Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Cazeneuve en Chine : Pékin et Paris contre le protectionnisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, les clandestins, et les valeurs de l'Amérique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'illusion du Front national doit être démasquée"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Liban : le "coup de com" de Marine Le Pen sur le voile ?

En savoir plus

POLITIQUE

Yannick Jadot : "Des responsables du PS veulent piéger Benoît Hamon"

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre l’organisation ei en Irak : l'étau se resserre sur Mossoul

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Yannick Jadot : "Theresa May est du côté obscure de l'Europe"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Le business du halal

En savoir plus

FOCUS

Crise migratoire en Europe : la formation des garde-côtes libyens est-elle suffisante?

En savoir plus

Afrique

Un avion privé de la famille Ben Ali saisi par la justice française

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/02/2011

Dans le cadre d'une enquête ouverte le 24 janvier sur l'origine des biens détenus en France par le président tunisien déchu Zine el-Abidine Ben Ali, la justice a saisi à l'aéroport du Bourget, près de Paris, un avion qui appartiendrait à son gendre.

AFP - Un avion privé appartenant à la famille du président tunisien déchu Zine El Abidine Ben Ali, a été saisi par la justice française mardi matin à l'aéroport du Bourget près de Paris, ont indiqué à l'AFP des sources proches du dossier.

L'avion appartiendrait à la famille Mabrouk, dont un des membres est un gendre de Zine El Abidine Ben Ali. Il était stationné depuis une semaine dans un hangar de cet aéroport, a-t-on précisé.



Le parquet a ouvert le 24 janvier une enquête préliminaire pour recenser et identifier l'origine des biens détenus en France par l'ex-président tunisien Ben Ali et son entourage, à la suite d'une plainte pour corruption de trois ONG.

Elle a été confiée à l'office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF) et à la cellule antiblanchiment du ministère de l'Economie, Tracfin.

Cette enquête faisait suite à la plainte de trois ONG, Sherpa, Transparency International et de la Commission arabe des droits humains, qui soupçonnent notamment le clan Ben Ali de corruption, détournement de fonds publics et blanchiment.

Selon une source proche de l'enquête, une trentaine de biens appartenant à l'entourage de l'ancien président, auraient été identifiés, dont des hôtels particuliers.

 

Première publication : 01/02/2011

  • TUNISIE

    L'opposant islamiste Ghannouchi ne briguera pas la présidentielle

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Ben Ali, portrait d'un raïs déchu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)