Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

WHO'S NEXT le salon international du prêt-à-porter et des accessoires de mode présente les collections de l'été 2015.

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Alexander Stubb, Premier ministre finlandais

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Françoise Degois, auteur de "Quelle histoire!"

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ceci est mon corps"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Boujnah, directeur banque et marché, France & Bénélux, Banco Santander

En savoir plus

SUR LE NET

Crash du vol MH17 : attention aux arnaques en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Compatriotes"

En savoir plus

  • Paris confirme la livraison du premier Mistral à Moscou, le second en suspens

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les séparatistes ukrainiens ont remis les boîtes noires à la Malaisie

    En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un de ses soldats

    En savoir plus

  • À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

    En savoir plus

  • Transferts : Patrice Evra quitte Manchester United pour la Juventus Turin

    En savoir plus

  • Gaza : au Caire, Ban Ki-moon et Kerry veulent arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Les milices libyennes s’affrontent pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

  • "Quelle opération ciblée !", quand Kerry ironise sur les frappes israéliennes

    En savoir plus

  • Sous pression, Moscou dément avoir livré des missiles aux pro-russes

    En savoir plus

  • Les chrétiens fuient Mossoul, "un crime contre l'humanité" selon l'ONU

    En savoir plus

  • L’armée ukrainienne tente de reprendre le contrôle de Donetsk

    En savoir plus

  • Didier Drogba tout proche d’un retour à Chelsea

    En savoir plus

  • Cette presse égyptienne qui soutient Israël contre le Hamas

    En savoir plus

Afrique

Facebook, Moubarak et Ben Ali pas vraiment "amis"

Texte par Jean Bernard CADIER

Dernière modification : 26/01/2011

En Égypte, Facebook et Twitter jouent un rôle fondamental dans les stratégies de mobilisations contre le régime de Moubarak. Deux réseaux sociaux qui avaient déjà fortement aidé les Tunisiens à renverser l'ancien président Ben Ali.


Le gouvernement égyptien dément mais Twitter a officiellement confirmé que son service avait été bloqué en Égypte. De forts soupçons pèsent sur une intervention des autorités égyptiennes contre Facebook ce mercredi. Bambuser, le site suédois de vidéos en direct a été bloqué. Pour la première fois, le régime Moubarak semble prendre au sérieux la menace que font peser sur lui les réseaux sociaux. Trop tard ?

Le régime égyptien aura curieusement été lent à réagir. Comparés au régime tunisien les services de Moubarak ont été plus tolérants en matière de circulation de l’information. Tolérants vis-à-vis des flux tout au moins. Leur méthode, c’est la police à l’ancienne : trouver les meneurs. Le régime égyptien a une conception essentiellement verticale du Web. Il suffit de couper la tête du réseau. Le régime tunisien du président déchu Ben Ali a, quant à lui, eu une conception plus horizontale. La Tunisie ayant l’un des taux de pénétration d’Internet les plus élevés du continent (34% contre 21% en Égypte) le ministère de l’Intérieur a insisté très vite sur la nécessité d’intervenir sur les flux avec des moyens techniques sophistiqués : ralentir le débit (comme le font souvent les Iraniens), pénétrer les réseaux, voler les mots de passe, lancer des provocations sous une fausse identité. Jusqu’au jour où ils ont été dépassés par le nombre. Un million et demi de Tunisiens utilisateurs de Facebook (sur un pays de 10 millions d’habitants), Ben Ali a été obligé de se soumettre. Se soumettre à la loi des grands nombres. Les prisons, même tunisiennes, n’étaient pas assez grandes.

C’est exactement ce que cherche à éviter le gouvernement égyptien. Il n’avait pas prévu les 15 000 personnes dans les rues mardi, ni les 90 000 Égyptiens se déclarant le même jour sur Facebook prêts à participer au mouvement. Pire, ces milliers d’internautes qui découvrent les logiciels "proxy" de plus en plus facilement accessibles et permettant de contourner les interdictions.

En Égypte, le nombre de connectés a augmenté de 45 % depuis un an. Si l’engouement pour les réseaux sociaux se confirme, les prisons égyptiennes risquent également de ne pas être assez grandes.

 

 

 

Première publication : 26/01/2011

  • INTERNET

    Les Égyptiens contournent la censure des réseaux sociaux

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Galvanisé par le cas tunisien, le Web égyptien veut faire sa révolution

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Du soulèvement de Sidi Bouzid à l'après-Ben Ali : chronologie de la révolution tunisienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)