Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Confusion autour de la tenue du procès de Simone Gbagbo mercredi

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Ligue des Champions : à Nicosie, le PSG veut consolider sa première place

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

Afrique

Au sixième jour d'une crise sans précédent, l'Égypte au bord du gouffre

Vidéo par Christophe DANSETTE , Stéphanie DE SILGUY

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 30/01/2011

À l'aube d’une sixième journée de crise, la situation est toujours confuse : la pression de la rue s’accentue, mais le pouvoir ne compte pas céder. Au Caire cette nuit, des comités d'autodéfense protégaient certains quartiers contre les pillards.

Samedi soir, après une journée chaotique, des milliers de personnes étaient toujours massées dans les rues du centre du Caire et dans d'autres villes du pays, malgré le couvre-feu. Des comités de quartier, armés de gourdins et de barres de fer étaient présents dans plusieurs zones au Caire pour protéger la population des bandes de pillards qui dévalisent commerces et maisons.

Des dizaines de milliers de manifestants bravent le couvre-feu

De New York à Téhéran, des milliers de personnes soutiennent les manifestants égyptiens

Sur le terrain de la contestation, la journée de samedi a été moins meurtrière que celle de vendredi – environ 30 personnes ont été tuées contre une soixantaine la veille. Pourtant, les manifestants, au Caire, à Alexandrie, Suez ou Ismaïliya, ont bravé le couvre-feu (à 14h, heure égyptienne, soit 16h GMT) toute la journée, et se sont violemment heurtés aux forces de l’ordre. Au moins trois personnes sont décédées au Caire dans ces affrontements, et une douzaine à Suez.

Dans la capitale, une foule forte de dizaines de milliers de manifestants s’est rassemblée dans le centre, sur la place de la Libération (place Tahrir) et à proximité du musée abritant des trésors de l’antiquité, qui a d'ailleurs été attaqué par des pillards. Les affrontements les plus violents ont eu lieu devant le ministère de l’Intérieur, où des protestataires ont essayé d'entrer. Selon les envoyés spéciaux de France 24, le centre-ville était méconnaissable en raison des incendies et de nombreux pillages. Plusieurs témoins ont aussi assisté à des scènes où la foule fraternisait avec l’armée déployée au Caire. Les images diffusées par les médias télévisés montrent des militaires qui encadrent les manifestations sans toutefois intervenir directement.

Le général Souleimane, ancien chef du renseignement, nommé vice-président

Après les promesses faites lors d’une allocation télévisée vendredi soir, Hosni Moubarak a annoncé en milieu d’après-midi, deux nominations d’importance : celle du vice-président Omar Souleimane, et du nouveau Premier ministre, Ahmad Chafic. La télévision nationale égyptienne a diffusé des images de M. Souleimane prêtant serment devant le président égyptien avant de lui adresser un salut militaire. La réaction de l’opposition ne s’est pas fait attendre : Mohamed ElBaradei a regretté que ces nominations ne soient "pas suffisantes", alors que les Frères Musulmans (islamistes) appelaient à nouveau à une pacification pacifiste du pouvoir.

Le nouveau vice-président Omar Souleimane saluant Hosni Moubarak après sa prestation de serment. (crédit : télévision nationale égyptienne)

Dans la matinée, M. ElBaradei demandait à l’antenne de France 24 le départ de Hosni Moubarak : "Il n'a clairement pas compris le message qui émanait du peuple égyptien" affirmait l’ancien directeur général de l’AIEA.

Ancien chef du renseignement égyptien, le général Souleimane est un proche du

président Moubarak, et sa nomination apparaît comme un repli du pouvoir sur sa base militaire. L’Égypte n’a connu aucun vice-président depuis 1981 et l’arrivée au pouvoir de Hosni Moubarak, après l’assassinat du président al-Sadate. La nomination d’Omar Souleimane laisse donc à penser que le chef de l’État prépare sa succession… et que son fils Gamal Moubarak a de moins en moins de chances de lui succéder.

Des élections présidentielles doivent avoir lieu en septembre 2012 en Égypte. Le président du Parlement, Fathi Sorour, a précisé samedi qu'il n'existait aucun projet d'élections anticipées.

Peser face à un régime ami mais menacé : le dilemme occidental

Le président américain Barack Obama, après s'être entretenu par téléphone avec M. Moubarak pendant 30 minutes dans la nuit de vendredi à samedi, a déclaré qu'il appelait "très clairement les autorités égyptiennes à s'abstenir d'utiliser la violence contre les manifestants pacifiques". M. Obama a ajouté qu'il avait demandé au chef de l'Etat égyptien de "prendre des mesures concrètes pour tenir ses promesses" faites dans son allocution télévisée.

Le président américain n’a pas officiellement réagi à la nomination de MM. Souleimane et Chafic samedi, mais il a réuni en fin de journée son conseil à la sécurité nationale pour discuter de la crise égyptienne.

Côté européen, une déclaration commune de Paris, Berlin et Londres appelle au changement en Égypte et exhortent "le président Moubarak à éviter à tout prix l'usage de la violence contre des civils sans armes et les manifestants à exercer leur droit pacifiquement".

Retrouvez ci-dessous le liveblogging assuré samedi par FRANCE24.com.

Première publication : 30/01/2011

  • FRANCE

    Paris, Berlin et Londres appellent au changement en Égypte

    En savoir plus

  • FRANCE

    Manifestation anti-Moubarak devant l'ambassade d'Égypte à Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)