Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste visant la Commission européenne

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski se dit disposé à gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

Le "deux rapports, deux mesures" de Merrill Lynch en Irlande

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 08/02/2011

La banque d’investissement américaine est accusée d’avoir retiré, en 2008, un rapport accablant pour le système bancaire irlandais sous la pression des banques irlandaises elles-mêmes. Résultat : un immense plan de sauvetage.

"Lâches, sales crapauds criminels, proxénètes prêts à vendre vos mères pour une poignée de dollars". Ces mots doux ne proviennent pas d’une querelle de comptoir, mais d’un billet posté ce dimanche sur le très influent blog économique américain The Big Picture au sujet de Merrill Lynch. Son auteur, l’un des plus célèbres journalistes économiques américain, Barry Ritholtz, y dénonce le comportement de la banque d’investissement peu avant l’effondrement de l’économie irlandaise début 2009.

Qu’a donc fait Merrill Lynch pour provoquer une telle ire ? Selon des documents qui ont fait surface ces derniers jours, à la lumière d’une enquête du magazine américain Vanity Fair, cette vénérable institution de Wall Street aurait tout bonnement caché l’état de délabrement réel du système bancaire irlandais. Pire, elle l’aurait fait à la demande de deux des trois principales banques irlandaises (AIB et Anglo Irish) qui étaient également ses partenaires commerciales.

Etape numéro 1 : un rapport accablant disparaît de la circulation

Tout commence en mars 2008, lorsqu’un jeune analyste de Merrill Lynch, du nom de Philip Ingram, soumet et publie un rapport sur l’État des banques irlandaises. Il y est particulièrement critique envers la propension de ces établissements à prêter à tour de bras.

Ce fameux rapport est transmis aux marchés le même mois pour être retiré, d’après le Vanity Fair, dans les heures qui suivent. Quelques mois plus tard, l'auteur dudit rapport, Philip Ingram est même remercié par Merrill Lynch tandis que son travail original subit une réécriture afin de l’expurger des éléments les plus accablants contre les banques irlandaises.

Que s’est-il passé ? L’enquête de Vanity Fair affirme que Merrill Lynch a reçu des coups de fils furieux d’AIB et de la banque Anglo Irish. Il faut dire que le rapport original avait commencé à faire le tour du petit monde de la finance à Londres. En substance, les banques irlandaises auraient menacé d’aller voir ailleurs pour de futurs partenariats.

Etape numéro 2 : Merrill Lynch réécrit l'histoire à la demande de l'Irlande

L’histoire ne s’arrête pas là. Six mois plus tard, Merril Lynch, à la demande du gouvernement irlandais, rédige un mémo de sept pages sur l’état des banques irlandaises. Conclusion de cette étude, facturée 7 millions d’euros à l’État irlandais, "toutes les banques irlandaises sont en bonne santé".

Un état des lieux qui va vite s’avérer pour le moins optimiste. En janvier 2009, l’État irlandais, confronté aux difficultés du secteur bancaire, a été obligé de nationaliser l’Anglo Irish Bank et, un mois plus tard, le gouvernement a dû faire adopter un plan de soutien à l'A.I.B et à Bank of Ireland pour un montant de 7 milliards de dollars.

Première publication : 08/02/2011

  • IRLANDE

    "Le peuple irlandais est en colère", selon Pat Cox

    En savoir plus

  • IRLANDE

    Six milliards d'euros de mesures d'austérité dans le budget 2011 de Dublin

    En savoir plus

  • MONNAIE

    La crise irlandaise menace-t-elle l'euro ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)