Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Naufrage du ferry sud-coréen : le capitaine recherché

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

Afrique

Trois scénarios possibles pour une sortie de crise égyptienne

©

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 04/02/2011

Alors que le pays est entré dans sa 11e journée de contestation, Barah Mikaïl, spécialiste de l'Égypte, envisage trois solutions de fin de crise : la démission du président, le coup d'État militaire ou l'essoufflement des mobilisations.

Depuis maintenant onze jours, des manifestations sans précédent mobilisent des centaines de milliers d’Égyptiens dans les principales villes du pays pour réclamer le départ du président Hosni Moubarak, au pouvoir depuis 1981. Dans une allocution télévisée lundi, le raïs a réitéré son refus de démissionner affirmant craindre "le chaos" en cas de vacance du pouvoir. Dans une interview non filmée à la chaîne de télévision américaine ABC, il a toutefois ajouté "qu’il en avait assez d'être président et qu'il aimerait abandonner le pouvoir maintenant".

Des propos qui ne semblent pas avoir calmé le mécontentement de la rue appelée à manifester une nouvelle fois ce vendredi. Selon Barah Mikaïl, spécialiste de l’Égypte à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), ce soulèvement populaire inédit ne pourra aboutir qu’à trois scénarios de sortie de crise.

Le premier scénario qualifié "d'envisageable". Moubarak s'accroche au pouvoir malgré les pressions nationales et internationales. Un scénario "sensé", estime Barah Mikaïl, qui entraînera, avec l’usure du temps, l’accalmie des manifestants. "Maintenant que le peuple a la quasi-certitude qu’il ne se représentera pas et que son fils Gamal ne briguera pas non plus de mandat présidentiel, je pense que les manifestations vont s’essouffler", explique-t-il.

Seules les grandes villes comme Le Caire, Alexandrie, Suez et Assouan ont participé à ces révoltes inédites, "mais pas les 85 millions d’Égyptiens", précise-t-il. Tout en concédant que le pays vit un "tournant historique et radical", le chercheur juge improbable un embrasement national ou pire, une guerre civile. "Certes, les jeunes sont très mobilisés mais tous les autres ont des familles à nourrir, de l’argent à gagner, ils ne pourront pas rester sur le pied de guerre durant des mois".

Le deuxième scénario est, lui, plausible. La démission d’Hosni Moubarak. Las des pressions populaires, le président se plie finalement aux revendications de la rue.

Son numéro 2, le vice-président Omar Souleimane prendrait alors le pouvoir, et dirigerait un gouvernement de transition jusqu’aux prochaines élections prévues en septembre. Une sorte de statu quo qui serait "le scénario le plus optimiste, car synonyme de peu de violences", analyse le spécialiste. Côté international, ce scénario serait le plus à même de rassurer les Américains et les Européens qui voient en Souleimane "une stabilité provisoire et un représentant légitime".

Un leader de transition qui ne déplairait pas non plus au peuple, selon Barah Mikaïl, "les manifestants et l’opposition politique ne réclament que la tête de Moubarak, ils ne demandent pas celle du gouvernement". Preuve en est, Mohamed Badie, le guide des Frères musulmans, principale force d'opposition en Égypte, a déclaré ce vendredi à la chaîne Al-Jazira qu'il était prêt au dialogue avec le vice-président après le départ du Moubarak.

Selon l’expert, l'opposant Mohamed el-Baradei, ancien directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et lauréat du prix Nobel de la paix en 2005, renoncerait à prendre les rênes d’un gouvernement provisoire. "Il préférera renforcer son mouvement politique en vue de la future présidentielle", explique-t-il.

Le troisième et dernier schéma qualifié de "peu probable". C'est le coup d’État militaire. L’armée prendrait le contrôle du régime au nom du peuple et installerait un gouvernement militaire provisoire en fixant la date d'élections législatives et présidentielle. "Un scénario qui n’interviendrait qu’en dernier recours si les pertes humaines étaient dramatiques", précise Barah Mikaïl. Car l’armée, véritable épine dorsale du régime, est un soutien de poids pour Hosni Moubarak comme pour de nombreux dirigeants politiques issus de ses rangs. "Militaires et exécutifs sont très liés en Égypte. Il serait inédit de voir les militaires, avec à leur tête Sami Hafez Enan, un chef d’État major qui a la tête sur les épaules, se retourner contre l’ordre en place".

Loyale au régime, elle jouit aussi d’une grande popularité auprès de la population. Pourtant, son rôle dans les manifestations est pour le moins ambigu. Complicité avec la répression policière ou prudence face à une situation mouvante, les militaires sont en position d’attentisme, et n'interviennent que très rarement pour séparer les anti des pro-Moubarak. "Ils ont toutefois promis de ne pas tirer sur les manifestants", précise l’expert, "une promesse qu’ils tiendront pour ne pas compromettre leur avenir".


 

Première publication : 04/02/2011

  • LIVEBLOGGING

    Des centaines de milliers de manifestants dans les rues pour la "Journée de départ"

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les États-Unis évoquent le départ de Moubarak avec des responsables locaux

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Des dizaines de milliers d'opposants au régime occupent la place Tahrir

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)