Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

EUROPE

Les eurodéputés Verts réservent un accueil glacial à Viktor Orbán

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/01/2011

À la tête du Conseil de l'Union européenne depuis le 1er janvier, le Premier ministre hongrois a été fraîchement accueilli dans l'hémicycle du Parlement européen, où plusieurs eurodéputés ont fustigé sa loi controversée sur les médias.

AFP - Les eurodéputés du groupe des Verts ont brandi mercredi des Unes blanches de journaux à l'occasion d'un discours devant le Parlement européen du Premier ministre hongrois Viktor Orban, pour protester contre sa loi controversée sur les médias.

Les eurodéputés écologistes ont brandi ces Unes, de format A3, portant les titres de tous les quotidiens hongrois et la mention "censuré" au moment où M. Orban a commencé à présenter devant les députés réunis à Strasbourg (est de la France) les priorités de la présidence tournante de l'Union européenne, à laquelle son pays vient d'accéder.

Ces derniers jours, les députés d'autres groupes politiques du Parlement ont vivement critiqué cette loi, "proche de la censure" selon le chef des socialistes Martin Schulz qui réclame son retrait.

Le chef du groupe libéral, Guy Verhofstadt, a salué mardi l'annonce par la Commission européenne d'envoyer d'ici à la fin de la semaine une demande de clarifications au gouvernement hongrois à propos de ce texte.

"Quand de telles menaces pèsent sur les valeurs fondamentales de l'UE, comme la liberté des médias, il ne faut pas perdre de temps", a souligné M. Verhofstadt.

Le président de la Commission José Manuel Barroso avait annoncé mardi l'envoi d'une "première lettre au gouvernement hongrois, lettre à laquelle les autorités hongroises devront répondre".

Selon un porte-parole de la Commission, il s'agira d'une demande de "clarification", mais pas d'une lettre de mise en demeure qui marquerait le déclenchement d'une procédure d'infraction à la législation européenne par l'exécutif européen, chargé de veiller au respect des traités européens.

Lundi soir, la Commissaire européenne chargée du dossier, Neelie Kroes, avait répété devant les députés qu'un certain nombre de points dans ce texte de loi ne "semblaient pas satisfaisants à première vue".

Mme Kroes a notamment cité l'obligation d'enregistrement de tous les médias, y compris les médias en ligne comme les forums et les blogs, l'obligation d'une "couverture équilibrée" des événements nationaux et européens, et le processus de nomination des membres de l'autorité des médias, entièrement contrôlée par des personnalités proches du parti au pouvoir, le Fidesz.

Première publication : 20/01/2011

COMMENTAIRE(S)