Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Magic on the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

Culture

Des films sur l'amour à distance et l'euthanasie primés au 27e festival de Sundance

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/01/2011

Le jury du festival, qui récompense chaque année les meilleurs films indépendants, a décerné ses principaux prix à "Like Crazy", l'histoire d'une relation amoureuse à distance, et à "How to die in Oregon", un documentaire sur l'euthanasie.

AFP - "Like Crazy", l'histoire d'un amour fou à l'épreuve de la distance, et "How to die in Oregon", plaidoyer pour l'euthanasie, sont parmi les principaux lauréats du 27e Festival de Sundance, dont le palmarès a été dévoilé samedi soir à Park City (Utah, ouest).

Le Grand Prix de la fiction américaine, le plus prestigieux de la soirée, est allé à "Like Crazy" de Drake Doremus, l'histoire d'un amour fou entre un Américain et une Britannique, rudement mis à l'épreuve par la distance.

Le réalisateur a entre autres dédié son prix à ses parents, "pour avoir cru en l'amour et m'avoir appris que l'amour était important, pour que je fasse ce film un jour (...) Ce film parle d'amour, d'un amour qui ne meurt jamais et qui reste avec vous toute votre vie".

Le documentaire "How to die in Oregon" de Peter Richardson, plaidoyer poignant et pudique en faveur de l'euthanasie, suit les pas de plusieurs malades en phase terminale ayant décidé de mettre fin à leurs jours dans l'Etat d'Oregon (ouest des Etats-Unis), où la loi les y autorise.

Le réalisateur a tenu a rendre hommage aux "extraordinaires individus qui m'ont laissé entrer dans leur vie et la raconter pendant ces quatre dernières années. Ce prix est pour vous et je vous le dois", a-t-il dit.

Dans la catégorie film de fiction étranger, le Grand Prix du Jury a été attribué au film norvégien "Happy, Happy", signé Anne Sewitsky, qui raconte la renaissance sexuelle d'une femme au foyer dans les bras de son voisin.

Le Grand Prix du Jury du documentaire étranger est allé à "Hell and back again" (Aller-retour en enfer), du photojournaliste Danfung Dennis, qui retrace le difficile retour au foyer d'un Marine de 25 ans, Nathan Harris, grièvement blessé au combat en Afghanistan.

Ce prix est "pour tous ceux qui reviennent. C'est quelque chose que nous devons avoir toujours à l'esprit, nous ne devons jamais les oublier", a déclaré de réalisateur, qui a également remporté de prix de la meilleure direction de la photographie.

Le cinéma latino-américain, dont trois films participaient à la compétition, est reparti avec le prix de la meilleure photographie pour une fiction étrangère, remis au film colombien "Todos tus muertos" (Tous tes morts).

"Position among the stars", du Néerlandais Leonard Retel Helmrich, un magnifique documentaire sur le quotidien d'une famille indonésienne dans un bidonville de Jakarta, repart avec un Prix spécial du jury, à l'instar du film britannique "Tyrannosaur" de Paddy Considine, du documentaire américain "Being Elmo, a puppeteer's journey" de Constance Marks et du film américain "Another Earth" de Mike Cahill.

Les Prix du public sont allés au documentaire britannique "Senna" de Asif Kapadia, au film américano-rwandais "Kinyarwanda" d'Alrick Brown, au documentaire américain "Buck" de Cindy Meehl" et au film américain "Circumstance" de Maryam Keshavarz.

L'Américaine Erica Dunton et son film "To.get.her" repartent avec le prix Next, destiné à récompenser un film à tout petit budget.

Près de 120 films étaient présentés cette année pour la 27e édition du Festival de Sundance, dont 58 en compétition.

Le festival, fondé par l'acteur Robert Redford pour faire contrepoids aux studios hollywoodiens en offrant une vitrine à la production indépendante, est devenu au fil des ans le plus gros festival et marché du film aux Etats-Unis.

L'an dernier, c'est "Winter's bone" de Debra Granik qui avait remporté le Grand Prix du Jury de la fiction américaine. Après une belle carrière en salles, le film a récolté quatre nominations pour les prochains des Oscars, le 27 février, dont celle de meilleur film.
 

Première publication : 30/01/2011

  • CINÉMA

    Avec "My French Film Festival", le cinéma français tente de tisser sa Toile

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)