Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Paul Kagame en visite à Paris, ses partisans et opposants défilent dans la capitale

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" sera-t-il déprogrammé du Fespaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"La Robe"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Parlemantaires français en Syrie, Bachar Al Assad interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quand agriculture rime avec futur

En savoir plus

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

#ActuElles

Inde : sauver les filles par l'éducation

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Louis Schweitzer : "La dette perpetuelle, c'est mieux que de laisser crever la Grèce !"

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

Economie

Noor, le miraculé du Web égyptien

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 28/01/2011

Aux prises avec un mouvement de contestation, les autorités du Caire ont paralysé la quasi-totalité du Web égyptien. Un seul fournisseur d'accès, Noor, parvient toutefois à assurer ses services. Explications.

Depuis jeudi soir, la quasi-intégralité (près de 90%) du Web est paralysée par les autorités égyptiennes. Mais Noor, un fournisseur d’accès à Internet (FAI), semble être passé entre les mailles du filet. Même si la connexion sur les sites hébergés reste erratique, la grande majorité des sites web hébergés par le FAI égyptien sont toujours accessibles.

Ce traitement de faveur a suscité de nombreuses réactions sur Twitter, où des internautes égyptiens avancent que le maintien des sites hébergés par Noor est le fruit d’un partenariat liant la société aux autorités du Caire. Même s’il ne s’agit pas d’une compagnie publique, Noor est l’une des figures de proue du développement technologique désiré par l’administration Moubarak et a conclu de nombreux accords commerciaux avec d’importantes entités économiques.

En août 2004, dans une interview publiée par le journal "Al-Mougaz" et reprise par la "newsletter" du fournisseur d'accès, son fondateur, Basel Dalloul, se félicitait de la réussite de son groupe, quatre ans après son lancement : "Le gouvernement égyptien m’a invité il y a cinq ans à rechercher des opportunités d’investissement, dans le cadre du projet du président Moubarak de faire de l’Égypte le ‘hub’ des technologies de l’information."

Un rouage de l'économie égyptienne

Les entreprises pétrolières Egyptian General Petroleum Company (EGPC) et ExxonMobil, notamment, utilisent les services de Noor, tout comme la Bourse égyptienne. Bien qu'il ne soit pas le leader du marché auprès des utilisateurs "lambda", Noor constitue, grâce à ces partenariats, un rouage non négligeable de l’économie du pays.

Ce déploiement stratégique, entamé par le groupe dès le début des années 2000, est le fruit du travail de Basel Dalloul. Ce dernier, qui vient de revendre Magnet Interactive Group après en avoir fait, en dix ans, un acteur respectable du secteur des nouvelles technologies, décide de répondre à l’appel du gouvernement égyptien. Son premier défi : démocratiser l’utilisation d’Internet dans un pays où le marché du Web est encore confidentiel et où l’on estime le nombre total d’internautes à moins de 500 000.

Grâce à un partenariat développé avec Telecom Egypt, Noor, fondé en 2000, propose rapidement à une grande majorité d’utilisateurs un accès basique au Web ("dial-up"), via les lignes téléphoniques de l’opérateur historique égyptien.

Un service qu’il finira par abandonner, en raison du grand nombre de licences accordées par le ministère de la Communication et des Technologies de l’information aux FAI.

Fournisseur de Coca-Cola, Toyota et Nestlé

À partir de 2004, alors que les opérateurs, à l'instar d'Orascom, s’attèlent à développer leurs services aux particuliers, Noor établit de nombreux partenariats avec les acteurs économiques du pays. Il fournit aujourd’hui un accès interne à Internet à de nombreux groupes implantés en Égypte, parmi lesquels Coca-Cola, Toyota, Renault, Mitsubishi, FedEx, Nestlé, Bristol Myers ou Lafarge.

Aujourd’hui, le parc d’internautes égyptiens s’est considérablement développé et flirte avec les 17 millions d’utilisateurs, selon l’International Telecommunication Union (ITU). Et depuis jeudi soir, les quatre principaux fournisseurs d’accès à Internet, Link Egypt, Telecom Egypt, Vodafone/Raya, et Etisalat Misr ont vu leurs réseaux haut-débit suspendus. Seules quelques lignes "dial-up" semblent échapper au black-out. L’ADSL proposé par Noor, quant à lui, est toujours "online" pour l’instant.

Première publication : 28/01/2011

  • ÉGYPTE

    Le régime tente par tous les moyens de freiner la mobilisation

    En savoir plus

  • INTERNET - ANALYSE

    Facebook, Moubarak et Ben Ali pas vraiment "amis"

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Galvanisé par le cas tunisien, le Web égyptien veut faire sa révolution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)