Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

Amériques

Une quinzaine d'opposants arrêtés, dont le militant Guillermo Farinas

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/01/2011

Seize dissidents cubains ont été placés en détention pour avoir soutenu une famille en passe d'être expulsée d'un logement occupé illégalement. Parmi eux figure Guillermo Farinas (photo), prix Sakharov pour la liberté de pensée et cyber-journaliste.

AFP - Seize opposants cubains, dont le cyberjournaliste et défenseur des droits de l'Homme Guillermo Farinas, ont été arrêtés mercredi par la police à Santa Clara, dans le centre du pays, ont indiqué à l'AFP la mère de ce dernier, Alicia Hernández, et des sources de la dissidence.

"Je lui ai parlé et il m'a dit qu'il se trouvait en détention dans les locaux de la troisième unité de police de Santa Clara et ensuite il a raccroché. Il était avec d'autres (opposants) qui s'occupaient d'une famille qui allait être délogée et à cette heure de la nuit on ne l'a pas libéré", a affirmé par téléphone Mme Hernandez, se référant à son fils, depuis Santa Clara, à 240 km à l'est de La Havane.

Le président de la Commission cubaine des droits de l'Homme (illégale), Elizardo Sanchez, a précisé à l'AFP que Farinas, un psychologue de 48 ans qui avait observé une grève de la faim de 135 jours l'an dernier, a été arrêté en même temps que 15 autres opposants.

Farinas s'est vu décerner en 2010 le Prix Sakharov pour la liberté de pensée du Parlement européen.

Selon les sources, Farinas s'était rendu en compagnie de plusieurs personnes chez une famille que la police était en train d'expulser de son logement arguant qu'elle l'occupait illégalement.

Mme Hernandez, une infirmière de 75 ans, a émis l'espoir que son fils, ex- sympathisant du régime devenu un farouche opposant, soit libéré rapidement, de même que ses compagnons.

Au lendemain de la mort du prisonnier politique Orlando Zapata Tamayo, le 23 février 2010, après 85 jours de grève de la faim pour protester contre ses conditions de détention, Farinas avait à son tour cessé de s'alimenter pour réclamer la libération des prisonniers politiques.

Il avait mis fin à son jeûne 135 jours après, quand le gouvernement de Raul Castro, avait entamé un dialogue inattendu avec l'Eglise et autorisé la libération de 52 des 75 opposants arrêtés en 2003.

41 d'entre eux ont depuis été libérés. 40 ont accepté de quitter le pays et sont partis à Madrid et un est resté à Cuba. Les onze restant refusent d'émigrer en Espagne et sont maintenus en prison.

Le gouvernement cubain accuse Farinas de comportement "antisocial" et le considère, tout comme les autres dissidents, comme un "mercenaire" des Etats-Unis.

Farinas a été représenté par une chaise vide lors de la remise du prix Sakharov le 15 décembre dernier à Strasbourg (nord-est de la France), la permission de voyager lui ayant été refusée.

Militaire de formation, originaire de Santa Clara et fils de deux fervents révolutionnaires, il avait pris ses distances avec le régime en 1989, en s'opposant à l'exécution du général Arnaldo Ochoa, accusé de trafic de drogue.

Devenu un militant d'opposition il a été emprisonné à trois reprises et affirme avoir observé 23 grèves de la faim depuis 1990.

 

Première publication : 27/01/2011

  • DROITS DE L'HOMME

    Cuba n'autorise pas le cyberdissident Farinas à se rendre en France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)