Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

EUROPE

L'entrée en vigueur du traité Start scelle la refondation des relations russo-américaines

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/02/2011

Le nouveau traité russo-américain de désarmement nucléaire, signé le 8 avril 2010 entre Moscou et Washington, est entré en vigueur ce samedi. L'accord est valable dix ans et peut être reconduit pour cinq années supplémentaires.

AFP - Le nouveau traité russo-américain de désarmement nucléaire START signé le 8 avril 2010 est entré en vigueur samedi, après l'échange des instruments de ratification entre les chefs de la diplomatie des deux pays.

"Aujourd'hui nous avons échangé les instruments de ratification d'un traité qui diminue les dangers nucléaires pesant sur les peuples russe et américain et sur le monde", a déclaré la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton lors d'une cérémonie avec son collègue russe Sergueï Lavrov, en marge de la Conférence annuelle sur la sécurité à Munich (sud de l'Allemagne).

Le traité constitue la pièce maîtresse du "redémarrage" des relations entre Washington et Moscou après des tensions apparues à la fin de la présidence du prédécesseur de M. Obama, George W. Bush. Il avait été signé par MM. Barack Obama et Dmitri Medvedev à Prague en avril 2010 après de longues négociations.

Ce traité valable dix ans et reconductible pour cinq ans prévoit que chacun des deux pays peut déployer au maximum 1.550 têtes nucléaires, soit une réduction de 30% par rapport à 2002.

Il permet la reprise des vérifications mutuelles des arsenaux nucléaires des deux superpuissances, interrompues fin 2009 à l'expiration du précédent accord de désarmement bilatéral, datant de 1991.

Il a cependant été critiqué pour son manque d'ambition, car il ne tient aucun compte des milliers d'ogives nucléaires stockées par la Russie et les Etats-Unis.

Bien que six autres pays (sans compter la Corée du Nord dont les capacités sont encore embryonnaires) disposent de l'arme atomique, Washington et Moscou détiennent toujours plus de 90% des arsenaux nucléaires de la planète.

Et les plafonds qu'il fixe pour les vecteurs (missiles et bombardiers à long rayon d'action) effectivement déployés --700 par pays plus 100 en réserve-- correspondent peu ou prou à la réalité déjà sur le terrain, les Russes étant déjà sous ce seuil et les Américains très peu au dessus.

M. Lavrov a déclaré devant la Conférence de Munich que cet accord améliorerait "la stabilité internationale".

Quelles qu'en soient les limites ou les réserves, l'événement marque symboliquement la nouvelle ère qu'appelait de ses voeux devant la même Conférence il y a deux ans le vice-président américain Joe Biden, à savoir d'"appuyer sur le bouton" pour redémarrer les relations russo-américaines.

Celles-ci avaient été mises à mal par la guerre entre la Russie et la Géorgie, en août 2008. L'intervention américaine en Irak en 2003 et les vives critiques de Vladimir Poutine contre les tendances américaines à dicter au monde entier sa conduite, à cette même tribune de Munich en 2007, avaient déjà détérioré les rapports entre les deux anciens adversaires de la Guerre froide.

Ce traité permettra à Washington de passer avec Moscou à d'autres discussions sur la limitation des armes de courte portée ainsi que sur les fameux stocks d'ogives nucléaires sous cocon, dont il faudra bien un jour se débarrasser aussi, comme l'a confirmé samedi Mme Clinton.

Le traité n'a pas été ratifié sans mal, et il est assorti de documents où sont notifiées les réserves de Moscou.

Le point de désaccord fondamental concerne la décision de l'administration Obama de poursuivre la construction en Europe d'un bouclier antimissile. La Russie a fait savoir qu'elle n'accepterait ce projet qu'à condition de pouvoir y participer à part entière.

Première publication : 05/02/2011

  • RUSSIE - ÉTATS-UNIS

    La Douma approuve le traité de désarmement nucléaire Start

    En savoir plus

  • SOMMET DE LISBONNE

    Medvedev confirme que Moscou travaillera avec l'Otan sur le bouclier antimissile

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)