Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Apple mise sur la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Radical"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: des morts trop télégéniques

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique - forum pour la paix : comment relever le défi de la réconciliation nationale ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - l'UE contre la Russie : les "mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 2)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • MH17 : jour de deuil aux Pays-Bas, Washington évoque une "erreur" de tir

    En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costia Concordia

    En savoir plus

  • Tour de France : Thibaut Pinot, une dose de "combativité", une dose de "déconne"

    En savoir plus

  • Plusieurs compagnies aériennes annulent leurs vols vers Israël

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

  • Gaza : "Nous devons aller jusqu'au bout de la mission", prévient Israël

    En savoir plus

  • Les négociations de paix en Centrafrique tournent court à Brazzaville

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

Economie

L’Égypte de Moubarak passée au crible des câbles diplomatiques américains

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 03/02/2011

Le site WikiLeaks a mis en ligne ces derniers jours une série de câbles diplomatiques américains relatifs à l’Égypte. Le tableau est édifiant : le régime est corrompu, le raïs autocrate, l'armée déclinante et la population défiante.

La quarantaine de câbles diplomatiques sur l’Égypte rendus publique par le site WikiLeaks entre fin janvier et début février dépeint une élite au pouvoir profondément déconnectée du peuple. Les autorités y apparaissent comme paralysées par des luttes de pouvoir et très frileuses sur la question de droits de l’Homme. Revue en détail des principaux thèmes soulevés dans ces échanges diplomatiques confidentiels.

Hosni Moubarak : Le raïs égyptien est dépeint comme un vieux loup de la politique qui s’accroche au pouvoir coûte que coûte, dans un long câble de mai 2009 qui lui est consacré. Selon l’ambassadeur américain en poste au Caire, il est obsédé par la "menace" des Frères musulmans et considère l’Iran "comme son principal adversaire" dans la région. Les grands idéaux comme les droits de l’Homme ne "l’intéresse pas". Un autre message de janvier 2010 assure qu’il se représentera lors de l’élection présidentielle de 2011 et qu’il "sera alors évidement réélu"…

La succession : "C’est le sujet de toutes les conversations dans les couloirs du pouvoir", peut-on lire à plusieurs reprises dans ces câbles diplomatiques. Les luttes de clan semblent monopoliser l’énergie de tous les proches d’Hosni Moubarak. La personnalité du fils du président, Gamal Moubarak, est considérée comme la principale ligne de fracture. "L’armée ne soutient pas Gamal et ne laissera jamais une succession dynastique s’installer", affirme ainsi un câble de septembre 2008. Mieux : un parlementaire a assuré à un représentant américain, en 2007, que la seule solution pour régler le problème de la succession serait probablement un jour "un coup d’État militaire".

Les droits de l’Homme : La question des violences policières est l’une des plus souvent abordées dans ces câbles diplomatiques qui courent de 2005 à février 2010. Les représentants du pouvoir égyptien répondent alors systématiquement par le déni. Le 31 janvier 2010, le directeur des services de sécurité, Hassan Abdel Rahman, affirmait ainsi qu’il n’y avait pas eu "d’abus sur des prisonniers ces dix dernières années". L’ambassade des Etats-Unis a cependant noté qu’à partir de 2007, les tribunaux se saisissent plus volontiers d’affaire de violences policières. Mais les seules condamnations vont en général aux "sous-fifres". Entre 2005 et 2010, la conclusion est souvent la même : "la torture et la brutalité policière sont endémiques et généralisées"

L’armée : Un câble diplomatique de 2008 décrit l’armée comme un corps de l’État à l’influence déclinante qui s’accroche essentiellement à ses privilèges économiques. L’ambassadrice américaine Margaret Scobey estime que la population ne perçoit plus l’armée comme l’élite de la nation. Surtout, la diplomate pense que le pouvoir de l'armée est essentiellement économique  - investissement immobilier, entre autres - et que la politique de privatisation économique entreprise par le président irrite particulièrement l’institution militaire.

L'opinion publique : A plusieurs reprises, les câbles diplomatiques se font l’écho du ressentiment croissant de la population à l’égard d’Hosni Moubarak. Un câble en particulier, relatif à des manifestations violentes dans la ville de Mahalla en 2008, souligne que les termes "corruption et dédain sont sur toutes les lèvres". Lors de l’arrivée de Mohamed el-Baradei en Egypte en février 2010, un câble diplomatique souligne que pour la population, il représente un "solution viable à un système corrompu".

Première publication : 03/02/2011

  • LIVEBLOGGING

    Les affrontements se poursuivent au Caire, tandis que les médias peinent à travailler

    En savoir plus

  • INTERNET

    "Le retour d’Internet en Égypte est une décision gouvernementale"

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Hosni Moubarak renonce à briguer un nouveau mandat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)