Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Violences gynécologiques, la lutte prend corps"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tweets, retweets et détweets

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : un deuil national de trois jours et de nombreuses questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le combat des esclaves sexuelles sud-coréennes continue"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : vers une guerre commerciale avec la Chine ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'Inde, 70 ans et toujours jeune"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : au moins 18 morts dans l’attentat de Ouagadougou

En savoir plus

Afrique

La police effectue un retour discret dans les rues du Caire

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 01/02/2011

Absents depuis les violents affrontements de vendredi, les policiers ont effectué leur retour dans la capitale égyptienne. Sans tambour ni trompettes. Ce lundi, tout juste ont-ils consenti à gérer la circulation de certains quartiers.

Deux jours après avoir laissé à l’armée le soin de maintenir l’ordre dans les rues du Caire, la police a effectué son retour, ce lundi, dans la capitale égyptienne. Il s’agissait d’une journée test pour le régime de Hosni Moubarak et pour les manifestants, qui s’étaient violemment opposés aux services d’ordre vendredi. Entamé dès le matin, ce retour s’est déroulé dans une totale discrétion. Ce sont d’abord les agents de circulation qui ont fait leur apparition dans le centre de la ville, suivis, dans la journée, par des policiers en uniforme.

Quel rôle joue l'armée dans le mouvement ?

Une nouvelle qui n’a pas réellement ravi certains manifestants qui font une différence entre la police et l’armée. "Les soldats ont sympathisé avec nous, rien à voir avec la brutalité des policiers, qui sont, eux, corrompus et sadiques avec le peuple", explique Hany, un jeune manifestant posté près de la place Tahrir, au cœur de la capitale. D’autres Cairotes comme Imad préfèrent se moquer. "Je vous avoue qu’ils ne m’ont pas vraiment manqué et j’aurais préféré qu’ils restent planqués ou en vacances", dit-il.

Abonnés absents

Déployés avec parcimonie, souvent très près de l’ombre protectrice des chars de l’armée, les policiers en civil interviennent au cas par cas. Ils évitent de provoquer la population. Certains d’entre eux se contentent de rappeler à l’ordre des passants qui prennent des photos avec leur téléphone. Dans leur ligne de mire également, les journalistes occidentaux, dont certains se sont fait confisquer du matériel et des caméras. Une mésaventure vécue la veille par une équipe de France 2, à l’initiative du service de renseignement de l'armée.

Dans les quartiers tenus par les Frères musulmans, très actifs dans la rue depuis le début du mouvement de protestation le 25 janvier, la police est restée aux abonnés absents. À El-Manial, sur l’île de Rhoda, ce sont les comités de vigilance de quartier qui gèrent le trafic. Armés de bâtons et parfois d’armes blanches, des jeunes y surveillent les allées et venues suspectes. De jour comme de nuit.

Première publication : 31/01/2011

  • ISRAËL

    La crise politique en Égypte inquiète fortement l'État hébreu

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les mauvaises recettes des petits commerçants du Caire

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    La révolte continue, Moubarak met en place un nouveau gouvernement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)