Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

VOUS ÊTES ICI

Dans le secret de la haute couture

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : Mario Draghi voit la vie en rose

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'"apartheid" de Manuel Valls : un grand mot et des petits remèdes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Emailgate" : "Hillary est sa pire ennemie"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

DÉBAT

La Libye dans le chaos : l'avenir du pays se joue-t-il au Maroc ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Burkina faso autorise l'exhumation de la dépouille présumée de Thomas Sankara

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En trois ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

DÉBAT

Départementales 2015 : le Parti socialiste doit-il s'inquiéter ?

En savoir plus

Amériques

Les inondations ont provoqué la mort d'au moins 800 personnes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/01/2011

Les pluies torrentielles qui se sont abattues sur Rio et les glissements de terrain qui s'ensuivirent ont provoqué la mort d'au moins 800 personnes selon un dernier bilan des autorités. Ces inondations sont les pires de l'histoire du pays.

REUTERS - Le bilan des inondations et des glissements de terrain qui ont dévasté une région montagneuse proche de Rio de Janeiro a atteint 803 morts, ont annoncé dimanche les autorités.

Par ailleurs, des centaines de personnes sont toujours portées disparues.

La catastrophe est désormais l'une des pires de l'histoire du Brésil, selon des chiffres des Nations unies publiés samedi par le journal Estado de Sao Paulo. Elle n'est dépassée en nombre que par l'épidémie de méningite qui a fait 1.500 morts en 1974.


 

Première publication : 24/01/2011

  • BRÉSIL

    Le bilan des inondations dépasse les 700 morts

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Des images des inondations dans l'État de Rio de Janeiro

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Des pluies torrentielles provoquent la mort de plus de 400 personnes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)