Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Les drones, des jouets qui peuvent être dangereux

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile témoigne de la tempête de neige aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

Amériques

Libération d'une vingtaine d'opposants cubains, dont le cyberjournaliste Guillermo Farinas

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/01/2011

Placés en garde à vue après avoir soutenu une famille en passe d'être expulsée, une vingtaine de dissidents cubains, dont le prix Sakharov 2010 pour la liberté de pensée, ont finalement été relâchés ce jeudi.

AFP - La police cubaine a libéré jeudi l'opposant Guillermo Farinas, Prix Sakharov 2010 pour la liberté de pensée du Parlement européen, et une vingtaine de dissidents après une garde à vue de sept heures à Santa Clara, dans le centre de l'île, a annoncé M. Farinas à l'AFP.

"Nous sommes en liberté. Ils nous avaient arrêté pour être venus en aide à une famille qu'ils voulaient déloger. L'opposition pacifique doit se consacrer à des protestations citoyennes comme celles que nous avons faites", a déclaré l'opposant par téléphone depuis Santa Clara, à 280 km à l'est de La Havane.

Ce psychologue et cyberjournaliste de 48 ans, qui avait observé une grève de la faim de 135 jours l'an dernier, a été reconduit par la police à sa maison vers minuit et assure ne pas avoir été maltraité.

"La police voulait que nous signions une reconnaissance de +dangerosité sociale prédélictuelle+, mais nous ne l'avons pas fait. Au bout de trois de ce type, ils peuvent te présenter à un tribunal", a ajouté Farinas.

La police a justifié l'arrestation par le "scandale" que les opposants ont provoqué en haranguant les autorités, lors de la tentative de délogement d'une famille, qui occupait illégalement un logement, a-t-il précisé.

Farinas avait cessé de s'alimenter pour réclamer la libération des prisonniers politiques au lendemain de la mort du détenu de conscience Orlando Zapata Tamayo, le 23 février 2010, après 85 jours de grève de la faim pour protester contre ses conditions de détention.

Il avait mis fin à son jeûne 135 jours après, quand le gouvernement de Raul Castro, avait entamé un dialogue inattendu avec l'Eglise et autorisé la libération de 52 des 75 opposants arrêtés en 2003.

Quarante-et-un d'entre eux ont depuis été libérés. Quarante ont accepté de quitter le pays et sont partis à Madrid et un est resté à Cuba. Les onze restant refusent d'émigrer en Espagne et sont maintenus en prison.

Le gouvernement cubain accuse Farinas de comportement "antisocial" et le considère, tout comme les autres dissidents, comme un "mercenaire" des Etats-Unis.

Farinas a été représenté par une chaise vide lors de la remise du prix Sakharov le 15 décembre dernier à Strasbourg (nord-est de la France), la permission de voyager lui ayant été refusée.

Militaire de formation, originaire de Santa Clara et fils de deux fervents révolutionnaires, il avait pris ses distances avec le régime en 1989, en s'opposant à l'exécution du général Arnaldo Ochoa, accusé de trafic de drogue.

Devenu un militant d'opposition il a été emprisonné à trois reprises avant sa garde à vue de mercredi et affirme avoir observé 23 grèves de la faim depuis 1990.

Première publication : 27/01/2011

  • CUBA

    Une quinzaine d'opposants arrêtés, dont le militant Guillermo Farinas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)