Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le succès des meubles en open source

En savoir plus

SUR LE NET

La France tente de contrer la propagande djihadiste

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

Sports

Le Maroc accueillera la CAN en 2015

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/01/2011

Après plusieurs candidatures déçues, le Maroc a été désigné pays hôte de la CAN 2015 par le président de la Confédération africaine de football, Issa Hayatou (à g. sur la photo). L'Afrique du Sud, elle, accueillera la CAN en 2017.

AFP - La Confédération africaine de football (CAF) a confié samedi à Lubumbashi (RD Congo) l'organisation de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) en 2015 au Maroc et celle de 2017 à l'Afrique du Sud, hôte du dernier Mondial de football.

Le Maroc, qui n'a plus organisé la compétition phare du continent depuis 1988, se voit ainsi désigné par la CAF, après plusieurs candidatures infructueuses.

L'Afrique du Sud, pays organisateur de l'édition de 1996 remportée par ses Bafana-Bafana (surnom de l'équipe nationale de football sud-africaine), accueillera de nouveau cette compétition dans six ans, après avoir organisé avec succès le premier Mondial sur le continent lors de l'été 2010.

Les deux pays étaient les seuls en lice pour les CAN-2015 et 2017.

La CAF avait désigné l'Angola comme pays organisateur de la CAN-2010, la Guinée Equatoriale et le Gabon en 2012 et la Libye en 2013.

Première publication : 29/01/2011

COMMENTAIRE(S)