Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens en quête d’un avenir meilleur

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

  • Liga : Munir El Haddadi, la nouvelle perle du Barça

    En savoir plus

  • Mineurs, lieux publics... l'OMS prend position contre la e-cigarette

    En savoir plus

  • Libye : les Occidentaux dénoncent les "ingérences extérieures"

    En savoir plus

Amériques

"Bébé Doc" visé par quatre plaintes pour crimes contre l’humanité

Vidéo par Carlotta RANIERI , Karim YAHIAOUI

Texte par Guillaume LOIRET

Dernière modification : 20/01/2011

Jointe par France24.com, Michèle Montas, célèbre journaliste et opposante haïtienne, explique pourquoi elle a porté plainte contre Jean-Claude Duvalier, ce mercredi. Une initiative qualifiée d'"action chimérique" par l'avocat de l'ex-dictateur.

La journaliste haïtienne Michèle Montas et trois autres militants haïtiens des droits de l’Homme ont déposé plainte, ce mercredi, auprès de la justice haïtienne pour crimes contre l’humanité contre Jean-Claude Duvalier, alias "Bébé Doc", l’ex-dictateur haïtien qui a fait un retour surprise à Port-au-Prince dimanche dernier

Duvalier dément toute déclaration sur ses ambitions politiques

Après les déclarations de son entourage, Jean-Claude Duvalier dément s'être prononcé sur ses intentions politiques.

"Par la présente, je démens, de la manière la plus formelle qui soit, toutes déclarations politiques [...] qui me seraient imputées par un prétendu porte-parole, et faisant tout particulièrement allusion à des scénarios en relation avec le processus éléctoral en cours en Haïti, relayées par la presse nationale ou internationale."

"J’ai considéré son retour comme une gifle, explique à France24.com Michèle Montas, jointe par téléphone dans la capitale haïtienne. Beaucoup de citoyens haïtiens ont été affectés par le régime de Jean-Claude Duvalier… Lui a cru qu’il pouvait revenir en Haïti et s’en tirer comme cela !"

Michèle Montas était journaliste à Radio Haïti-Inter pendant les dix premières années de la dictature de Jean-Claude Duvalier (1971-1986). Elle et son époux - Jean Dominique, un célèbre journaliste haïtien assassiné en 2000 - ont dû fuir le pays en novembre 1980, alors qu’ils adoptaient un ton très critique envers le pouvoir. Ils n’ont pu y revenir qu’en 1986, après le départ de Duvalier fils.

Interrogée sur le "crime contre l’humanité" dont sa plainte est l’objet, Mme Montas explique qu’"à la fin des années 1980, il y a eu des rafles généralisées chez les militants des droits de l’Homme et les journalistes. Des personnes ont été torturées, ils ont pris tout ce qui bougeait. Et Radio Haïti a été détruite". Jean-Claude Duvalier est devenu célèbre pour les nombreuses exactions qui ont été commises sous son régime, des milliers d’opposants étant arbitrairement arrêtés et torturés. Certains ont même été assassinés.

Mardi soir, "Bébé Doc" a déjà été inculpé par un tribunal haïtien pour association de malfaiteurs, détournements de fonds et corruption en administration publique.

Focus : Le retour de "Bébé Doc" en Haïti

Claude Rosiers, 11 ans dans les geôles des Duvalier

Interrogé sur cette plainte par l’envoyée spéciale de FRANCE 24 à Port-au-Prince, Alexandra Renard, l’un des avocats de Jean-Claude Duvalier a dénoncé "une action chimérique". Plus tôt, un autre conseiller de l’ex-dictateur avait expliqué que celui-ci resterait "pour toujours" en Haïti, où il souhaitait "faire de la politique".

Des plaintes "chimériques", pour l'avocat de Duvalier

Outre Michèle Montas, trois autres personnalités haïtiennes ont déposé plainte contre "Baby Doc" pour crime contre l’humanité : le président de la Commission nationale de désarmement, démobilisation et réinsertion (CNDDR), Alix Fils-Aimé ; l’ancien prisonnier politique Claude Rosiers ; et la militante féministe Nicole Magloire.

Sous le titre "Le Triangle de la mort" (2003), Claude Rosiers a publié un récit de ses dix années passées dans les geôles de François et de Jean-Claude Duvalier, entre 1966 et 1977, alors qu'il était militant du Parti populaire de libération nationale (PPLN), un parti d’inspiration marxiste.

Les quatre plaintes seront instruites par le juge Jean Carves, qui doit prochainement convoquer les plaignants et surtout examiner les pièces attestant des faits reprochés à Jean-Claude Duvalier.

"Des violations généralisées et systématiques des droits fondamentaux"

Depuis le retour de l’ex-dictateur en Haïti, de nombreuses voix se sont élevées pour demander son arrestation, notamment celles d’Amnesty International, du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH-Haïti) ou encore du Centre œcuménique des droits de l’Homme (CEDH) de Haïti.

Hier, des Observateurs haïtiens de France24 exigeaient qu'"il soit jugé pour ses crimes".

Da

ns un communiqué publié mercredi matin, Amnesty International demande à ce que soit traduit en justice "un dirigeant dont les services de sécurité [se sont] livrés à des violations généralisées et systématiques des droits fondamentaux" et aux autorités haïtiennes d’"ouvrir une enquête sur Jean-Claude Duvalier et sur toute autre personne qui se serait rendue responsable de tels crimes, dont certains s’apparentent à des crimes contre l’humanité".

Jointe mercredi par France24.com, Amnesty International explique que la Cour pénale internationale (CPI) ne peut être saisie du cas Duvalier, les faits qui lui sont reprochés étant antérieurs à sa création en 1998.

Première publication : 19/01/2011

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Retour de "Bébé Doc" en Haïti : "Qu’il soit jugé pour ses crimes, ensuite on verra"

    En savoir plus

  • HAÏTI

    "Bébé Doc", dictateur sur le retour ?

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE HAÏTIENNE

    Le second tour de l'élection, initialement prévu ce dimanche, est sans cesse repoussé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)