Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Ebola au Liberia : la situation "en voie de stabilisation", dit Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

  • Budget 2015 : la baisse des dépenses à pas feutrés

    En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donetsk

    En savoir plus

Moyen-orient

Les pro-Moubarak ont raté leur coup, pour l'instant

Texte par Jean Bernard CADIER

Dernière modification : 03/02/2011

Pour l'instant, le vent semble souffler en faveur des opposants de Moubarak. L'armée égyptienne aura attendu vingt heures pour faire son travail d'interposition car elle attendait de voir dans quel sens l'Histoire allait basculer.

Pour l'heure, L'Histoire paraît basculer en faveur des manifestants de la place Tahrir.

La contre-attaque des pro-Moubarak avec leurs pierres, leurs bâtons, leurs chevaux et leurs dromadaires a fait long feu et ressemble pour le moment à un baroud d'honneur. La contre-manifestation était, au moins partiellement, organisée par des membres les plus jusqu’au-boutistes des services de sécurité. Leur tactique peut se résumer en deux points :

1 - tenter de rallier une partie de la population exaspérée pour prouver que le "peuple d'Égypte" n'est pas d'un seul côté.

2 - entretenir une atmosphère de guerre civile sous l'œil des caméras pour préparer une éventuelle reprise en main.

La population du Caire ne les ayant pas (suffisamment) soutenus et la résistance (courageuse) des opposants de la place Tahrir les ayant finalement obligés à refluer, il est apparu clairement que les ultra ont raté leur coup.

Pour l'instant.

Car si le vice-président Omar Souleimane a promis qu'une enquête serait ouverte et des sanctions prises contre "ceux qui ont conduit ces jeunes manifestants à se diriger vers la place Tahrir". Il a aussi revendiqué le droit de manifester "son soutien et son amour" au président Moubarak. Ce qui veut dire que ces manifestants sont susceptibles de revenir, en force.

L'interview d'Omar Souleimane ce jeudi soir montre surtout que les pro-Moubarak ont l'intention de résister, sinon de contre-attaquer. À ceux qui demandent le départ de Moubarak, il répond qu'on ne peut pas être "vraiment égyptien" et demander une chose pareille dans un pays où "l'on respecte le père et le leader". De même que sont "anti-égyptiens" certains journalistes étrangers qui "enflamment les manifestants contre leur pays".

Les opposants résistent. Le pouvoir résiste. Tout est en place pour la grande confrontation de ce vendredi. Qui cédera le premier ?

Première publication : 03/02/2011

COMMENTAIRE(S)