Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un manifestant palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Moyen-orient

Paris nomme un nouvel ambassadeur à Tunis

Vidéo par Inès OLHAGARAY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/01/2011

Après le mea culpa de Nicolas Sarkozy qui a admis avoir sous-estimé la puissance de la contestation tunisienne, l'ambassadeur français à Tunis, Pierre Ménat, a été remercié. Il sera remplacé par un ancien conseiller du président, Boris Boillon.

AFP - La France a décidé mercredi de relever de ses fonctions son ambassadeur en Tunisie, Pierre Ménat, qui fait les frais des erreurs d'appréciation de la diplomatie française lors de la révolution tunisienne.

Pierre Ménat, 60 ans, sera remplacé par Boris Boillon, un jeune diplomate de 41 ans, ex-conseiller du président Nicolas Sarkozy et ambassadeur à Bagdad depuis mai 2009. Sa nomination a été avalisée mercredi par le Conseil des ministres, a annoncé le porte-parole du gouvernement, François Baroin.

Boris Boillon "a toute la sensibilité naturelle pour correspondre à la nouvelle ère qui s'ouvre désormais dans les relations franco-tunisiennes", a-t-il déclaré.

Le gouvernement français a été sévèrement critiqué pour avoir tardé à condamner la répression des manifestations et à soutenir la révolution du jasmin. Ce n'est qu'au lendemain de la chute de l'ex-président Zine el Abidine Ben Ali que Paris avait explicitement appuyé le soulèvement populaire.

Lundi, le président Nicolas Sarkozy s'était résolu à un mea culpa public, admettant que la France avait "sous-estimé (les) aspirations du peuple tunisien à la liberté". Il avait "une désespérance, un sentiment d'étouffer dont il faut le reconnaître, nous n'avions pas pris toute la mesure", a-t-il précisé.

Il y a 15 jours, la ministre française des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, après plusieurs semaines d'embarras de la diplomatie française face à la montée de la contestation en Tunisie, avait proposé une aide policière au régime de Ben Ali, ce qui lui avait valu des appels à sa démission par des membres de l'opposition.

Le remplacement de l'ambassadeur ne faisait guère de doutes ces derniers jours.

"La raison de la rapidité de son départ est bien entendu qu'on considère au gouvernement que les informations n'étaient pas remontées" jusqu'à Paris, a expliqué à la chaîne de télévision France 3 le président de la commission des Affaires étrangères à l'Assemblée nationale, Axel Poniatowski.

"Les derniers télégrammes diplomatiques des derniers jours avant le départ de Ben Ali ne manifestaient pas un degré d'inquiétude et une description de la situation telle qu'elle était", a-t-il ajouté.

Pierre Ménat n'était en poste à Tunis que depuis 2009.

Un télégramme diplomatique français, datant du 14 janvier et envoyé de Tunis à Paris quelques heures avant la fuite en Arabie saoudite de Ben Ali, estimait que ce dernier avait plus ou moins repris le contrôle de la situation. A la fin du texte, il évoquait toutefois la possibilité que l'ex-président tombe sous la pression de la rue, selon une source ayant eu accès à ce document.

Certains diplomates refusent de porter seuls la responsabilité des erreurs de la France et renvoient la balle vers la classe politique, dont la proximité avec le régime de Ben Ali a été maintes fois soulignée ces dernières semaines.

Mercredi, un ex-ambassadeur en Tunisie a assuré dans une tribune au quotidien Libération que les autorités politiques françaises étaient "parfaitement informées des dérives du système Ben Ali" et de l'évolution de la société, notamment du "mal-être de la jeunesse tunisienne".

Selon Yves Aubin de La Messuzière, en poste à Tunis de 2002 à 2005, l'expertise des diplomates a été "négligée". "L'analyse diplomatique privilégiait le risque de mouvements sociaux à la menace islamiste", a ajouté l'ex-ambassadeur, en rappelant que Nicolas Sarkozy, en visite en 2008 à Tunis, s'était félicité "des progrès de l'espace des libertés publiques".

Les responsables français, de droite comme de gauche, affirmaient régulièrement que Zine El Abidine Ben Ali était un "rempart contre l'islamisme".

Première publication : 26/01/2011

  • TUNISIE

    Tunis lance un mandat d'arrêt international contre Ben Ali et ses proches

    En savoir plus

  • FRANCE

    Nicolas Sarkozy fait son mea culpa sur la révolution tunisienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)