Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Afrique

Obama appelle Moubarak à tenir ses promessses

Vidéo par Yuka ROYER , Aurore DUPUIS

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/01/2011

Le président des États-Unis Barack Obama exhorte Hosni Moubarak à tenir ses promesses et à entreprendre des réformes politiques. De son côté, l'Union européenne appelle le président égyptien à préserver les libertés du peuple.

AFP - Les Etats-Unis ont choisi vendredi de faire pression sur leur allié égyptien Hosni Moubarak, le président Barack Obama prenant même la parole pour réclamer des réformes politiques "concrètes" et l'arrêt des violences.

"Je veux appeler très clairement les autorités égyptiennes à s'abstenir d'utiliser la violence contre les manifestants pacifiques", a déclaré M. Obama, peu de temps après s'être entretenu par téléphone avec M. Moubarak pendant 30 minutes.

Obama presse Moubarak d'agir "concrètement"

"Le peuple égyptien a des droits qui sont universels. Cela inclut le droit de se réunir pacifiquement, le droit à la liberté d'expression et à la possibilité de choisir son propre destin, cela relève des droits de l'homme", a-t-il insisté.

M. Obama a indiqué avoir demandé au président égyptien de tenir les promesses qu'il a faites dans une déclaration à ses concitoyens vendredi.

M. Moubarak est intervenu en pleine nuit à la télévision égyptienne pour annoncer des réformes démocratiques, la démission de son gouvernement et la formation dès samedi d'un nouveau cabinet.

"Je lui ai dit qu'il avait pour responsabilité de donner un sens à ces mots. Je lui ai dit de prendre des mesures concrètes pour tenir ses promesses", a assuré M. Obama.

Plus tôt dans la journée, son porte-parole Robert Gibbs avait laissé

entendre que l'aide américaine à l'Egypte pourrait être remise en cause.

"Nous réexaminerons notre assistance (à l'Egypte) en fonction des événements qui auront lieu dans les prochains jours", a-t-il dit.

Le président Moubarak, au pouvoir depuis trois décennies, est le plus proche allié arabe des Etats-Unis. L'armée égyptienne a bénéficié l'an dernier de subventions américaines à hauteur d'1,3 milliard de dollars.

Hasard du calendrier, le chef d'état-major égyptien, Sami Anan, conduisait une délégation militaire pour des entretiens au Pentagone prévus jusqu'à mercredi. Il a écourté son séjour et devait retourner en Egypte vendredi.

La chef de la diplomatie Hillary Clinton avait auparavant appelé le gouvernement égyptien à "faire tout ce qui est en son pouvoir pour réfréner les forces de l'ordre".

Elle s'exprimait après quatre jours de manifestations toujours plus violentes et imprévisibles. L'armée a été appelée par Hosni Moubarak à prêter main forte à la police.

Les protestations, selon Mme Clinton, "montrent les doléances profondes dans la société égyptienne, et le gouvernement égyptien doit comprendre que cette violence ne fera pas disparaître les doléances".

Mme Clinton a aussi demandé aux autorités de "mettre fin aux mesures sans précédent prises pour bloquer les communications", une référence à la coupure d'internet.

Pour le régime, "ce moment doit être saisi et nous espérons qu'il le sera", a-t-elle ajouté, comme pour souligner le sentiment d'urgence ressenti par l'allié américain.

Ces réactions sont les plus vives venant des Etats-Unis depuis le début des manifestations réclamant le départ du président égyptien.

Après une hésitation initiale mardi -quand Mme Clinton avait qualifié le régime Moubarak de "stable"-, l'administration Obama a mis l'accent avec constance sur le respect du droit de manifester et le besoin de réformes.

Mais le changement de ton vendredi signale que Washington juge désormais la situation très grave et évolutive.

Toujours vendredi, le journal norvégien Aftenposten a publié des notes obtenues par WikiLeaks, selon lesquelles les Etats-Unis ont financé à hauteur de plusieurs dizaines de millions de dollars des organisations de promotion de la démocratie en Egypte, au grand dam du président Moubarak.
 

Première publication : 29/01/2011

  • ÉGYPTE - TUNISIE

    La carte des manifestations de soutien dans le monde

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les réseaux Internet et de téléphonie sont presque totalement coupés

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Hosni Moubarak, un "raïs" contesté

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)