Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Ben Laden conditionne le sort des otages au retrait des forces françaises

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/01/2011

Le chef d'Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, a lié la libération des otages français retenus en Afghanistan et au Sahel au retrait des forces françaises déployées en terres musulmanes, dans un message audio diffusé par la chaîne Al-Jazira.

AFP - Le chef du réseau Al-Qaïda, Oussama ben Laden, a lié la libération des otages français au retrait de la France d'Afghanistan et a averti que les positions du président Nicolas Sarkozy "coûteront cher" à la France, selon un enregistrement sonore diffusé vendredi par Al-Jazira.

Il s'agit du deuxième message de Ben Laden menaçant la France en moins de trois mois.

"Nous vous répétons le même message: la libération de vos prisonniers des mains de nos frères est liée au retrait de vos soldats de notre pays", a dit la voix attribuée à Ben Laden par la chaîne de télévision du Qatar, Al-Jazira.

Qui sont les otages français retenus dans le monde par Al-Qaïda ?

- Denis Allex (son nom est probablement un pseudonyme), un agent des services du renseignement français, est détenu depuis le 14 juillet 2009 en Somalie, probablement à Mogadiscio, par des islamistes shebab, mouvance liée à Al-Qaïda.

- Cinq Français, un Togolais et un Malgache, employés par Areva et Satom, ont été enlevés le 16 septembre 2010 au Niger. Ils sont retenus quelque part dans la région du Sahel, probablement dans le nord du Mali, par la mouvance d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).



S'adressant au peuple français, il a ajouté: "Le refus de votre président de se retirer d'Afghanistan est le résultat de son suivisme de l'Amérique et ce refus est un feu vert pour tuer vos prisonniers (...) mais nous ne ferons pas cela au moment qui lui convient à lui".

Cette position de M. Sarkozy "lui coûtera et vous coûtera cher sur différents fronts, à l'intérieur et à l'extérieur de la France", a poursuivi Ben Laden dont l'enregistrement ne pouvait être authentifié dans l'immédiat.

"Je ne vous annonce rien en vous disant qu'avec le montant de votre dette et votre budget en déficit, vous vous passerez de l'ouverture de nouveaux fronts", a-t-il ajouté.

Deux journalistes français, Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière, qui étaient en reportage pour France 3, ont été enlevés avec leurs trois accompagnateurs afghans par un groupe taliban local le 30 décembre 2009 à l'est de Kaboul, dans la province instable et montagneuse de la Kapisa.

Dans une vidéo transmise en avril 2010, les talibans avaient menacé de tuer les journalistes si Paris n'obtenait pas la libération de prisonniers en échange de leur remise en liberté. Le 28 décembre, une nouvelle vidéo qui daterait de la mi-novembre, montrant les journalistes très amaigris mais avec un bon moral, a été diffusée à leurs proches au Quai d'Orsay.

Environ 3.750 soldats français sont stationnés en Afghanistan.

La France est de plus en plus dans la ligne de mire d'Al-Qaïda.


Dans son dernier message diffusé le 27 octobre 2010, Ben Laden avait averti que la France ne connaîtrait la sécurité que si elle se retirait d'Afghanistan et cessait "ses injustices" à l'égard des musulmans. Il avait alors justifié l'enlèvement de cinq Français en septembre au Niger revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Les otages sont détenus au Mali.

Fin octobre, le ministre français de la Défense de l'époque, Hervé Morin, avait évoqué de possibles premiers retraits français d'Afghanistan en 2011, tout en assurant qu'ils n'avaient "absolument aucun lien" avec les menaces d'Al-Qaïda.

Première publication : 21/01/2011

  • MALI

    Aqmi exige que Paris négocie avec Ben Laden pour la libération des otages

    En savoir plus

  • SAHEL

    Qui sont les principaux émirs d'Aqmi ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)