Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Economie

L'ex-banquier suisse qui voulait faire tomber le secret bancaire

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 19/01/2011

Accusé par la banque Bear Stearn d'avoir dérobé des documents sensibles, Rudolf Elmer comparaît ce mercredi devant la justice helvète. Cet ex-banquier suisse, qui a collaboré avec WikiLeaks, lutte contre le secret bancaire.

Le secret bancaire suisse l’énerve au plus haut point. L’ex-dirigeant de la banque suisse Julius Baer, Rudolf Elmer, a connu son heure de gloire, lundi, en remettant à Julian Assange, la figure emblématique de WikiLeaks devant les journalistes du monde entier deux CD censés contenir le détail de 2000 comptes en suisse de personnes et sociétés de premier plan. Selon WikiLeaks, qui a publié en décembre plus de 250 000 câbles diplomatiques américains, les comptes d’hommes politiques britanniques, allemands, indiens et pakistanais figurent dans ce nouveau dossier explosif.

Mercredi, il pourrait connaître une heure beaucoup plus sombre. Rudolf Elmer comparaît en effet devant la justice suisse accusé par son ex-employeur d’avoir volé et falsifié des documents. Il encourt jusqu'à 8 mois de prison ferme.

De quoi faire trembler le système bancaire helvète ? C’est en tout cas ce que Rudolf Elmer espère. Et pas seulement depuis hier. L’ex-dirigeant de la banque suisse Julius Baer s’est mis en tête depuis plus de 5 ans de dénoncer l’évasion et la fraude fiscales qu’il qualifie sur son site de "plus grand vol de notre temps".

Le contentieux remonte au début des années 2000. Rudolf Elmer dirige alors la filiale de Julius Baer aux Îles Caïmans. Un poste idéal pour observer le train-train des banques dans un territoire reconnu comme un paradis fiscal. Et le banquier ne se prive pas pour constituer un petit dossier personnel. En 2002, son employeur, convaincu qu’il dérobe des documents, le licencie.

Harcèlement

Trois ans plus tard, Rudolf Elmer transmet une liste de comptes de Julius Baer à des journaux. Le Wall Street Journal fait alors état d'accusations de fraude fiscale à l'encontre de la banque mais sans citer de noms. Ce n’est qu’en 2008 que l’affaire prend de l’ampleur. WikiLeaks, déjà, rend publics les documents fournis par l’ex-banquier suisse. Julius Baer attaque alors le site en justice et obtient qu’il soit fermé.

Mais quelques mois plus tard, une contre-offensive judiciaire de plusieurs associations de défense des libertés permet l’annulation du premier verdict. La banque suisse souffre alors d’une très forte publicité négative et WikiLeaks réussit l’un de ses premiers gros coups.

Julius Baer ne lâche pas pour autant son ex-employé. La direction accuse Rudolf Elmer d’avoir falsifié certains documents transmis à WikiLeaks et même d’avoir harcelé d’autres salariés de la banque. Rudolf Elmer reconnaît que certains documents peuvent être faux mais accuse de son côté la banque de les avoir ajoutés lorsqu’il récupérait les informations afin de discréditer l’ensemble des révélations.

La nouvelle liste de 2 000 comptes en Suisse ne concernerait cette fois-ci pas que Julius Baer. Alors que son procès est proche, Rudolf Elmer espère peut-être ainsi apparaître moins comme l’homme d’une vendetta que comme le pourfendeur d’un système corrompu. Il compte également approcher un peu plus de son but affiché : amener le "scandale" des paradis fiscaux devant la Cour européenne des droits de l’Homme.

Première publication : 18/01/2011

  • ROYAUME-UNI

    La justice doit se prononcer début février sur l'extradition de Julian Assange

    En savoir plus

  • INTERNET

    Des déçus de WikiLeaks lancent OpenLeaks

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)