Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

Les socialistes et les Verts : après la fusion la fission !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

Le souverainisme à la mode ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

La politique... un choc de personnalités ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

Afrique

Obama appelle Moubarak à tenir ses promessses

Vidéo par Yuka ROYER , Aurore DUPUIS

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/01/2011

Le président des États-Unis Barack Obama exhorte Hosni Moubarak à tenir ses promesses et à entreprendre des réformes politiques. De son côté, l'Union européenne appelle le président égyptien à préserver les libertés du peuple.

AFP - Les Etats-Unis ont choisi vendredi de faire pression sur leur allié égyptien Hosni Moubarak, le président Barack Obama prenant même la parole pour réclamer des réformes politiques "concrètes" et l'arrêt des violences.

"Je veux appeler très clairement les autorités égyptiennes à s'abstenir d'utiliser la violence contre les manifestants pacifiques", a déclaré M. Obama, peu de temps après s'être entretenu par téléphone avec M. Moubarak pendant 30 minutes.

Obama presse Moubarak d'agir "concrètement"

"Le peuple égyptien a des droits qui sont universels. Cela inclut le droit de se réunir pacifiquement, le droit à la liberté d'expression et à la possibilité de choisir son propre destin, cela relève des droits de l'homme", a-t-il insisté.

M. Obama a indiqué avoir demandé au président égyptien de tenir les promesses qu'il a faites dans une déclaration à ses concitoyens vendredi.

M. Moubarak est intervenu en pleine nuit à la télévision égyptienne pour annoncer des réformes démocratiques, la démission de son gouvernement et la formation dès samedi d'un nouveau cabinet.

"Je lui ai dit qu'il avait pour responsabilité de donner un sens à ces mots. Je lui ai dit de prendre des mesures concrètes pour tenir ses promesses", a assuré M. Obama.

Plus tôt dans la journée, son porte-parole Robert Gibbs avait laissé

entendre que l'aide américaine à l'Egypte pourrait être remise en cause.

"Nous réexaminerons notre assistance (à l'Egypte) en fonction des événements qui auront lieu dans les prochains jours", a-t-il dit.

Le président Moubarak, au pouvoir depuis trois décennies, est le plus proche allié arabe des Etats-Unis. L'armée égyptienne a bénéficié l'an dernier de subventions américaines à hauteur d'1,3 milliard de dollars.

Hasard du calendrier, le chef d'état-major égyptien, Sami Anan, conduisait une délégation militaire pour des entretiens au Pentagone prévus jusqu'à mercredi. Il a écourté son séjour et devait retourner en Egypte vendredi.

La chef de la diplomatie Hillary Clinton avait auparavant appelé le gouvernement égyptien à "faire tout ce qui est en son pouvoir pour réfréner les forces de l'ordre".

Elle s'exprimait après quatre jours de manifestations toujours plus violentes et imprévisibles. L'armée a été appelée par Hosni Moubarak à prêter main forte à la police.

Les protestations, selon Mme Clinton, "montrent les doléances profondes dans la société égyptienne, et le gouvernement égyptien doit comprendre que cette violence ne fera pas disparaître les doléances".

Mme Clinton a aussi demandé aux autorités de "mettre fin aux mesures sans précédent prises pour bloquer les communications", une référence à la coupure d'internet.

Pour le régime, "ce moment doit être saisi et nous espérons qu'il le sera", a-t-elle ajouté, comme pour souligner le sentiment d'urgence ressenti par l'allié américain.

Ces réactions sont les plus vives venant des Etats-Unis depuis le début des manifestations réclamant le départ du président égyptien.

Après une hésitation initiale mardi -quand Mme Clinton avait qualifié le régime Moubarak de "stable"-, l'administration Obama a mis l'accent avec constance sur le respect du droit de manifester et le besoin de réformes.

Mais le changement de ton vendredi signale que Washington juge désormais la situation très grave et évolutive.

Toujours vendredi, le journal norvégien Aftenposten a publié des notes obtenues par WikiLeaks, selon lesquelles les Etats-Unis ont financé à hauteur de plusieurs dizaines de millions de dollars des organisations de promotion de la démocratie en Egypte, au grand dam du président Moubarak.
 

Première publication : 29/01/2011

  • ÉGYPTE - TUNISIE

    La carte des manifestations de soutien dans le monde

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les réseaux Internet et de téléphonie sont presque totalement coupés

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Hosni Moubarak, un "raïs" contesté

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)