Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Ultime espoir de retrouver des rescapés du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

Afrique

Le "Mouvement du 6 avril", agitateur de la Toile égyptienne

©

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 01/02/2011

Fer de lance de la mobilisation actuelle contre le régime de Moubarak, le "Mouvement du 6 avril" est un groupe de jeunes militants égyptiens qui a vu le jour en 2008 sur le Web. Son but : voir le pays figurer parmi les grandes démocraties.

Composé de jeunes opposants égyptiens, le "Mouvement du 6 avril" appelle tous les jours, sur son site Internet, sa page Facebook ou sur son compte Twitter à une mobilisation sans relâche contre le régime du président Hosni Moubarak. Son rêve : voir l’Egypte figurer un jour parmi les grandes démocraties.

Porté par l’élan de la révolution tunisienne, le "Mouvement du 6 avril" utilise la force de frappe d’Internet dans un pays où plus de 17 millions de personnes, soit environ 20 % de la population, sont connectés. Avant les premières manifestations, le groupe a lancé un sondage sur Facebook pour demander : "Allez-vous manifester le 25 janvier ?"

Près de 90 000 personnes ont répondu positivement sur la Toile. Quelques jours après, les plus grandes manifestations d’opposition à Moubarak, au pouvoir depuis 1981, ont effectivement eu lieu au Caire et dans les autres grandes villes : Alexandrie ou Mahala el-Kubra, dans le nord du pays.

"Rendre à l’Égypte sa dignité"

Composé de personnes issues de différents milieux culturels et sociaux, d’âges divers et d'opinions hétéroclites, le Mouvement du 6 avril cherche, avant tout, à trouver "une alternative à la règle autoritaire qui a écrasé la transition démocratique de l’Egypte pendant des années".

"Nous souhaitons atteindre ce dont rêvaient les intellectuels égyptiens et toutes les forces politiques nationales (…) : rendre à l’Egypte sa dignité et établir les bases d’une gouvernance démocratique", peut-on lire sur la page Facebook du Mouvement.

Se définissant comme un groupe de jeunes pacifistes, engagés mais indépendants à l'égard de tout parti politique, ses membres sont généralement des étudiants ou de jeunes diplômés, pour beaucoup sans emplois ou sous-employés, selon Eberhard Kienle, professeur au CNRS et spécialiste du Moyen-Orient.

Le poil à gratter du régime Moubarak


Le mouvement a vu le jour sur Internet en 2008, dans le sillage de la révolte des ouvriers du coton. Souffrant d’une hausse subite du coût de la vie, les ouvriers de Mahala el-Kubra, l’une des plus grandes villes industrielles du pays située au cœur du delta du Nil, ont lancé en janvier 2008 un appel à la grève générale.

Le fondateur du Mouvement, Ahmad Maher, alors étudiant, décide d’utiliser les réseaux sociaux pour défier les autorités. Il relaie l’appel des leaders ouvriers sur Facebook. En quelques jours, le groupe réunit plus de 75 000 adhérents. Les 6 et 7 avril, des milliers de manifestants défilaient dans les rues de Mahala el-Kubra, avant que le rassemblement soit violemment réprimé par la police. 

"C’est un mouvement informel qui a grandi avec les nouveaux moyens de communication. Ils ont d’abord relayé les revendications ouvrières classiques, puis ils ont donné à leur propos une dimension collective afin de dénoncer les dérives néolibérales et autoritaires du gouvernement", détaille Eberhard Kienle.

Un rôle d'agitateur social

Les membres du collectif, dont on ne connait pas le nombre exact, ont joué dès lors un rôle d’agitateur social, organisant des manifestations pour la liberté de la presse en Égypte ou pour la paix entre Israël et la Palestine. Figure de proue du mouvement, Ahmad Maher, en compagnie de 14 autres membres du groupe, a été arrêté à plusieurs reprises en 2008 par les autorités pour "incitation à la haine contre le régime".

Remis en liberté sans inculpation, il raconte alors dans les médias étrangers avoir été torturé pendant sa garde à vue et avoir été l'objet de menaces, de viol notamment, de la part des autorités qui souhaitent le faire taire à tout prix. 

Mais près de trois ans après sa création, le Mouvement du 6 avril a fini par s'imposer dans le paysage politique de l'opposition égyptienne. Une grande partie de l'opposition traditionnelle, qui avait boudé l'initiative au départ, multiplie désormais les communiqués de soutien à son égard.

Première publication : 26/01/2011

  • INTERNET

    Les Égyptiens contournent la censure des réseaux sociaux

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Galvanisé par le cas tunisien, le Web égyptien veut faire sa révolution

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)