Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : le médecin américain soigné avec le sérum ZMapp est guéri

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

Afrique

La rue tunisienne suspendue à l'annonce du remaniement ministériel

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/01/2011

À Tunis et Sidi Bouzid, des milliers de manifestants réclament le départ des ministres du régime du président déchu Ben Ali. Attendu toute la journée d'hier, le remaniement du gouvernement pourrait intervenir dans les prochaines heures.

Pour la quatrième nuit consécutive, des centaines de manifestants, venus essentiellement du centre de la Tunisie, ont dormi sur l'esplanade de la Kasbah, à Tunis, devant le bâtiment abritant les bureaux du Premier ministre, Mohammed Ghannouchi. Rejoints dès leur réveil par des bataillons de Tunisiens, ils ont une nouvelle fois réclamé, ce jeudi matin, la démission des sept ministres de l'ancien régime. Selon le porte-parole du gouvernement de transition, Taïeb Baccouch, l'annonce du remaniement, attendue hier, devrait intervenir dans la journée.

"Les tractations s'éternisent parce qu'il y a des désaccords sur l'ampleur que doit prendre ce remaniement, explique ce jeudi matin Pauline Simonet, envoyée spéciale de FRANCE 24 à Tunis. La rue réclame la démission de tous les ministres qui étaient en poste sous le régime de Zine el-Abidine Ben Ali. Selon certains ministres qui participent à ces négociations, Mohammed Ghannouchi serait prêt à abandonner trois ministères-clés, ceux des Affaires étrangères, de l'Intérieur et de la Défense."

"Cela suffira-t-il à apaiser la colère des manifestants ?", s'interroge Pauline Simonet. "Certains ministres réclament un remaniement plus important."

"Un terrain, un arbitre et un juge de touche"

Afin de maintenir la pression sur le cabinet, la puissante Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT) a lancé ce jeudi un mot d'ordre de grève générale à Sidi Bouzid. Des milliers de manifestants sont en train de se rassembler dans cette petite ville du centre-ouest du pays, d'où est partie la révolution. Mercredi, ils étaient également des milliers à répondre à l'appel du syndicat et à se réunir à Sfax, dans le centre-est de la Tunisie, pour réclamer la démission du gouvernement.

Le porte-parole national de la centrale syndicale, Ifa Nasr, a indiqué que la direction de l'UGTT doit également se réunir en fin de matinée près de Tunis pour adopter une "décision finale" sur l'acceptation, ou non, du cabinet de transition.

Les manifestants qui exigent le départ du gouvernement de transition ne reflètent pas forcément l'opinion de la majorité de la population, estime de son côté le professeur d'économie et de finances internationales, Moncef Cheikh-Rouhou. "Ce gouvernement n'est pas là pour garder le pouvoir, explique-t-il à FRANCE 24. Il a un objectif simple, rendre les lois cohérentes avec l'élection du tout premier Parlement représentatif de la Tunisie. Le cabinet de Mohammed Ghannouchi est apte à ériger ces lois. C'est une équipe qui vient remettre le pays sur les rails ; il faut lui donner les moyens de travailler vite et bien, et qu'elle disparaisse. C'est un acte de patriotisme réel."

"La jeunesse tunisienne est capable de poursuivre ce mouvement démocratique, mais selon une règle du jeu, poursuit Moncef Cheikh-Rouhou. On ne peut pas jouer au football sans qu'il y a un terrain, un arbitre et un juge de touche. Ce gouvernement doit nous doter du terrain, de l'arbitre et du juge de touche, qui ne soient plus taillés sur mesure pour Zine el-Abidine Ben Ali."

 

 

Première publication : 27/01/2011

  • TUNISIE

    Tunis lance un mandat d'arrêt international contre Ben Ali et ses proches

    En savoir plus

  • INTERNET - ANALYSE

    Facebook, Moubarak et Ben Ali pas vraiment "amis"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Du soulèvement de Sidi Bouzid à l'après-Ben Ali : chronologie de la révolution tunisienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)