Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le F-35 grand absent de Farnborough

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Collectif"

En savoir plus

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le défilé du 14-Juillet sur les Champs-Élysées

    En savoir plus

  • EN IMAGES : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • La délicate opération de renflouement du Costa Concordia a commencé

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

Afrique

Mohamed el-Baradei : "Il est temps que Moubarak parte"

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/01/2011

Dans une interview exclusive à FRANCE 24, Mohamed el-Baradei, l'un des principaux opposants égyptiens, appelle au départ du président Hosni Moubarak. Il affirme qu'il continuera à participer au mouvement de contestation.

Alors que des milliers de manifestants sont encore réunis ce samedi matin au Caire et qu’un nouveau gouvernement doit être désigné dans la journée, l'opposant Mohamed el-Baradei appelle, dans une interview exclusive à FRANCE 24, au départ du président égyptien Hosni Moubarak.

"Je continuerai à participer [aux manifestations] pour m'assurer que le régime de Moubarak parte, affirme ce samedi à FRANCE 24 l'ancien directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), rentré jeudi en Égypte.

Un discours "vide de sens"

Celui qui réside habituellement à Vienne, en Autriche, s'était dit prêt lors de son départ pour Le Caire à conduire la transition en cas de départ du président Moubarak.

"Vendredi soir, nous espérions qu'Hosni Moubarak allait décider de partir, mais à la dernière minute il est apparu avec un discours vide de sens, qui a été une grosse déception pour les Égyptiens", déclare Mohamed el-Baradei.

"Hosni Moubarak n'a clairement pas compris le message qui émanait du peuple égyptien, poursuit Mohamed el-Baradei. Sa seule réponse a été de former un nouveau gouvernement, c'était presque une insulte à l'intelligence du peuple. Les gens savent trop bien qu'il est en charge de tous les aspects pour diriger le pays, il n'a proposé aucune réforme politique ou économique."

L’ancien directeur de l’AIEA estime que ce régime, qu’il qualifie de "dictatorial", a "échoué sur les fronts économique et politique". "Nous avons besoin d'un nouveau départ, avec un pays libre, démocratique, dit-il. Nous aurons besoin d'une période de transition".

"Quand un régime se comporte avec une telle bassesse, et ouvre les canons à eau sur quelqu'un qui a remporté le prix Nobel de la paix, cela indique que c'est le début de la fin pour ce régime et qu'il est temps qu'il parte", a-t-il ajouté, en référence aux manifestations de la veille au Caire auxquelles il a participé.

"L'armée n'a pas l'habitude d'affronter les Égyptiens"

Mohamed el-Baradei dit espérer que de nouvelles manifestations "encore plus larges" aient lieu ce samedi. "La police n'est plus dans la rue, c'est l'armée qui a pris la relève, ajoute-t-il. Traditionnellement, l'armée n'a pas l'habitude d'affronter les Égyptiens. J'espère qu'Hosni Moubarak comprendra le message avant que les choses ne deviennent très graves".

Dans la nuit, le président américain Barack Obama a de son côté appelé Hosni Moubarak à "tenir ses promesses d'œuvrer en faveur de la démocratie" et à entreprendre des réformes économiques et politiques. Un message jugé "extrêmement décevant" par l'opposant.

"Les États-Unis ont déclaré vouloir travailler avec le peuple égyptien et le gouvernement, alors qu'il faut faire un choix, estime Mohamed El-Baradei. C'est un gouvernement autoritaire et les gens sont victimes de privations depuis 58 ans. Même si j'ai beaucoup de respect pour Barack Obama, assigner la tâche de mettre en œuvre des réformes économiques et politiques à un homme qui est à la tête d'un système autoritaire et au pouvoir depuis 30 ans, c'est un paradoxe. Le premier véritable changement vers la démocratie, ce serait d'assigner cette tâche à un démocrate."

Même si des responsables égyptiens de la sécurité ont affirmé vendredi que Mohamed el-Baradei était assigné à résidence, celui-ci compte donc bien aller manifester. "Il n'y a pas de troupes stationnées devant chez moi, indique-t-il samedi matin. Du moins je ne pense pas, je vais vérifier cela en sortant de chez moi. Je ne sais pas vraiment dans quelle mesure c'est exact. Selon moi, c'est avant tout un message pour décourager les gens de participer aux manifestations pacifiques."

 

Première publication : 29/01/2011

  • ÉGYPTE - TUNISIE

    La carte des manifestations de soutien dans le monde

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Hosni Moubarak, un "raïs" contesté

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)