Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Asie - pacifique

Trois dirigeants khmers rouges demandent leur libération

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/01/2011

Poursuivis pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide sous le régime de Pol Pot, trois principaux chefs du régime khmer rouge ont demandé lundi leur sortie de prison. Leur procès doit débuter cette année.

AFP - Trois des principaux leaders du régime khmer rouge ont comparu lundi devant le tribunal international de Phnom Penh pour demander leur sortie de prison où ils attendent leur procès pour génocide, prévu pour débuter cette année.

Nuon Chea, l'idéologue du régime khmer rouge, Ieng Thirith, ancienne ministre des Affaires sociales et Khieu Samphan, le président du "Kampuchéa démocratique", sont poursuivis pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide.

Les deux premiers ont semblé affaiblis et fatigués, ravivant la crainte que les accusés, âgés de 78 à 85 ans, ne soient plus tous en vie au moment du verdict.

L'ex-ministre des Affaires étrangères Ieng Sary, absent, ne s'était pas joint à cette requête. Son avocat a récemment demandé des audiences d'une demi-journée au procès, arguant que son client n'aurait pas la force de tenir plus longtemps.

Les quatre seront jugés pour leur implication dans la famine, les travaux forcés, les tortures et les massacres qui ont décimé quelque 2 millions de personnes entre 1975 et 1979, au nom de l'utopie marxiste délirante de Pol Pot, aujourd'hui décédé.

Les avocats des trois détenus ont argué que leur maintien en détention était illégal, les accusés n'ayant pas été traduits devant le tribunal quatre mois après l'émission de leur acte d'accusation.

"Il n'y a aucune raison concevable pour que Nuon Chea soit gardé en détention", a affirmé un de ses avocats, Jasper Pauw, à l'instar de la défense des autres accusés.

Les coprocureurs ont rejeté ces arguments, s'appuyant sur une autre interprétation des textes et ajoutant que les accusés devaient rester en prison pour empêcher toute pression sur les témoins.

Les quatre sont détenus depuis leur arrestation en 2007. Une décision est attendue dans les semaines à venir.

Ce procès sera le deuxième organisé par le tribunal, structure hybride mélangeant droits cambodgien et international, empêtrée dans des conflits, des soupçons de corruption et des accusations d'ingérence du gouvernement.

En juillet, Kaing Guek Eav, alias "Douch", patron de la prison de Tuol Sleng, où quelque 15.000 personnes avaient été torturées avant d'être exécutées, a été condamné à 30 ans de prison pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Première publication : 31/01/2011

  • CAMBODGE

    Quatre anciens Khmers rouges poursuivis pour génocide

    En savoir plus

  • CAMBODGE

    L'ex-Khmer rouge "Douch" fait appel de sa condamnation à 30 ans de prison

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)