Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le Tournoi de printemps de sumo annulé pour la première fois en 50 ans

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/02/2011

Quelques jours après que trois sumos ont admis avoir truqué des combats, l'Association japonaise de sumo (AJS) a annoncé dimanche l'annulation de son Tournoi de printemps. Il s'agit d'une première depuis 1946.

AFP - L'Association japonaise de sumo (AJS) a annoncé dimanche l'annulation de son Tournoi de printemps, pour la première fois depuis 50 ans, après la révélation cette semaine que trois lutteurs au moins ont admis avoir truqué des combats.

Le Bureau de l'association japonaise de sumo a tenu une réunion d'urgence dimanche et décidé d'annuler le tournoi de mars, selon les médias japonais.

Les autorités de ce sport ne pouvaient pas être jointes dans l'immédiat, mais la chaîne publique NHK a indiqué la tenue dans la journée d'une conférence de presse.

Il s'agit de la première annulation d'un tournoi depuis 1946. A l'époque, le bâtiment accueillant les tournois de sumo avait enregistré des retards dans la réparation des dégâts causés par la guerre, selon Jiji Press.

Le début de ce Tournoi de printemps était prévu le 13 mars à Osaka.

En annonçant jeudi que trois lutteurs au moins avaient pour la première fois reconnu avoir truqué des combats, le gouvernement japonais avait parlé de "trahison" à l'égard du sport ancestral nippon, éclaboussé par ce nouveau scandale.

Des soupçons de tricherie planent depuis longtemps sur cette discipline née il y a plus de 1.500 ans et dont l'origine est liée à la religion shintoïste, mais aucun sumotori, nom donné aux lutteurs, n'avait jusqu'ici reconnu se livrer à ce genre de pratique.

L'affaire a été révélée après la découverte par la police de messages sur des téléphones portables d'une douzaine de lutteurs laissant entendre que des combats avaient été arrangés.

Le sumo, réservé exclusivement aux hommes, observe des rites quasi religieux, avec sa gestuelle, ses codes vestimentaires ou le jet symbolique d'une poignée de sel par chacun des lutteurs afin de purifier le ring avant le combat.

Mais au cours des dernières années, les Japonais ont découvert avec effarement que derrière la façade respectable du sport national nippon se cache un monde trouble, où la violence est apparemment monnaie courante et où l'argent sale circule en quantité.
 

Première publication : 06/02/2011

COMMENTAIRE(S)