Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Afrique

Facebook, Moubarak et Ben Ali pas vraiment "amis"

Texte par Jean Bernard CADIER

Dernière modification : 26/01/2011

En Égypte, Facebook et Twitter jouent un rôle fondamental dans les stratégies de mobilisations contre le régime de Moubarak. Deux réseaux sociaux qui avaient déjà fortement aidé les Tunisiens à renverser l'ancien président Ben Ali.

Le gouvernement égyptien dément mais Twitter a officiellement confirmé que son service avait été bloqué en Égypte. De forts soupçons pèsent sur une intervention des autorités égyptiennes contre Facebook ce mercredi. Bambuser, le site suédois de vidéos en direct a été bloqué. Pour la première fois, le régime Moubarak semble prendre au sérieux la menace que font peser sur lui les réseaux sociaux. Trop tard ?

Le régime égyptien aura curieusement été lent à réagir. Comparés au régime tunisien les services de Moubarak ont été plus tolérants en matière de circulation de l’information. Tolérants vis-à-vis des flux tout au moins. Leur méthode, c’est la police à l’ancienne : trouver les meneurs. Le régime égyptien a une conception essentiellement verticale du Web. Il suffit de couper la tête du réseau. Le régime tunisien du président déchu Ben Ali a, quant à lui, eu une conception plus horizontale. La Tunisie ayant l’un des taux de pénétration d’Internet les plus élevés du continent (34% contre 21% en Égypte) le ministère de l’Intérieur a insisté très vite sur la nécessité d’intervenir sur les flux avec des moyens techniques sophistiqués : ralentir le débit (comme le font souvent les Iraniens), pénétrer les réseaux, voler les mots de passe, lancer des provocations sous une fausse identité. Jusqu’au jour où ils ont été dépassés par le nombre. Un million et demi de Tunisiens utilisateurs de Facebook (sur un pays de 10 millions d’habitants), Ben Ali a été obligé de se soumettre. Se soumettre à la loi des grands nombres. Les prisons, même tunisiennes, n’étaient pas assez grandes.

C’est exactement ce que cherche à éviter le gouvernement égyptien. Il n’avait pas prévu les 15 000 personnes dans les rues mardi, ni les 90 000 Égyptiens se déclarant le même jour sur Facebook prêts à participer au mouvement. Pire, ces milliers d’internautes qui découvrent les logiciels "proxy" de plus en plus facilement accessibles et permettant de contourner les interdictions.

En Égypte, le nombre de connectés a augmenté de 45 % depuis un an. Si l’engouement pour les réseaux sociaux se confirme, les prisons égyptiennes risquent également de ne pas être assez grandes.

 

 

 

Première publication : 26/01/2011

  • INTERNET

    Les Égyptiens contournent la censure des réseaux sociaux

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Galvanisé par le cas tunisien, le Web égyptien veut faire sa révolution

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Du soulèvement de Sidi Bouzid à l'après-Ben Ali : chronologie de la révolution tunisienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)