Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

Afrique

Le gouvernement démissionne, les manifestants dans la rue

Vidéo par Margaux CHOURAQUI , Ludovic de Foucaud

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/01/2011

Malgré l'annonce de la formation d'un nouveau cabinet dès ce samedi, des milliers de manifestants sont à nouveau réunis au Caire pour demander le départ du président Moubarak.

"Moubarak va-t-en !" Ce samedi midi, les manifestants appellent à nouveau au départ du président égyptien place Tahrir, dans le centre du Caire. Pour la cinquième journée consécutive, les Égyptiens sont descendus dans la rue, des milliers de personnes affluant depuis ce matin vers la capitale. De son côté, le gouvernement du Premier ministre Ahmad Nazif a annoncé, ce samedi matin, sa démission. Une nouvelle équipe gouvernementale pourrait être formée dès aujourd’hui.

Après les manifestations de vendredi, émaillées d'incidents violents, l'armée a été appelée en renfort et s'est positionnée dans les endroits stratégiques de la capitale. "L'atmosphère est un peu différente ce samedi, constate Ygal Saadoun, correspondant de FRANCE 24 au Caire. Dans de nombreux quartiers, l'armée est accueillie triomphalement par la population, qui considérait que la police lui était hostile et qu'elle était corrompue. Les manifestations sont plus pacifiques."

"La question est de savoir si l'armée va épouser ce mouvement, comme ça a été le cas en Tunisie, ou si elle va au contraire protéger le régime", ajoute Gallagher Fenwick, envoyé spécial de FRANCE 24 au Caire.

"Divergences" au sommet de l'État

Selon le politologue Khattar Abou Diab, qui contribue aux Cahiers de l'Orient, des "divergences" seraient en train d'apparaître au sommet de l'État. "Ce n'est pas une révolution de palais, explique-t-il à FRANCE 24, mais il y a apparemment des divergences entre la direction de l'armée, les services de renseignement et l'establishment civil sur la façon de gérer cette crise et de faire face à la révolte populaire."

Ce samedi, des heurts ont toutefois eu lieu entre policiers et manifestants à Alexandrie, dans le nord du pays, où un témoin cité par l'agence Reuters a fait état de tirs à balles réelles. À Rafah, ville située à la frontière avec la bande de Gaza, le siège de la Sûreté de l'État a été attaqué et trois policiers ont été tués dans ces affrontements.

Selon le ministère de la Santé égyptien, 38 personnes ont trouvé la mort vendredi alors que des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans les grandes villes du pays et notamment à Suez, Alexandrie et au Caire. Des heurts les ont opposés aux forces de l'ordre qui ont utilisé des canons à eau, des grenades lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour disperser les cortèges.

Après le président américain Barack Obama cette nuit, le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a appelé à l'arrêt des violences et à la "mise en œuvre du processus de réforme nécessaire."

Le gouvernement égyptien a démissionné

En fin de matinée, la télévision d'État égyptienne a par ailleurs confirmé la démission

officielle du gouvernement du Premier ministre Ahmad Nazif, annoncée vendredi soir par Hosni Moubarak. Celui-ci doit maintenant désigner le nouveau chef de gouvernement, et son équipe pourrait être formée dans la journée.

Dans sa brève allocution vendredi soir, le président égyptien a affirmé avoir "pleinement conscience des aspirations légitimes du peuple". Il s'est également dit déterminé à assurer la stabilité du pays.

"Évidemment cette annonce de la formation d'un nouveau gouvernement n'est pas suffisante pour les Égyptiens, affirme le politologue Khattar Abou Diab. Le peuple attend des réformes concrètes, un calendrier pour les élections législatives et présidentielle, un engagement d'Hosni Moubarak à ne pas prolonger son mandat ni envisager une succession dynastique avec l'arrivée de son fils Gamal au pouvoir... Si la population n'a pas de réponses sur ces points, la situation pourrait empirer."

Outre le départ d'Hosni Moubarak, les Égyptiens réclament la levée de l'état d'urgence, en vigueur depuis 30 ans, davantage de libertés individuelles et une amélioration de leurs conditions de vie. Alors que plus de 40 % des Égyptiens vivent avec moins de deux dollars par jour, ils protestent contre la hausse des prix des denrées de base et le manque d'emplois.
 

 

 

 

Première publication : 29/01/2011

COMMENTAIRE(S)