Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

EUROPE

Empêtré dans le "Rubygate", Silvio Berlusconi exclut de démissionner

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/01/2011

Le Premier ministre italien Silvio Berlusconi se dit "serein" malgré l'ouverture, vendredi, à Milan, d'une enquête pour prostitution de mineure et abus de fonctions dans laquelle il est visé. Le Cavaliere exclut de quitter ses fonctions.

AFP - Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a catégoriquement exclu mardi de démissionner, se disant "serein" face aux remous suscités par l'enquête Rubygate qui le vise à Milan pour prostitution de mineure et abus de fonctions.

"Mais vous êtes fous ?", a répondu M. Berlusconi à des journalistes qui lui demandaient s'il pourrait quitter ses fonctions en raison de l'émoi causé dans le pays par l'avalanche d'écoutes téléphoniques compromettantes publiées par les journaux. "Je suis absolument serein, je m'amuse", a-t-il affirmé avant d'assister à une réunion des députés de son parti PDL avec ses avocats.

Le parquet de Milan a annoncé vendredi dernier enquêter sur les agissements du Cavaliere, soupçonné d'avoir rémunéré les prestations d'une prostituée mineure, Ruby, une jeune Marocaine, un délit puni de six mois à trois ans de prison au regard de la loi italienne. Les juges de Milan veulent aussi vérifier s'il a abusé de sa position pour faire libérer Ruby en mai quand elle venait d'être interpellée pour vol présumé.

Dans ce cadre, le parquet a adressé une requête au parlement pour perquisitionner des locaux rattachés à M. Berlusconi en sa qualité de député.

Pour expliquer cette requête, les juges ont fourni 389 pages de documentation contenant des écoutes téléphoniques et témoignages de dizaines de jeunes femmes sur leurs soirées très particulières dans la villa d'Arcore du Cavaliere, près de Milan (nord).

Selon des participants à la réunion entre députés et avocats du chef du gouvernement, M. Berlusconi a défini le Rubygate comme "une construction médiatique, c'était de l'espionnage permanent".

Il leur a rappelé au passage, ont dit ces participants, avoir lui-même fait adopter la loi contre la prostitution de mineurs, en 2006. Le Cavaliere a affirmé que les accusations à son encontre se retourneraient comme un boomerang contre ceux qui les soutiennent.

Aussi bien M. Berlusconi que Ruby nient avoir eu des relations intimes.

Première publication : 18/01/2011

  • ITALIE

    Ouverture d'une enquête sur Berlusconi dans l'affaire de prostitution "Ruby"

    En savoir plus

  • ITALIE

    La Cour constitutionnelle annule partiellement l'immunité de Berlusconi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)