Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Moyen-orient

Le pouvoir et l'opposition parviennent à un premier consensus

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/02/2011

Les participants au dialogue entre le régime égyptien et l'opposition, dont les Frères musulmans de Mohammed Badie (photo), ont décidé de créer un comité pour préparer des amendements à la Constitution d'ici la première semaine de mars.

AFP - Les participants au dialogue entre le régime égyptien et l'opposition, dont les Frères musulmans, ont convenu dimanche de créer un comité pour préparer des amendements à la Constitution d'ici la première semaine de mars, selon le porte-parole du gouvernement, Magdi Radi.

Il y a eu "consensus" sur "la formation d'un comité qui comptera le pouvoir judiciaire et un certain nombre de personnalités politiques, pour étudier et proposer des amendements constitutionnels et les amendements législatifs requis (...) avant la première semaine de mars", a annoncé M. Radi.

LES FRèRES MUSULMANS, AUX PREMIèRES LOGES SUR LES BARRICADES

Les Frères musulmans ont pris part à ces discussions, de même que certains des groupes ayant participé aux manifestations depuis le 25 janvier pour obtenir le départ du président Hosni Moubarak.

C'est la première fois en un demi-siècle que le pouvoir et les Frères musulmans, officiellement interdits, discutent publiquement.

D'après M. Radi, les participants à la séance de dimanche se sont mis d'accord sur "une transition pacifique du pouvoir basée sur la Constitution".

Leur communiqué, lu par M. Radi, propose l'ouverture d'un bureau destiné à recevoir les plaintes concernant les prisonniers politiques, la levée des restrictions imposées aux médias et le rejet de "toute ingérence étrangère dans les affaires égyptiennes".

Le texte appelle aussi à la levée de l'état d'urgence, "selon la situation sécuritaire".

Ces discussions interviennent après des concessions du gouvernement visant à apaiser les manifestants. Mais plusieurs des groupes impliqués dans le mouvement de contestation ont refusé de participer au dialogue tant que le président Moubarak n'aurait pas démissionné.

Le chef de l'Etat a annoncé qu'il ne briguerait pas de nouveau mandant lors de la présidentielle prévue en septembre, mais ne semble pas avoir l'intention de démissionner.
 


 

Première publication : 06/02/2011

  • ÉGYPTE

    Les Frères musulmans acceptent l'offre de dialogue du gouvernement

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Gamal Moubarak, le fils du "raïs", évincé de la direction du parti au pouvoir

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)