespéré de l'adolescent". M. Gaudin a enseigné l'histoire-géographie dans cet établissement, il souligne donc y être resté "très attaché" et "souhaite de tout (s)on coeur que ce jeune homme, actuellement dans un état critique, puisse se remettre de ses blessures".

Le 17 novembre, un lycéen bordelais de 18 ans avait lui aussi tenté de s'immoler au lycée professionnel Toulouse-Lautrec. Il avait dû être hospitalisé dans un état critique au service des grands brûlés du CHU de Bordeaux, et reste placé depuis en coma artificiel dans cet hôpital.
 

Première publication : 18/01/2011

  • AFRIQUE DU NORD

    Les immolations par le feu pour protester contre le coût de la vie se multiplient

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Un Égyptien s'immole par le feu devant l'Assemblée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)