Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Moyen-orient

Les islamistes refusent d'intégrer le nouveau gouvernement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/02/2011

Le chef du puissant parti d'opposition du Front de l'action islamique (FAI), cheikh Hamzeh Mansour, a annoncé qu'il avait "refusé" une offre pour participer au nouveau gouvernement jordanien.

AFP - Les islamistes ont "refusé" une offre de faire partie du nouveau gouvernement jordanien, a affirmé dimanche à l'AFP le chef du puissant parti d'oppposition du Front de l'Action islamique (FAI), cheikh Hamzeh Mansour.

"Nous avons reçu une offre d'entrer au gouvernement de M. Maarouf Bakhit que nous avons refusée", a déclaré M. Mansour.

"Je ne peux pas vous donner les détails de cette offre. Tout ce que je peux dire est que notre participation à un gouvernement dans les circonstances actuelles est hors de question", a-t-il ajouté.

M. Mansour a souligné que le FAI ne participerait à un gouvernement que dans le cadre d'un "consensus national après des élections législatives sur la base d'une loi équitable".

Le roi Abdallah II a limogé le 2 février le Premier ministre Samir Rifaï pour calmer la rue qui réclamait son départ, et désigné Maarouf Bakhit en le chargeant d'un vaste programme de réformes politiques et économiques.

M. Bakhit a affirmé samedi à l'AFP qu'il souhaitait former un gouvernement "aussi représentatif que possible", qui comporterait des "personnalités crédibles et proches du peuple". Il a assuré que ce gouvernement serait formé "avant jeudi".

Le Front de l'action islamique (FAI), branche politique des Frères musulmans, a critiqué le choix de M. Bakhit, mais ses dirigeants ont rencontré le Premier ministre désigné, puis le roi Abdallah II. "Nous avons entendu des promesses de réformes, nous attendons des actes", a expliqué un responsable du FAI.

Les islamistes réclament en premier lieu une modification de la loi électorale au système uninominal, qu'ils considèrent à leur désavantage et qui les a poussés à boycotter les dernières élections législatives en novembre.

La Jordanie est en proie à un mouvement de contestation sociale et politique qui s'est traduit par plusieurs manifestations, rappelant celles qui on provoqué la chute du président Zine El Abidine Ben Ali mi-janvier en Tunisie et menacent actuellement le régime du président Hosni Moubarak en Egypte.

Première publication : 06/02/2011

  • JORDANIE

    Le roi Abdallah II nomme un nouveau Premier ministre pour tenter d'apaiser la rue

    En savoir plus

  • JORDANIE

    Des milliers de manifestants à Amman à l'appel des Frères musulmans

    En savoir plus

  • JORDANIE

    Le gouvernement se défend de toute tentative pour étouffer la contestation

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)