Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"The Search", Bérénice Bejo sur le champ de bataille

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Vidéo : en Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je ne crois pas que ça va me hanter"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusif : Pour Essebsi, "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

Asie - pacifique

Téhéran commence les négociations en refusant de suspendre ses activités nucléaires

Vidéo par Jonathan WALSH , Shirli SITBON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/01/2011

À Istanbul, la délégation iranienne est arrivée à la table des négociations avec le groupe des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et l'Allemagne en excluant d'entrée de jeu de suspendre l'enrichissement d'uranium.

AFP - Les grandes puissances et l'Iran ont entamé des discussions vendredi à Istanbul, et Téhéran a prévenu qu'il refuse de discuter d'une suspension de ses activités d'enrichissement d'uranium, qui lui permettraient, selon les Occidentaux, d'acquérir la bombe atomique.

"Nous ne permettrons absolument pas que les discussions abordent la question de nos droits fondamentaux, comme la question d'une suspension de l'enrichissement" d'uranium, a déclaré à la presse Abolfazl Zohrevand, adjoint du négociateur en chef iranien, qui venait de prier dans une mosquée d'Istanbul, à la faveur d'une interruption dans les discussions.

"Nous allons nous concentrer sur la coopération", a ajouté l'adjoint du négociateur Said Jalili.

Les discussions, qui ont lieu dans le palais ottoman de Ciragan, réunissent la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton, intermédiaire du groupe des 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne, Allemagne), des représentants de ce groupe, et le négociateur iranien et son équipe.

À LA UNE : nucléaire iranien, un dialogue de sourd ?

L'Iran poursuit "avec vigueur" ses "activités d'enrichissement" d'uranium malgré les sanctions internationales, avait déclaré samedi dernier Ali Akbar Salehi, le chef du programme nucléaire iranien.

"Nous voulons obtenir des réponses sérieuses de l'Iran sur son programme nucléaire et l'affirmation par l'Iran qu'il respectera ses obligations internationales", a déclaré pour sa part à l'AFP un diplomate occidental proche des discussions.

Le même diplomate assure que "l'échange de combustible sera discuté à Istanbul", mais dans des termes qui doivent être actualisés.

L'Iran a rejeté en 2009 un projet du groupe de Vienne (Etats-Unis, Russie, France) d'envoi en Russie de 1.200 kg d'uranium iranien faiblement enrichi pour obtenir en contrepartie de la Russie et de la France du combustible pour le réacteur de recherche médicale de Téhéran.

En mai 2010, l'Iran a présenté avec la Turquie et le Brésil une contre-proposition prévoyant d'envoyer en "dépôt" en Turquie 1.200 kg de son uranium pour faire l'échange. Les grandes puissances ont ignoré cette offre.

"Les Six sont partisans du dialogue, mais aussi de la fermeté vis-à-vis de l'Iran. Concernant les gestes de bonne volonté, ils ont déjà été faits", a ajouté ce diplomate.

"Nous voulons lancer un processus sérieux et concret qui aborde le fond des problèmes posés par le programme nucléaire iranien", a pour sa part déclaré jeudi le porte-parole de la diplomatie américaine, Philip Crowley.

"Les Iraniens jouent la montre", a commenté à ce propos l'analyste français et spécialiste de l'Iran Bruno Tertrais. "Ils ont probablement appris de la Corée du Nord qu'on peut négocier longtemps avec les Etats-Unis tout en continuant un programme nucléaire", a-t-il déclaré à l'AFP.

"L'acquisition de l'arme nucléaire par l'Iran constitue une menace majeure pour la communauté internationale", a pour sa part affirmé la chef de la diplomatie française, Michèle Alliot-Marie, au quotidien israélien Haaretz.

Selon un diplomate turc, la première phase de discussions a réuni dans la matinée les deux délégations, soit environ 35 personnes. L'après-midi devait être consacré à des bilatérales entre Iraniens et différentes délégations. Il n'a pas été précisé si une réunion Iran/Etats-Unis était prévue.

Le programme nucléaire iranien a été condamné par six résolutions du Conseil de sécurité, dont quatre assorties de sanctions économiques et politiques. Plusieurs pays, dont les Etats-Unis, ont adopté leurs propres sanctions.

Les précédentes discussions entre les parties remontent à début décembre à Genève.

Première publication : 21/01/2011

  • IRAN

    Le Conseil de sécurité accuse l'Iran de se livrer à la contrebande d'armes

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    L'Iran et le groupe des Six reprennent langue dans un climat tendu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)