Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Le PSG s'offre un succès de prestige face au Barça

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Mafalda, une héroïne éprise de paix et de justice

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

Asie - pacifique

Premier contact entre les deux Corées après des mois de vives tensions

Vidéo par Achren VERDIAN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/02/2011

Pyongyang et Séoul ont tenu ce mardi des pourparlers dans la perspective de renouer, à terme, le dialogue. Il s'agit de la première rencontre entre les deux voisins depuis le bombardement nord-coréen sur l'île de Yeonpyeong.

AFP - Les Corées du Nord et du Sud ont tenu mardi leurs premiers pourparlers depuis le bombardement meurtrier en novembre d'une île du Sud par les forces de Pyongyang qui avait encore avivé les tensions entre les deux frères ennemis.

Les discussions hébergées dans "la Maison de la paix", dans le village de Panmunjom, au centre de la zone démilitarisée (DMZ), ont débuté à 10H00 (01H00 GMT) et se poursuivaient dans l'après-midi, selon un porte-parole du ministère sud-coréen de la Défense.

Les deux colonels chargés de mener les débats se sont serré la main avant d'entamer les discussions, selon des photos fournies par le ministère.

Ces discussions ont pour objectif officiel de préparer une rencontre de haut niveau, vraisemblablement entre les deux ministres de la Défense, à une date qui reste à fixer.

Cette première prise de contacts après des mois de vives tensions devait permettre à Séoul de tester les intentions de Pyongyang qui s'était lancé fin 2010 dans une offensive de charme et avait répété vouloir renouer le dialogue.

"Les deux parties ont discuté de l'ordre du jour et de l'organisation d'une recontre à haut niveau", a déclaré Kim Min-Seol, porte-parole du ministère de la Défense. "L'atmosphère était sérieuse et il n'y a pas eu de discussions politiques".

M. Kim a rappelé qu'en préalable à tout dialogue de fond, Pyongyang devait prendre des "mesures responsables" après les récentes attaques et s'abstenir de mener de nouvelles hostilités.

L'année 2010 a été marquée par deux incidents graves, le torpillage en mars d'un corvette sud-coréenne dans lequel 46 marins ont péri et le bombardement en novembre d'une île sud-coréenne qui a tué deux militaires et deux civils.

Le Nord de son côté rejette toute responsabilité dans le torpillage de la corvette malgré les conclusions d'une enquête internationale qui le mettent en cause. Le régime communiste affirme par ailleurs que le bombardement de novembre intervenait en réplique à des manoeuvres sud-coréennes dans la région.

"Il est possible que ces discussions se soldent par un gel des positions de chacun", a déclaré un responsable militaire, cité par l'agence sud-coréenne Yonhap, avant l'ouverture des pourparlers.

"Les deux parties pourraient tenir toute une série de discussions préliminaires", a-t-il ajouté.

La Chine, seul allié de Pyongyang, et les Etats-Unis, allié de Séoul, ont pressé les deux frères ennemis de reprendre la discussion.

Pékin pousse pour une reprise des pourparlers à Six sur le désarmement nucléaire du Nord, mais Washington insiste pour que le Nord discute d'abord avec le Sud.

En réponse au bombardement de novembre, la Corée du Sud a mené une série de manoeuvres. Elle a également renforcé les défenses de l'île visée de Yeonpyeong et de quatre autres îles frontalières.

Selon une source militaire citée par Yonhap, Séoul prévoit par ailleurs de renforcer son corps de marines de 2.000 hommes, pour consolider la défense de cette zone sensible, théâtre d'autres incidents par le passé.

L'armée a également déployé de nouvelles batteries d'artillerie, des systèmes radar de détection d'armement ainsi que des missiles capables de frapper l'artillerie nord-coréenne dissimulée dans des abris souterrains.

Le Sud envisage en outre de déployer des missiles embarqués sur un destroyer de 4.500 tonnes, croisant dans la zone disputée de la mer Jaune, selon une source citée par Yonhap.

Première publication : 08/02/2011

  • CORÉES

    Les deux Corées se mettent d'accord pour engager des pourparlers militaires

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    La Cour pénale internationale ouvre une enquête préliminaire sur Pyongyang

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)