Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

Afrique

À Tunis, les forces de l'ordre évacuent violemment la Kasbah

Vidéo par Pauline SIMONET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/01/2011

Au lendemain d'un remaniement ministériel marqué par le départ des caciques du régime Ben Ali, les manifestants toujours présents devant le siège du Premier ministère ont été dispersés par la police à coups de gaz lacrymogènes.

AFP - La police a fait évacuer vendredi les manifestants qui campaient depuis six jours devant les bureaux du premier ministre au centre de Tunis, sur la place de la Kasbah, selon des journalistes de l'AFP.

Les unités anti-émeutes ont tiré des grenades lacrymogènes contre les manifestants rassemblés sous les fenêtres du bureau du premier ministre Mohammed Ghannouchi, et qui leur lançaient des pierres, a constaté l'AFP.

Au moins cinq personnes ont été blessées au cours de ces affrontements, a indiqué à l'AFP un médecin urgentiste sur place.

Des unités de la police anti-émeutes, comptant environ 200 hommes, ont fait mouvement vers la place de la Kasbah en tirant un grand nombre de grenades lacrymogènes.

Sur l'esplanade, survolée par un hélicoptère, des militaires (bien des militaires) ont démonté les tentes utilisées par les manifestants, qui protestaient depuis le 23 janvier contre M. Ghannouchi, et son gouvernement de transition.

Ils ont placé des barrières autour de la place pour empêcher les manifestants de revenir.

Dans les rues adjacentes, de nombreuses personnes refluaient en désordre, les yeux rougis et en pleurs à causes des tirs de grenades.

"J'ai vu au moins cinq blessés. Plusieurs saignaient", a affirmé le médecin du Samu de Tunis, Majdi Amami.

Il a précisé que deux blessés ont été atteints par des pierres lancées par les manifestants et que la police rejetait ensuite vers eux. Un troisième a été atteint à la tête par une grenade lacrymogène tirée "presque à bout portant", a affirmé ce médecin.

Par la suite, les manifestations ont repris sur l'avenue Habib Bourguiba, et, en fin d'après-midi, la principale artère de Tunis retentissait des tirs de lacrymogènes, et était remplie de fumée.

Sur l'avenue, qui avait retrouvé son visage ordinaire vendredi matin pour la première fois depuis plusieurs jours, les magasins et cafés ont vite fermé.

La zone était survolée en permanence par un hélicoptère de l'armée, et la police pourchassait des manifestants dans les rues adjacentes à l'avenue Bourguiba.

Le président de la Ligue tunisienne des droits de l'Homme (LTDH), Moktar Trifi, a indiqué à l'AFP avoir demandé au Premier ministre "de faire cesser les tirs de lacrymogènes, de relacher les personnes arrêtées".

"Il m'a dit que cela allait être fait", a-t-il ajouté.

Après trois jours d'âpres tractations, M. Ghannouchi avait en grande partie cédé à la pression quotidienne de milliers de manifestants en formant jeudi soir une nouvelle équipe de transition profondément remaniée.

Cinq des sept anciens ministres du dernier gouvernement de Ben Ali qui y figuraient ont été remerciés, notamment tous ceux qui occupaient les postes-clés: Défense, Intérieur, Affaires étrangères, Finances.

Première publication : 28/01/2011

  • TUNISIE

    Le ministre des Affaires étrangères quitte le gouvernement de transition

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Tunis lance un mandat d'arrêt international contre Ben Ali et ses proches

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Du soulèvement de Sidi Bouzid à l'après-Ben Ali : chronologie de la révolution tunisienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)