Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

  • Un Français enlevé en Algérie, le Quai d'Orsay n'écarte "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

Afrique

Hosni Moubarak dissout le gouvernement sous la pression de la rue

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/01/2011

Pour la première fois depuis le début des manifestations, le président égyptien a pris la parole, vendredi soir, pour annoncer le limogeage du gouvernement. Retour sur une journée chaotique qui a fait au moins 20 morts.

À l'occasion d’une courte allocution retransmise dans la nuit de vendredi à samedi par la télévision nationale égyptienne, le président Hosni Moubarak a annoncé le limogeage du gouvernement d'Ahmed Nazif et annoncé la formation d'un nouveau cabinet pour samedi.

Alors que la journée a été chaotique pour le pouvoir, le chef de l'État a aussi lâché du lest en promettant "de nouvelles mesures" pour la démocratie, sans donner plus de détails. Hosni Moubarak a enfin réaffirmé sa détermination à assurer la stabilité du pays, soulignant que la frontière entre la démocratie et le chaos était mince et que les difficultés ne devaient pas se régler par la violence.

Journée meurtrière dans les rues égyptiennes

Les déclarations du président égyptien interviennent au terme d’une journée de manifestations - violemment réprimées - sans précédent dans le pays. Le dernier bilan fait état d’au moins vingt morts dans les différentes villes d'Égypte, ce vendredi. Cinq personnes ont été tuées et des centaines d'autres blessées au Caire ; à Suez, les accrochages avec la police ont fait 13 morts et 75 blessés, alors qu’Alexandrie déplore six morts et Mansoura deux.

"Les rues sont livrées aux manifestants (…). C’est toute la société civile qui manifeste, ici, au Caire", rapporte Karim Hakiki, l'un des envoyés spéciaux de FRANCE 24 dans la capitale égyptienne. Vendredi, au quatrième jour des manifestations, des centaines de milliers de personnes étaient dans les rues. Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes, de canons à eau et de balles en caoutchouc pour tenter de disperser les contestataires.

Les manifestants ont mis le feu au siège du Parti national démocratique (PND, au pouvoir). Plus tôt dans la journée, deux commissariats de la capitale avaient été incendiés. Dans la soirée, manifestants et forces de l’ordre continuaient à s’affronter dans les principales artères du Caire transformées en champ de bataille, malgré l’instauration du couvre-feu en fin de journée. Jeunes ou moins jeunes, les manifestants réclament le départ du président Hosni Moubarak.

L’armée dans les rues du Caire

Le pouvoir a fait appel à l’armée pour soutenir les forces de police, débordées par les contestataires. Ygal Saadoun, lui aussi envoyé spécial de FRANCE 24 au Caire, confirme "avoir vu passer des unités de l'armée égyptienne à quelques encablures de la place Tahrir, où avait commencé le mouvement". "Nous avons vu des véhicules blindés de l'armée entrer dans Le Caire", a-t-il ajouté.

Le couvre-feu a été décrété dans trois grandes villes d’Égypte : Le Caire, Alexandrie et Suez.

L’opposant Mohamed El-Baradei, ancien patron de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), a participé aux manifestations. Il s’est dit prêt à assurer la transition politique en cas de départ d’Hosni Moubarak. Depuis jeudi, celui-ci a interdiction de quitter Le Caire. Certaines sources rapportent qu’il serait en résidence surveillée.

Les connexions Internet et téléphoniques étaient toujours coupées, vendredi soir, alors que la communauté internationale, notamment l’Union européenne et les États-Unis, ont appelé Le Caire à faire preuve de "retenue" et à respecter les droits des Égyptiens.

 

Retrouvez ci-dessous le liveblogging assuré vendredi par FRANCE24.com.

 

Première publication : 29/01/2011

  • ÉGYPTE - TUNISIE

    La carte des manifestations de soutien dans le monde

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les réseaux Internet et de téléphonie sont presque totalement coupés

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Hosni Moubarak, un "raïs" contesté

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)