Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • En direct : 51 Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

EUROPE

Empêtré dans le "Rubygate", Silvio Berlusconi exclut de démissionner

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/01/2011

Le Premier ministre italien Silvio Berlusconi se dit "serein" malgré l'ouverture, vendredi, à Milan, d'une enquête pour prostitution de mineure et abus de fonctions dans laquelle il est visé. Le Cavaliere exclut de quitter ses fonctions.

AFP - Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a catégoriquement exclu mardi de démissionner, se disant "serein" face aux remous suscités par l'enquête Rubygate qui le vise à Milan pour prostitution de mineure et abus de fonctions.

"Mais vous êtes fous ?", a répondu M. Berlusconi à des journalistes qui lui demandaient s'il pourrait quitter ses fonctions en raison de l'émoi causé dans le pays par l'avalanche d'écoutes téléphoniques compromettantes publiées par les journaux. "Je suis absolument serein, je m'amuse", a-t-il affirmé avant d'assister à une réunion des députés de son parti PDL avec ses avocats.

Le parquet de Milan a annoncé vendredi dernier enquêter sur les agissements du Cavaliere, soupçonné d'avoir rémunéré les prestations d'une prostituée mineure, Ruby, une jeune Marocaine, un délit puni de six mois à trois ans de prison au regard de la loi italienne. Les juges de Milan veulent aussi vérifier s'il a abusé de sa position pour faire libérer Ruby en mai quand elle venait d'être interpellée pour vol présumé.

Dans ce cadre, le parquet a adressé une requête au parlement pour perquisitionner des locaux rattachés à M. Berlusconi en sa qualité de député.

Pour expliquer cette requête, les juges ont fourni 389 pages de documentation contenant des écoutes téléphoniques et témoignages de dizaines de jeunes femmes sur leurs soirées très particulières dans la villa d'Arcore du Cavaliere, près de Milan (nord).

Selon des participants à la réunion entre députés et avocats du chef du gouvernement, M. Berlusconi a défini le Rubygate comme "une construction médiatique, c'était de l'espionnage permanent".

Il leur a rappelé au passage, ont dit ces participants, avoir lui-même fait adopter la loi contre la prostitution de mineurs, en 2006. Le Cavaliere a affirmé que les accusations à son encontre se retourneraient comme un boomerang contre ceux qui les soutiennent.

Aussi bien M. Berlusconi que Ruby nient avoir eu des relations intimes.

Première publication : 18/01/2011

  • ITALIE

    Ouverture d'une enquête sur Berlusconi dans l'affaire de prostitution "Ruby"

    En savoir plus

  • ITALIE

    La Cour constitutionnelle annule partiellement l'immunité de Berlusconi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)