Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

Economie

L’Égypte de Moubarak passée au crible des câbles diplomatiques américains

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 03/02/2011

Le site WikiLeaks a mis en ligne ces derniers jours une série de câbles diplomatiques américains relatifs à l’Égypte. Le tableau est édifiant : le régime est corrompu, le raïs autocrate, l'armée déclinante et la population défiante.

La quarantaine de câbles diplomatiques sur l’Égypte rendus publique par le site WikiLeaks entre fin janvier et début février dépeint une élite au pouvoir profondément déconnectée du peuple. Les autorités y apparaissent comme paralysées par des luttes de pouvoir et très frileuses sur la question de droits de l’Homme. Revue en détail des principaux thèmes soulevés dans ces échanges diplomatiques confidentiels.

Hosni Moubarak : Le raïs égyptien est dépeint comme un vieux loup de la politique qui s’accroche au pouvoir coûte que coûte, dans un long câble de mai 2009 qui lui est consacré. Selon l’ambassadeur américain en poste au Caire, il est obsédé par la "menace" des Frères musulmans et considère l’Iran "comme son principal adversaire" dans la région. Les grands idéaux comme les droits de l’Homme ne "l’intéresse pas". Un autre message de janvier 2010 assure qu’il se représentera lors de l’élection présidentielle de 2011 et qu’il "sera alors évidement réélu"…

La succession : "C’est le sujet de toutes les conversations dans les couloirs du pouvoir", peut-on lire à plusieurs reprises dans ces câbles diplomatiques. Les luttes de clan semblent monopoliser l’énergie de tous les proches d’Hosni Moubarak. La personnalité du fils du président, Gamal Moubarak, est considérée comme la principale ligne de fracture. "L’armée ne soutient pas Gamal et ne laissera jamais une succession dynastique s’installer", affirme ainsi un câble de septembre 2008. Mieux : un parlementaire a assuré à un représentant américain, en 2007, que la seule solution pour régler le problème de la succession serait probablement un jour "un coup d’État militaire".

Les droits de l’Homme : La question des violences policières est l’une des plus souvent abordées dans ces câbles diplomatiques qui courent de 2005 à février 2010. Les représentants du pouvoir égyptien répondent alors systématiquement par le déni. Le 31 janvier 2010, le directeur des services de sécurité, Hassan Abdel Rahman, affirmait ainsi qu’il n’y avait pas eu "d’abus sur des prisonniers ces dix dernières années". L’ambassade des Etats-Unis a cependant noté qu’à partir de 2007, les tribunaux se saisissent plus volontiers d’affaire de violences policières. Mais les seules condamnations vont en général aux "sous-fifres". Entre 2005 et 2010, la conclusion est souvent la même : "la torture et la brutalité policière sont endémiques et généralisées"

L’armée : Un câble diplomatique de 2008 décrit l’armée comme un corps de l’État à l’influence déclinante qui s’accroche essentiellement à ses privilèges économiques. L’ambassadrice américaine Margaret Scobey estime que la population ne perçoit plus l’armée comme l’élite de la nation. Surtout, la diplomate pense que le pouvoir de l'armée est essentiellement économique  - investissement immobilier, entre autres - et que la politique de privatisation économique entreprise par le président irrite particulièrement l’institution militaire.

L'opinion publique : A plusieurs reprises, les câbles diplomatiques se font l’écho du ressentiment croissant de la population à l’égard d’Hosni Moubarak. Un câble en particulier, relatif à des manifestations violentes dans la ville de Mahalla en 2008, souligne que les termes "corruption et dédain sont sur toutes les lèvres". Lors de l’arrivée de Mohamed el-Baradei en Egypte en février 2010, un câble diplomatique souligne que pour la population, il représente un "solution viable à un système corrompu".

Première publication : 03/02/2011

  • LIVEBLOGGING

    Les affrontements se poursuivent au Caire, tandis que les médias peinent à travailler

    En savoir plus

  • INTERNET

    "Le retour d’Internet en Égypte est une décision gouvernementale"

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Hosni Moubarak renonce à briguer un nouveau mandat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)