Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

Les Nigériens aux urnes pour rétablir un régime civil

Vidéo par Claire BONNICHON , Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/01/2011

Près d'un an après le coup d'État militaire du 18 février 2010 renversant le président Mamadou Tandja, le général Salou Djibo au pouvoir, qui n'est pas candidat, a donné lundi le coup d'envoi d'une présidentielle couplée à des législatives.

REUTERS - Sept millions de Nigériens sont appelés lundi à élire un nouveau président à l'occasion d'un scrutin censé redonner le pouvoir aux civils, mais qui pourrait donner lieu à des contestations en raison de problèmes d'organisation.

La junte militaire, qui a renversé il y a un an le président Mamadou Tandja pour l'empêcher de se maintenir au pouvoir au-delà de son mandat, a toutefois rejeté les appels à un report du vote. Elle a promis de céder le pouvoir aux civils d'ici avril, après un second tour probable en mars.

"Aujourd'hui, deux scrutins pour les électeurs"

Le chef de la junte, le général Salou Djibo, a évoqué son sentiment "de satisfaction et d'espoir" après avoir déposé son bulletin dans un bureau de vote de Niamey, la capitale.

"C'est un nouveau commencement pour le Niger, un départ qui permettra aux nouveaux dirigeants de se consacrer au développement", a déclaré le président du Conseil suprême pour la restauration de la démocratie.

Le Niger, pays producteur d'uranium mais l'un des plus pauvres du monde, est aux prises avec une activité croissante d'éléments armés d'Al Qaïda, qui ont enlevé ces cinq derniers mois sept Français, dont deux ont été tués.

Dix candidats

Dix candidats sont en lice, dont le vétéran d'opposition Mahamadou Issoufou, l'ancien Premier ministre Seini Oumarou, du MNSD (Mouvement national pour la société du développement), le parti de Tandja, et un autre ex-chef du gouvernement, Hama Amadou.

Six candidats, dont Oumarou, ont annoncé former une coalition censée renforcer les chances de victoire du MNSD et aussitôt dénoncée par leurs rivaux comme une initiative visant à en revenir à l'ère Tandja, actuellement en prison pour présumées malversations.

Les partis hostiles à Tandja sont sortis vainqueurs des élections municipales du 11 janvier, dont la junte a refusé de remettre en cause les résultats, en dépit de problèmes de logistique qui ont empêché de nombreux électeurs de voter.

Parmi les problèmes signalés avant le scrutin présidentiel, la commission électorale a déclaré au cours du week-end que des fausses cartes d'identité avaient été vendues avant le vote, sans en préciser le nombre.

La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a envoyé plusieurs centaines d'observateurs. L'Union européenne a également dépêché des émissaires, sauf dans le nord du pays en raison de la présence présumée des activistes d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
 

Première publication : 31/01/2011

  • NIGER

    Les Nigériens se prononcent sur une nouvelle Constitution

    En savoir plus

  • NIGER

    Salou Djibo, le très discret tombeur de Mamadou Tandja

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)