Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

Afrique

Mohamed el-Baradei : "Il est temps que Moubarak parte"

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/01/2011

Dans une interview exclusive à FRANCE 24, Mohamed el-Baradei, l'un des principaux opposants égyptiens, appelle au départ du président Hosni Moubarak. Il affirme qu'il continuera à participer au mouvement de contestation.

Alors que des milliers de manifestants sont encore réunis ce samedi matin au Caire et qu’un nouveau gouvernement doit être désigné dans la journée, l'opposant Mohamed el-Baradei appelle, dans une interview exclusive à FRANCE 24, au départ du président égyptien Hosni Moubarak.

"Je continuerai à participer [aux manifestations] pour m'assurer que le régime de Moubarak parte, affirme ce samedi à FRANCE 24 l'ancien directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), rentré jeudi en Égypte.

Un discours "vide de sens"

Celui qui réside habituellement à Vienne, en Autriche, s'était dit prêt lors de son départ pour Le Caire à conduire la transition en cas de départ du président Moubarak.

"Vendredi soir, nous espérions qu'Hosni Moubarak allait décider de partir, mais à la dernière minute il est apparu avec un discours vide de sens, qui a été une grosse déception pour les Égyptiens", déclare Mohamed el-Baradei.

"Hosni Moubarak n'a clairement pas compris le message qui émanait du peuple égyptien, poursuit Mohamed el-Baradei. Sa seule réponse a été de former un nouveau gouvernement, c'était presque une insulte à l'intelligence du peuple. Les gens savent trop bien qu'il est en charge de tous les aspects pour diriger le pays, il n'a proposé aucune réforme politique ou économique."

L’ancien directeur de l’AIEA estime que ce régime, qu’il qualifie de "dictatorial", a "échoué sur les fronts économique et politique". "Nous avons besoin d'un nouveau départ, avec un pays libre, démocratique, dit-il. Nous aurons besoin d'une période de transition".

"Quand un régime se comporte avec une telle bassesse, et ouvre les canons à eau sur quelqu'un qui a remporté le prix Nobel de la paix, cela indique que c'est le début de la fin pour ce régime et qu'il est temps qu'il parte", a-t-il ajouté, en référence aux manifestations de la veille au Caire auxquelles il a participé.

"L'armée n'a pas l'habitude d'affronter les Égyptiens"

Mohamed el-Baradei dit espérer que de nouvelles manifestations "encore plus larges" aient lieu ce samedi. "La police n'est plus dans la rue, c'est l'armée qui a pris la relève, ajoute-t-il. Traditionnellement, l'armée n'a pas l'habitude d'affronter les Égyptiens. J'espère qu'Hosni Moubarak comprendra le message avant que les choses ne deviennent très graves".

Dans la nuit, le président américain Barack Obama a de son côté appelé Hosni Moubarak à "tenir ses promesses d'œuvrer en faveur de la démocratie" et à entreprendre des réformes économiques et politiques. Un message jugé "extrêmement décevant" par l'opposant.

"Les États-Unis ont déclaré vouloir travailler avec le peuple égyptien et le gouvernement, alors qu'il faut faire un choix, estime Mohamed El-Baradei. C'est un gouvernement autoritaire et les gens sont victimes de privations depuis 58 ans. Même si j'ai beaucoup de respect pour Barack Obama, assigner la tâche de mettre en œuvre des réformes économiques et politiques à un homme qui est à la tête d'un système autoritaire et au pouvoir depuis 30 ans, c'est un paradoxe. Le premier véritable changement vers la démocratie, ce serait d'assigner cette tâche à un démocrate."

Même si des responsables égyptiens de la sécurité ont affirmé vendredi que Mohamed el-Baradei était assigné à résidence, celui-ci compte donc bien aller manifester. "Il n'y a pas de troupes stationnées devant chez moi, indique-t-il samedi matin. Du moins je ne pense pas, je vais vérifier cela en sortant de chez moi. Je ne sais pas vraiment dans quelle mesure c'est exact. Selon moi, c'est avant tout un message pour décourager les gens de participer aux manifestations pacifiques."

 

Première publication : 29/01/2011

  • ÉGYPTE - TUNISIE

    La carte des manifestations de soutien dans le monde

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Hosni Moubarak, un "raïs" contesté

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)