Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy fait son mea culpa sur la révolution tunisienne

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Thibault LIEURADE

Dernière modification : 24/01/2011

"Nous n'avions pas pris la juste mesure" de la "désespérance", a déclaré le président devant le corps diplomatique et la presse réunis à l’Élysée. Il a renouvelé son soutien à sa ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie.

Nicolas Sarkozy admet son erreur. "Derrière l'émancipation des femmes, l'effort d'éducation et de formation, le dynamisme économique, l'émergence d'une classe moyenne, il y avait une désespérance, une souffrance, un sentiment d'étouffer dont, il nous faut le reconnaître, nous n'avions pas pris la juste mesure", a expliqué le président français lors d'une conférence de presse axée sur la politique internationale de la France.

"Quand on est si proches, quand les destinées individuelles et collectives sont tellement imbriquées, on n'a pas toujours le recul nécessaire pour comprendre les sentiments de l'autre, bien mesurer ses frustrations, et sans doute ses angoisses", a-t-il également concédé devant le corps diplomatique français et un parterre de 300 journalistes.


Il s’est toutefois défendu d’une trop grande proximité avec le président déchu Zine El-Abidine Ben Ali en rappelant que les autorités d’alors reprochaient à la France d’accueillir "la quasi-totalité de l’opposition tunisienne" en exil.  

MAM voulait "éviter plus de drame"

Le chef de l’exécutif a également volé au secours de sa ministre des Affaire étrangères, Michèle Alliot-Marie, qui avait déclaré trois jours avant la chute de Ben Ali qu’elle souhaitait "un apaisement qui peut reposer sur des techniques de maintien de l’ordre (...)."

Pour Nicolas Sarkozy, Michèle Alliot-Marie "n'avait pas la volonté, en quoi que ce soit, d'assurer quelque sentiment défavorable aux manifestants, mais simplement d'éviter qu'il y ait plus de drames".

"La forme a pu porter à polémique, j'essaie de me tenir éloigné des polémiques, les intentions, elles, étaient tout à fait transparentes", a-t-il concédé.

Elargissant son propos, Nicolas Sarkozy a revendiqué "une certaine réserve" de la France concernant les évènements se déroulant dans ses anciennes colonies et protectorats, et "spécialement en Algérie". "Le président de la République française doit tenir compte du poids de l'histoire dans le jugement qu'il porte sur l'évolution de chacun de ces pays", a déclaré Nicolas Sarkozy. 

Ouattara, seul président "légitime" de Côte d’Ivoire

Sa position sur la crise politique en Côte d’Ivoire, autre pays historiquement lié à la France, est elle beaucoup plus tranchée. "Pour la France les choses sont claires : la Côte d'Ivoire a un seul gouvernement légal et légitime. Un seul. Celui que le peuple ivoirien s'est choisi et qui est reconnu par les Nations unies et par toutes les organisations africaines", a-t-il dit en référence à Alassane Ouattara, qui revendique la victoire lors du dernier scrutin présidentielle de novembre, tout comme le sortant Laurent Gbagbo.


"Face au terrorisme, il n’y a que la fermeté"

Toujours en Afrique, la question des otages français retenus au Sahel et des menaces contre les intérêts français dans la région est rapidement venue ponctuée le fil de la discussion ouverte avec les journalistes. 

Interrogé sur l’intervention française pour obtenir la libération des deux Français finalement tués au Mali, Nicolas Sarkozy a déclaré que "devant les cercueils, [il s'était] posé des questions (...)". Les deux jeunes, enlevés le 7 janvier à Niamey par des ravisseurs travaillant pour Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi),avaient été assassinés le lendemain au Mali pendant une opération militaire franco-nigérienne destinée à les libérer.

Mais "après mûre réflexion, je crois que c’était la seule décision à prendre", a ajouté le chef de l’État, visiblement ému. Pour Paris, "face au terrorisme, il n’y a que la fermeté, ou c’est votre sécurité à vous tous qui sera en danger", a insisté Nicolas Sarkozy, en désignant l'assemblée.

"A chaque fois qu'un Français est assassiné par des terroristes, la détermination de la France à lutter contre le terrorisme s'en trouve encore renforcée", a-t-il lancé.

Les sept otages français "encore en vie"

Interrogé sur les menaces d’Oussama Ben laden, qui a prévenu dans un message audio diffusé vendredi que la politique de la France allait lui "coûter cher", Nicolas Sarkozy a dit qu’il n’avait pas "l’intention de répondre à ce Monsieur, ni de près ni de loin".

Il s’est par contre voulu rassurant quant au sort des sept otages encore retenus en Afghanistan et dans la région du Sahel par des groupes islamistes. "Nous sommes certains qu’ils sont en vie", a déclaré Nicolas Sarkozy. Mais "moins j’en dirai, mieux ça se sera. Je comprends que la famille, les proches perdent [leur] sang froid et disent des choses. Mais nous, nous n’avons pas le droit de faire ça" a expliqué le chef de l’État.

Première publication : 24/01/2011

  • INTERNET

    Le compte Facebook de Nicolas Sarkozy piraté dimanche soir

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)