Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Economie

Les prix des denrées alimentaires atteignent un pic historique

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/02/2011

Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 3,4 % par rapport à décembre selon la FAO, le fonds alimentaire des Nations unies. Les prix ont atteint leur plus haut niveau jamais observé mettant les pays pauvres dans une difficile situation.

AFP - Les prix alimentaires ont atteint un niveau historique en janvier et risquent de continuer à augmenter, selon la FAO qui craint des troubles dans les pays pauvres, même si certains ont tiré les leçons des "émeutes de la faim" de 2008.

Les prix ont augmenté de 3,4% par rapport à décembre 2010 pour atteindre 231 points sur l'indice établi par l'organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, sur la base d'un échantillon de différents produits alimentaires.

C'est "le plus haut niveau" depuis que la FAO a instauré cette mesure en 1990.

Les augmentations sont particulièrement importantes sur les produits laitiers (+6,2%), les produits oléagineux (+5,6%) et les céréales (+3%), en raison d'une baisse de l'offre de blé et de maïs, tandis que le prix de la viande est resté inchangé.

Les augmentations les plus significatives ont été relevées en Asie (Bangladesh, Chine, Inde, Indonésie) et en Russie. En Afrique, la Somalie est particulièrement touchée en raison de mauvaises récoltes de sorgho et de maïs, de même que l'Ouganda. De plus, les troubles en Côte d'Ivoire, principal "hub" d'Afrique de l'Ouest, ont contribué à la hausse des prix.

"Les nouveaux chiffres montrent clairement que la pression à la hausse sur les prix alimentaires mondiaux ne faiblit pas", a commenté un expert de la FAO, Abdolreza Abbassian, selon lequel "ces prix élevés devraient se maintenir dans les mois qui viennent".

C'est un sujet de "grave préoccupation en particulier pour les pays à faible revenu qui risquent de rencontrer des problèmes pour financer leurs importations alimentaires et pour les foyers pauvres qui dépensent une large partie de leur revenu dans l'alimentation", a ajouté cet économiste, cité dans un communiqué de la FAO.

"Il y a toute une série de facteurs qui pourraient générer des troubles dans le monde et l'alimentation est l'un d'entre eux", a-t-il ajouté dans un entretien à l'AFP.

En 2007 et 2008, des "émeutes de la faim" avaient éclaté dans de nombreux pays africains, ainsi qu'en Haïti et aux Philippines, alors que les cours des céréales avaient atteint des niveaux historiques.

A l'époque, pendant toute l'année 2008, l'ensemble des prix alimentaires avait atteint 200 points sur l'indice de la FAO, un record battu pour la première fois en octobre dernier avec 205 points.

Selon M. Abbassian, plusieurs de ces pays ont "tiré les leçons des épisodes précédents", notamment en apprenant à mieux gérer les prix.

Mais, ajoute-t-il, "il est évident que nous traversons une période difficile. Il n'y a aucun espoir aujourd'hui que les prix reviennent à un niveau que nous considérons normal au moins avant l'été".

La hausse des prix alimentaires a été citée parmi les facteurs déclenchants des récents mouvements de protestation en Afrique du Nord qui ont conduit notamment à la chute le mois dernier du président tunisien Zine El Abidine Ben Ali, au pouvoir depuis 23 ans.

Pour la FAO, "l'augmentation des prix est due à une demande en hausse ainsi qu'aux inquiétudes à propos des stocks de blé de bonne qualité. En outre le marché a été porté par la hausse des prix du pétrole et la faiblesse du dollar".

Selon l'organisation humanitaire Oxfam, "les vies de millions de personnes sont en danger" alors que dans les pays en développement, "les pauvres dépensent entre 50 et 80% de leur revenu pour se nourrir".

Cette organisation attribue la hausse des prix à une production réduite en raison des intempéries, à la hausse des prix du pétrole qui renchérissent les fertilisants et les transports, ainsi qu'à une demande croissante pour les biocarburants, aux restrictions à l'exportation et à la spéculation financière.

Première publication : 03/02/2011

COMMENTAIRE(S)