Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

Culture

Succès historique pour la rétrospective Claude Monet à Paris

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/01/2011

Les 176 œuvres du maître de l'impressionnisme exposées au Grand Palais ont attiré près de 900 000 visiteurs. Une affluence record qui place cette rétrospective au 2e rang des expositions les plus visitées en France à la veille de sa fermeture.

AFP - 30.000 madeleines, 9.000 sodas, 5.000 bouteilles d'eau sans oublier 1.500 échantillons d'anti-cernes réservés aux visiteurs les plus fatigués après leur "permission de minuit" artistique : les grands moyens sont déployés au Grand Palais pour l'incroyable marathon proposé pendant 4 jours et 3 nuits pour répondre à l'engouement suscité par la rétrospective Claude Monet.

Dans la nuit de vendredi à samedi, à une heure du matin passée, des milliers de visiteurs faisaient toujours la queue dans un froid vif et une ambiance conviviale, sans être découragés un instant par les annonces: "deux heures de queue pour les visiteurs sans billet !".

"Plusieurs amis m'ont assuré que cette exposition est exceptionnelle. Ces nocturnes sont une occasion un peu délirante, alors autant en être!", confie Marc, chauffeur de bus venu avec sa compagne.

Les visiteurs ayant réservé n'attendent pas plus de trente minutes pour découvrir 176 toiles parmi les plus connues du maître de l'impressionnisme.

"Claude Monet est le peintre le plus connu et le plus aimé des Français. Il y a eu un remarquable bouches-à-oreilles", souligne à l'AFP Jean-Paul Cluzel, président du Grand Palais. "Ces nocturnes permettent d'accueillir des publics très divers, différents de ceux fréquentent habituellement les musées".

Dans les salles d'exposition il faut presque jouer des coudes en pleine nuit pour entrevoir les oeuvres.

Croisé devant "Le pont d'Argenteuil en réparation", toile de 1871, Louis, 11 ans et demi, venu de Puteaux avec sa maman, a eu la permission de minuit pour cette occasion artistique exceptionnelle à laquelle il a convié un copain. "C'est génial!", s'enthousiasme-t-il.

À partir de ce point, il y a 5 heures d'attente avant de pouvoir accéder à l'exposition... et il y a encore beaucoup de monde derrière. Cliché pris ce lundi à 9h30. (Crédit : France24.com)
Un peu plus loin, concentrée devant "Madame Monet au canapé" (1870), Flore, 15 ans, élève de seconde, est arrivée de Chambéry par le train de 22 h 00 pour ne pas manquer l'exposition. "Ma tante qui habite Paris m'a invitée.", explique-t-elle.

"J'aime beaucoup l'impressionnisme. C'est une peinture vivante et colorée.", ajoute Flore, pressée de rechausser le casque de l'audiotel qui commente chaque oeuvre.

"On se dit toujours qu'on a le temps de venir et puis on se rend compte que l'exposition se termine. Ces nocturnes sont une bonne idée.", se félicite Alain, un parisien de 62 ans.

65.000 personnes sont attendues jusqu'à lundi soir, dont 33.000 pendant les trois nuits de ce week-end non-stop, organisé par la Réunion des musées nationaux (RMN). Depuis le 22 septembre, plus de 845.000 personnes ont déjà découvert cette rétrospective, la première organisée à Paris depuis trente ans autour de ce peintre français apprécié dans le monde entier.  L'objectif est d'atteindre lundi soir une fréquentation record de 910.000 visiteurs, "du jamais vu" à Paris depuis 1967, avec Toutankhamon (1,2 million).

Les meilleurs créneaux pour participer à cet événement nocturne et festif sans attendre trop longtemps: "entre 3H00 et 4H30 du matin pendant les deux premières nuits. Et la nuit du dimanche à lundi, entre 2H00 et 5H00 du matin".

Samedi, à minuit, s'est ouvert au Grand Palais le procès pour rire de Claude Monet organisé par la Société des Culturistes, qui monte des simulacres judiciaires dans un esprit dadaïste.

"Frondeur et révolutionnaire au mépris du beau, le sieur Monet ne s'est pas contenté de courir pinceau au vent dans les jardins de Giverny ! Nous le poursuivons pour association de gribouilleurs, atteinte à la sûreté du beau et crime de basse peinture.", a annoncé le procureur.

Le président du musée d'Orsay Guy Cogeval, commissaire de l'exposition Monet, a été cité à la barre en qualité de témoin, aux côtés du cinéaste Romain Goupil. Le verdict était attendu vers 2H30 du matin.
 

Première publication : 23/01/2011

  • De Monet à Depardon, c'est une histoire de lumière

    En savoir plus

  • PEINTURE

    Vaste rétrospective Claude Monet au Grand Palais

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)