Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Tempête au Parti socialiste : "PS, cela ne veut pas dire PlayStation"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attaque d'Ottawa : Stephen Harper caché dans un placard

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

UE : la tension monte sur les budgets

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ottawa: histoire d'une photo

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Toumani Diabaté, le maître de la kora, invité du Journal de l’Afrique

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : une déception pour la gauche ?

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 25/01/2011

Les Brésiliens se mobilisent pour aider les victimes des inondations

Les Brésiliens se mobilisent pour venir en aide aux victimes des inondations. Le Sud Soudan fait face à une vague massive de réfugiés rentrant dans leur région d’origine. Et trois Américains surfent sur une vague pendant 45 minutes.

Inondations au Brésil

Au Brésil, le bilan des terribles inondations qui ont touché le pays il y a une dizaine de jours ne cesse de s’alourdir. Les morts et les disparus se comptent ainsi par centaines et de nombreux sinistrés vivent désormais dans des conditions précaires après avoir tout perdu dans les intempéries. Sur la toile, les Brésiliens se mobilisent pour relayer les efforts des secours et venir en aide aux victimes.

Car les dégâts sont considérables, notamment dans la région montagneuse au nord de Rio de Janeiro, la plus durement touchée par les inondations. De très nombreuses vidéos comme celles-ci circulent ainsi en ligne pour montrer que des villes entières ont été ravagées. Des images qui permettent de se faire une idée un peu plus précise de la violence des intempéries.

Les secours sont donc à pied d’œuvre pour venir en aide aux nombreuses victimes. Et des camps provisoires d’accueil ont commencé à apparaître dans certaines provinces touchées par les inondations à l’image de celui-ci installé à São José do Vale do Rio Preto. Un camp qui accueille pour l’instant environ 150 familles sinistrées mais qui pourrait bientôt en compter jusqu’à 1000.

Et sur les réseaux sociaux aussi, la mobilisation citoyenne s’organise. Les internautes brésiliens peuvent échanger des informations sur les inondations via le fil Twitter #Ajude, aide en français. Une mobilisation à laquelle s’associe certaines entreprises locales comme Vale qui promet sur le réseau social de faire un don d’un real aux victimes à chaque fois que son message de solidarité sera mentionné par les utilisateurs du site de microblogging.

Enfin, l’ONG « SOS Sudeste » appelle elle les Brésiliens à faire preuve de générosité et à envoyer de l’argent pour acheter des biens de première nécessité pour les sinistrés. Une organisation qui a déjà récolté environ 170 millions de réaux et distribué plus de 200 tonnes de denrées et autres vêtements mais qui affirme que cela n’est toujours pas suffisant.

 

Retour des réfugiés au Sud Soudan

L'économie sud soudanaise saura-t-elle faire face à l'afflux massif de réfugiés venus du nord ? Voici la question que se pose Glen Pearson. Ce parlementaire canadien, présent sur place en tant qu'observateur international du référendum sur l’indépendance, avoue ici sa crainte de voir se profiler une crise humanitaire alors que des dizaines de milliers d’exilés reviennent au Sud Soudan pour participer à la reconstruction de la région.

En effet, comme le montre ce site réactualisé à mesure que le dépouillement avance, l’issue finale du scrutin ne fait désormais plus aucun doute puisqu’une écrasante majorité des électeurs s’est prononcée en faveur de la sécession. Et ils sont donc nombreux à envisager un retour dans leur région d’origine.

Un choix qu’a fait Lucia Thomas Loro qui témoigne dans ce photomontage. Cette institutrice de 56 ans qui vivait à Khartoum depuis 21 ans explique avoir décidé de rentrer à Juba, la capitale du Sud Soudan, pour enfin vivre en paix mais aussi pour participer activement au développement économique de la région.

Mais d’autres réfugiés ont dû faire face, eux, à un véritable parcours du combattant pour rentrer. Le voyage de Mawien Tong s’est ainsi révélé particulièrement dangereux. Cet étudiant raconte en effet que des membres de la tribu arabe des Misseriya venant de l'ouest du Soudan auraient tiré sur le car qui le transportait de Khartoum à Abeyi, sa ville d’origine. Des violences dont se fait l’écho l’ONG « enough » qui rapporte également sur son site la présence de plusieurs milices dans cette région riche en pétrole convoitée par le nord et le sud.

Une insécurité qui sera le principal obstacle à la construction du Sud Soudan et le plus grand défi à relever pour le futur gouvernement estime Deng Arop. Pour ce responsable politique local, le retour à la normale passera par un désarmement des forces en présence dans la région. Une action qui ne pourra se faire d’après lui sans le concours de l’ONU.

 

Grèves en Chine

Répertorier toutes les grèves en Chine, voici le projet de Manfred Elfstrom réalisé en utilisant le site de cartographie Ushaidi. L’étudiant de l’université de Cornell aux Etats-Unis recense ainsi sur une carte interactive toutes les grèves des taxis, des mineurs ou encore dans les usines d’électronique et permet de visualiser les différents mouvements sociaux des travailleurs dans le pays. Une carte que les internautes chinois peuvent également alimenter en fonction de l’actualité.

 

À quoi ressemblera votre bébé ?

Avis aux futurs parents, le site « predict your baby » permet en effet de voir ce à quoi ressemblera votre enfant. Et le principe est particulièrement simple puisqu’il suffit de télécharger une photo de chacun des parents et le site se charge ensuite de générer le visage du bébé grâce à un scanner. A noter qu’il est également possible de visualiser le visage des enfants que pourraient avoir deux célébrités choisies au hasard.

 

Vidéo du jour

Surfer sur une vague pendant plus de 45 minutes… C’est l’exploit qu’ont réalisé en Alaska 3 Américains adeptes de ce sport de glisse. Une performance rendue possible grâce à un mascaret, un type de vagues relativement rare qui part de la mer et qui remonte un fleuve très lentement et sur une longue distance. Une vidéo qui mettra sans doute l’eau à la bouche de tous les surfeurs de la planète.

 

Par Electron Libre

COMMENTAIRE(S)

Les archives

22/10/2014 Réseaux sociaux

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

Au sommaire de cette édition : les internautes sud-africains réagissent à la condamnation d’Oscar Pistorius; aux Etats-Unis, une fête dégénère en émeute dans le New Hampshire; et...

En savoir plus

23/10/2014 Réseaux sociaux

La Toile mexicaine réclame la démission du président

Au sommaire de cette édition : au Mexique, les internautes réclament la démission de leur président; des jouets inspirés de la série « Breaking Bad » provoquent la polémique aux...

En savoir plus

21/10/2014 Réseaux sociaux

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

Au sommaire de cette édition : des costumes "Ebola" commercialisés pour Halloween choquent la Toile américaine; le "donut selfie" est la nouvelle tendance en vogue sur les...

En savoir plus

18/10/2014 Réseaux sociaux

Data centers : un coût énergétique trop élevé

Depuis deux ans, des habitants de La Courneuve, dans la banlieue nord de Paris, vivent avec un data center en face de chez eux. Ils sont inquiets car ce bâtiment, qui héberge des...

En savoir plus

20/10/2014 Réseaux sociaux

Ebola : une campagne contre la stigmatisation des Africains

Au sommaire de cette édition : des Africains dénoncent la stigmatisation dont ils sont victimes face à Ebola; un mannequin de vitrine suscite la polémique en Nouvelle-Zélande; et...

En savoir plus