Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

Amériques

Barack Obama prône l'innovation dans son discours sur l'état de l'Union

Vidéo par Mariam Pirzadeh

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/01/2011

Lors de son discours sur l'état de l'Union, le président américain a insisté sur la nécessité de continuer d'innover et d'investir dans la recherche et l'éducation. Il a appelé républicains et démocrates à travailler ensemble.

Deux mois après la sévère défaite de son parti aux élections de mi-mandat, le président américain a appelé la population à se mobiliser pour la prospérité du pays, lors de son traditionnel discours sur l'état de l'Union. Devant les représentants du Congrès, Barack Obama a fait le pari de l'innovation et de l'investissement en matière d'éducation et de recherche. Il a également souhaité que républicains et démocrates travaillent ensemble.

Pendant plus d'une heure, il a présenté les grandes lignes de sa politique pour 2011 et a été applaudi à de nombreuses reprises. "C'est un pari global que Barack Obama a proposé aux membres du Congrès, a estimé sur FRANCE 24 Marjorie Paillon, co-fondatrice du site internet "I love politics". Il a prôné l'innovation à la fois en matière économique, pour créer des emplois, et en matière politique, puisqu'il appelle tous les parlementaires à collaborer."

Si le Sénat est toujours à majorité démocrate, la Chambre des représentants est dominée par les républicains, depuis les élections de mi-mandat (novembre 2010). Pour la première fois, des représentants des deux camps étaient assis côte à côte au Capitole, à Washington, et arboraient un ruban en hommage à Gabrielle Giffords, représentante démocrate blessée lors de la tuerie de Tucson. Son siège est resté vide. "Cette tragédie nous rappelle que nous faisons partie d'un tout, la famille américaine, qui dépasse les partis politiques", a déclaré Barack Obama, dès le début de son discours.

"Lançons notre Spoutnik !"

Alors que le pays est aujourd'hui confronté à un taux de chômage de 9,4 %, le président américain a consacré l'essentiel de son discours à l'économie. "Oui, le monde a changé. Les règles ont changé. Et pour un grand nombre d'entre nous, ce changement a été difficile à gérer. J'ai entendu la frustration des Américains qui ont vu leur salaire se réduire comme peau de chagrin et leurs emplois disparaître."

Barack Obama a notamment insisté sur la concurrence croissante de l'Inde et de la Chine - devenue le plus grand centre de recherche en industrie solaire au monde. "Cela ne doit pas nous décourager, a-t-il pourtant affirmé. Les États-Unis ont encore aujourd'hui la plus prospère des économies."

Pour relever ces défis et créer des emplois, le président américain a prôné le recours à l'innovation et à l'investissement dans la recherche, les technologies de l'information, les infrastructures et les énergies propres. En comparant l'Amérique actuelle à celle de la guerre froide, Barack Obama a rappelé que si l'Union soviétique avait été capable de lancer le satellite Spoutnik dans l'espace, en 1957, les États-Unis avaient alors su créer de nouvelles industries et des millions d'emplois. "Lançons, nous aussi, notre Spoutnik !" a-t-il affirmé.

Barack Obama a largement insisté sur l'importance de l'éducation, en mettant l'accent sur la responsabilité des parents et des professeurs. Il a également demandé au Congrès de supprimer les subventions accordées aux compagnies pétrolières, pour investir plutôt dans les énergies de demain. "Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais les groupes pétroliers s'en sortent parfaitement tout seuls", a-t-il estimé. "Je vous lance un défi, a-t-il ajouté : en 2035, 80 % de notre électricité sera produite par des sources d'énergies propres."

Afin de réduire le déficit budgétaire de 400 milliards de dollars dans les prochaines années, Barack Obama a proposé de geler toutes les dépenses "excessives" de l'État sur une période de cinq ans. "Les républicains ne cessent de réclamer la réduction des dépenses publiques, précise Guillaume Meyer, correspondant de FRANCE 24 à Washington. Mais l'ampleur de cette baisse ne sera sûrement pas suffisante à leurs yeux."

"Un discours de campagne"

"Dans son discours, Barack Obama a parlé de la crise, mais pas de façon négative, a commenté de son côté Marjorie Paillon. Il a insisté sur la façon dont les États-Unis allaient sublimer ces dépenses, pour en faire des investissements pour le futur."

Pour Steven Ekovich, professeur de sciences politiques à l'université américaine de Paris interrogé sur FRANCE 24, ce discours sur l'état de l'Union s'apparente "largement à un discours de campagne", alors que l'élection présidentielle aura lieu en 2012 aux États-Unis.

Sur le plan de la politique internationale enfin, Barack Obama a affirmé la solidarité de son pays avec les Tunisiens. Les États-Unis "soutiennent les aspirations démocratiques de tous les peuples", a-t-il déclaré.

Il a également indiqué que le réseau terroriste Al-Qaïda "n'avait jamais été autant sous pression au Pakistan", depuis les attentats du 11-Septembre. En Afghanistan, "grâce à nos troupes héroïques, il y a moins d'Afghans qui sont sous l'emprise des insurgés", a-t-il assuré. Les États-Unis vont travailler avec une cinquantaine de pays pour mettre en place "un partenariat durable" avec le gouvernement afghan. Quant aux soldats américains, ils commenceront à rentrer aux États-Unis dès le mois de juillet, a-t-il ajouté. 

Première publication : 26/01/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Discours sur l'état de l'Union : Obama attendu au tournant par les républicains

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama veut apaiser le débat politique après la tuerie de Tucson

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)