Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut faire preuve de fermeté face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

Afrique

Les Nigériens aux urnes pour rétablir un régime civil

Vidéo par Claire BONNICHON , Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/01/2011

Près d'un an après le coup d'État militaire du 18 février 2010 renversant le président Mamadou Tandja, le général Salou Djibo au pouvoir, qui n'est pas candidat, a donné lundi le coup d'envoi d'une présidentielle couplée à des législatives.

REUTERS - Sept millions de Nigériens sont appelés lundi à élire un nouveau président à l'occasion d'un scrutin censé redonner le pouvoir aux civils, mais qui pourrait donner lieu à des contestations en raison de problèmes d'organisation.

La junte militaire, qui a renversé il y a un an le président Mamadou Tandja pour l'empêcher de se maintenir au pouvoir au-delà de son mandat, a toutefois rejeté les appels à un report du vote. Elle a promis de céder le pouvoir aux civils d'ici avril, après un second tour probable en mars.

"Aujourd'hui, deux scrutins pour les électeurs"

Le chef de la junte, le général Salou Djibo, a évoqué son sentiment "de satisfaction et d'espoir" après avoir déposé son bulletin dans un bureau de vote de Niamey, la capitale.

"C'est un nouveau commencement pour le Niger, un départ qui permettra aux nouveaux dirigeants de se consacrer au développement", a déclaré le président du Conseil suprême pour la restauration de la démocratie.

Le Niger, pays producteur d'uranium mais l'un des plus pauvres du monde, est aux prises avec une activité croissante d'éléments armés d'Al Qaïda, qui ont enlevé ces cinq derniers mois sept Français, dont deux ont été tués.

Dix candidats

Dix candidats sont en lice, dont le vétéran d'opposition Mahamadou Issoufou, l'ancien Premier ministre Seini Oumarou, du MNSD (Mouvement national pour la société du développement), le parti de Tandja, et un autre ex-chef du gouvernement, Hama Amadou.

Six candidats, dont Oumarou, ont annoncé former une coalition censée renforcer les chances de victoire du MNSD et aussitôt dénoncée par leurs rivaux comme une initiative visant à en revenir à l'ère Tandja, actuellement en prison pour présumées malversations.

Les partis hostiles à Tandja sont sortis vainqueurs des élections municipales du 11 janvier, dont la junte a refusé de remettre en cause les résultats, en dépit de problèmes de logistique qui ont empêché de nombreux électeurs de voter.

Parmi les problèmes signalés avant le scrutin présidentiel, la commission électorale a déclaré au cours du week-end que des fausses cartes d'identité avaient été vendues avant le vote, sans en préciser le nombre.

La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a envoyé plusieurs centaines d'observateurs. L'Union européenne a également dépêché des émissaires, sauf dans le nord du pays en raison de la présence présumée des activistes d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
 

Première publication : 31/01/2011

  • NIGER

    Les Nigériens se prononcent sur une nouvelle Constitution

    En savoir plus

  • NIGER

    Salou Djibo, le très discret tombeur de Mamadou Tandja

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)