Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Afrique

Sarkozy condamne fermement "les atteintes au droit de la presse"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/02/2011

À l'occasion d'un sommet de l'UE, Nicolas Sarkozy a condamné les atteintes au droit de la presse qui ont eu lieu au cours des manifestations égyptiennes ces derniers jours. Il entend toutefois laisser le peuple mener sa transition démocratique.

AFP - Le président français Nicolas Sarkozy a condamné fermement vendredi "toutes les atteintes aux droits de l'homme" en Egypte, notamment celles visant la presse, mais entend laisser aux seuls Egyptiens le choix des moyens de la transition démocratique qu'il souhaite.

"Nous condamnons avec une grande force les atteintes au droit de la presse, à la liberté d'informer et les menaces qui ont été proférées à l'endroit des journalistes", a déclaré M. Sarkozy devant la presse à l'issue d'un sommet de l'UE à Bruxelles.

"J'ai été choqué par ce qui s'est passé à l'endroit des journalistes (...) les menaces sur la presse sont inadmissibles et inqualifiables", a-t-il poursuivi, "et si ça devait se poursuivre, cela aurait des conséquences graves dans les relations que nous pourrions avoir avec un pays quel qu'il soit qui se laisserait aller à de tels comportements", a-t-il dit.

Le chef de l'Etat français s'est à nouveau prononcé pour une transition démocratique rapide en Egypte, mais s'est catégoriquement refusé à en préciser les modalités, notamment un éventuel départ du président Hosni Moubarak.

"Ce n'est certainement pas à moi de dire qui doit prendre la responsabilité (de ce processus), quand et comment. Ce qui compte, c'est que la transition démocratique se fasse sans tarder (...) nous voulons un processus démocratique sans délai, mais nous laissons aux Egyptiens le soin de déterminer qui doit le conduire et comment", a-t-il plaidé.

Evoquant le risque d'une prise du pouvoir par les islamistes en Egypte, Nicolas Sarkozy a estimé que l'existence d'un "risque que ça tourne mal en terme d'intégrisme, ce n'est pas un raisonnement qui peut être acceptable". "On ne peut pas refuser une aspiration démocratique parce qu'il y a un risque", a conclu le président français.
 

Première publication : 04/02/2011

  • FINANCES

    Un "battement d'ailes" de Ben Bernanke peut-il provoquer une révolte en Égypte ?

    En savoir plus

  • LIVEBLOGGING

    Des centaines de milliers de manifestants dans les rues pour la "Journée de départ"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)