Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Corée du Sud : des questions encore

En savoir plus

TOUS POLITIQUES

Benoist Apparu, député-maire UMP de Châlons-en-Champagne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Libérés de l'enfer

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

Economie

"Speak-to-tweet" et autres solutions de contournement du trou noir numérique

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 01/02/2011

Hosni Moubarak a beau avoir réussi à couper l'Égypte de l'Internet, Google et Twitter ont pris le parti des manifestants. Les deux géants ont mis en place un système permettant de poster des messages sur le réseau de microblogging.

Les internautes égyptiens viennent de recevoir des soutiens de poids. Twitter et Google ont mis en place, lundi soir, un système permettant de continuer à communiquer en 140 caractères malgré le vide numérique dans lequel est plongé l’Égypte.

La solution proposée par les deux géants de l’Internet s’appelle "speak-

to-tweet" [parler pour Twitter, NDLR] et permet de publier des mises à jour sur le célèbre site de microblogging en laissant un message oral sur un répondeur téléphonique. Le service est gratuit et Google a mis à disposition des internautes trois numéros téléphoniques internationaux (aux Etats-Unis : +16504194196, en Italie : +390662207294, à Bahrein : +97316199855).

La nouvelle tombe d’autant mieux pour les Égyptiens que la journée de mardi est qualifié de charnière pour le mouvement de contestation au régime du président Hosni Moubarak. Les manifestants espèrent en effet rassembler un million de personnes au Caïre et autant à Alexandrie.

Un exemple de message laissé sur un répondeur mis en place par Google

De son côté, le pouvoir tente au maximum de restreindre l’accès au réseau. Lundi soir à 20h30, Noor, le dernier fournisseur d’accès à Internet qui permettait encore de se connecter à Internet a cessé de fonctionner selon la société américaine de veille informatique Renesys. L’Égypte s’est donc réveillée mardi coupé à 100% du monde 2.0.

Le morse et le téléphone pour contourner le silence

Une omerta numérique qui n’a pour l’instant pas empêché les internautes les mieux informés de continuer à utiliser l’Internet et surtout à inonder Twitter de messages sur la situation en Égypte. Comment ? En utilisant la bonne vieille connexion par modem téléphonique. Certes le débit est moins rapide qu’avec les accès par ADSL ou par câble, mais il est largement suffisant pour lancer quelques 140 caractères au monde. Il suffit à un Egyptien de composer, via un modem, le numéro de téléphone de quelques fournisseurs d’accès (FAI) à l’étranger pour pouvoir accéder au Web. Il existe une liste en ligne des numéros à composer pour pouvoir se connecter à l'Internet de cette façon. 

Le morse et les messages radio semblent également être utilisés par les Égyptiens. Le site des activistes Internet We Rebuild retranscrit ainsi les messages entendus sur différentes fréquences de radios amateurs.

L'analyse du nombre de Tweets envoyés depuis l'Égypte
Source: Sysomos.com

La mobilisation des bonnes volontés internationales pour relayer les messages des internautes égyptiens s’expliquent notamment par le recours massif aux réseaux sociaux dont ils ont fait preuve. Confirmation avec la société canadienne de veille des réseaux sociaux Sysomos qui a analysé les deux dernières semaines de présence des Égyptiens sur Twitter. Entre le 16 et le 23 janvier, Sysomos a recensé 122 319 "gazouillis" d’internautes égyptiens. Entre le 24 et le 30 janvier, ce sont 1 317 233 messages qui ont été postés sur le service de microblogging.

Première publication : 01/02/2011

  • ÉGYPTE

    Retour sur les événements de mardi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les touristes français seront rapatriés avant la fin de la semaine

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L'Égypte s'apprête à vivre une journée de mobilisation massive

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)