Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Amériques

Barack Obama prône l'innovation dans son discours sur l'état de l'Union

Vidéo par Mariam Pirzadeh

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/01/2011

Lors de son discours sur l'état de l'Union, le président américain a insisté sur la nécessité de continuer d'innover et d'investir dans la recherche et l'éducation. Il a appelé républicains et démocrates à travailler ensemble.

Deux mois après la sévère défaite de son parti aux élections de mi-mandat, le président américain a appelé la population à se mobiliser pour la prospérité du pays, lors de son traditionnel discours sur l'état de l'Union. Devant les représentants du Congrès, Barack Obama a fait le pari de l'innovation et de l'investissement en matière d'éducation et de recherche. Il a également souhaité que républicains et démocrates travaillent ensemble.

Pendant plus d'une heure, il a présenté les grandes lignes de sa politique pour 2011 et a été applaudi à de nombreuses reprises. "C'est un pari global que Barack Obama a proposé aux membres du Congrès, a estimé sur FRANCE 24 Marjorie Paillon, co-fondatrice du site internet "I love politics". Il a prôné l'innovation à la fois en matière économique, pour créer des emplois, et en matière politique, puisqu'il appelle tous les parlementaires à collaborer."

Si le Sénat est toujours à majorité démocrate, la Chambre des représentants est dominée par les républicains, depuis les élections de mi-mandat (novembre 2010). Pour la première fois, des représentants des deux camps étaient assis côte à côte au Capitole, à Washington, et arboraient un ruban en hommage à Gabrielle Giffords, représentante démocrate blessée lors de la tuerie de Tucson. Son siège est resté vide. "Cette tragédie nous rappelle que nous faisons partie d'un tout, la famille américaine, qui dépasse les partis politiques", a déclaré Barack Obama, dès le début de son discours.

"Lançons notre Spoutnik !"

Alors que le pays est aujourd'hui confronté à un taux de chômage de 9,4 %, le président américain a consacré l'essentiel de son discours à l'économie. "Oui, le monde a changé. Les règles ont changé. Et pour un grand nombre d'entre nous, ce changement a été difficile à gérer. J'ai entendu la frustration des Américains qui ont vu leur salaire se réduire comme peau de chagrin et leurs emplois disparaître."

Barack Obama a notamment insisté sur la concurrence croissante de l'Inde et de la Chine - devenue le plus grand centre de recherche en industrie solaire au monde. "Cela ne doit pas nous décourager, a-t-il pourtant affirmé. Les États-Unis ont encore aujourd'hui la plus prospère des économies."

Pour relever ces défis et créer des emplois, le président américain a prôné le recours à l'innovation et à l'investissement dans la recherche, les technologies de l'information, les infrastructures et les énergies propres. En comparant l'Amérique actuelle à celle de la guerre froide, Barack Obama a rappelé que si l'Union soviétique avait été capable de lancer le satellite Spoutnik dans l'espace, en 1957, les États-Unis avaient alors su créer de nouvelles industries et des millions d'emplois. "Lançons, nous aussi, notre Spoutnik !" a-t-il affirmé.

Barack Obama a largement insisté sur l'importance de l'éducation, en mettant l'accent sur la responsabilité des parents et des professeurs. Il a également demandé au Congrès de supprimer les subventions accordées aux compagnies pétrolières, pour investir plutôt dans les énergies de demain. "Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais les groupes pétroliers s'en sortent parfaitement tout seuls", a-t-il estimé. "Je vous lance un défi, a-t-il ajouté : en 2035, 80 % de notre électricité sera produite par des sources d'énergies propres."

Afin de réduire le déficit budgétaire de 400 milliards de dollars dans les prochaines années, Barack Obama a proposé de geler toutes les dépenses "excessives" de l'État sur une période de cinq ans. "Les républicains ne cessent de réclamer la réduction des dépenses publiques, précise Guillaume Meyer, correspondant de FRANCE 24 à Washington. Mais l'ampleur de cette baisse ne sera sûrement pas suffisante à leurs yeux."

"Un discours de campagne"

"Dans son discours, Barack Obama a parlé de la crise, mais pas de façon négative, a commenté de son côté Marjorie Paillon. Il a insisté sur la façon dont les États-Unis allaient sublimer ces dépenses, pour en faire des investissements pour le futur."

Pour Steven Ekovich, professeur de sciences politiques à l'université américaine de Paris interrogé sur FRANCE 24, ce discours sur l'état de l'Union s'apparente "largement à un discours de campagne", alors que l'élection présidentielle aura lieu en 2012 aux États-Unis.

Sur le plan de la politique internationale enfin, Barack Obama a affirmé la solidarité de son pays avec les Tunisiens. Les États-Unis "soutiennent les aspirations démocratiques de tous les peuples", a-t-il déclaré.

Il a également indiqué que le réseau terroriste Al-Qaïda "n'avait jamais été autant sous pression au Pakistan", depuis les attentats du 11-Septembre. En Afghanistan, "grâce à nos troupes héroïques, il y a moins d'Afghans qui sont sous l'emprise des insurgés", a-t-il assuré. Les États-Unis vont travailler avec une cinquantaine de pays pour mettre en place "un partenariat durable" avec le gouvernement afghan. Quant aux soldats américains, ils commenceront à rentrer aux États-Unis dès le mois de juillet, a-t-il ajouté. 

Première publication : 26/01/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Discours sur l'état de l'Union : Obama attendu au tournant par les républicains

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama veut apaiser le débat politique après la tuerie de Tucson

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)