Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls en quête de confiance face aux députés

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak?

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Ligue des champions : un Monaco diminué retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama veut envoyer 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

Economie

Le "deux rapports, deux mesures" de Merrill Lynch en Irlande

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 08/02/2011

La banque d’investissement américaine est accusée d’avoir retiré, en 2008, un rapport accablant pour le système bancaire irlandais sous la pression des banques irlandaises elles-mêmes. Résultat : un immense plan de sauvetage.

"Lâches, sales crapauds criminels, proxénètes prêts à vendre vos mères pour une poignée de dollars". Ces mots doux ne proviennent pas d’une querelle de comptoir, mais d’un billet posté ce dimanche sur le très influent blog économique américain The Big Picture au sujet de Merrill Lynch. Son auteur, l’un des plus célèbres journalistes économiques américain, Barry Ritholtz, y dénonce le comportement de la banque d’investissement peu avant l’effondrement de l’économie irlandaise début 2009.

Qu’a donc fait Merrill Lynch pour provoquer une telle ire ? Selon des documents qui ont fait surface ces derniers jours, à la lumière d’une enquête du magazine américain Vanity Fair, cette vénérable institution de Wall Street aurait tout bonnement caché l’état de délabrement réel du système bancaire irlandais. Pire, elle l’aurait fait à la demande de deux des trois principales banques irlandaises (AIB et Anglo Irish) qui étaient également ses partenaires commerciales.

Etape numéro 1 : un rapport accablant disparaît de la circulation

Tout commence en mars 2008, lorsqu’un jeune analyste de Merrill Lynch, du nom de Philip Ingram, soumet et publie un rapport sur l’État des banques irlandaises. Il y est particulièrement critique envers la propension de ces établissements à prêter à tour de bras.

Ce fameux rapport est transmis aux marchés le même mois pour être retiré, d’après le Vanity Fair, dans les heures qui suivent. Quelques mois plus tard, l'auteur dudit rapport, Philip Ingram est même remercié par Merrill Lynch tandis que son travail original subit une réécriture afin de l’expurger des éléments les plus accablants contre les banques irlandaises.

Que s’est-il passé ? L’enquête de Vanity Fair affirme que Merrill Lynch a reçu des coups de fils furieux d’AIB et de la banque Anglo Irish. Il faut dire que le rapport original avait commencé à faire le tour du petit monde de la finance à Londres. En substance, les banques irlandaises auraient menacé d’aller voir ailleurs pour de futurs partenariats.

Etape numéro 2 : Merrill Lynch réécrit l'histoire à la demande de l'Irlande

L’histoire ne s’arrête pas là. Six mois plus tard, Merril Lynch, à la demande du gouvernement irlandais, rédige un mémo de sept pages sur l’état des banques irlandaises. Conclusion de cette étude, facturée 7 millions d’euros à l’État irlandais, "toutes les banques irlandaises sont en bonne santé".

Un état des lieux qui va vite s’avérer pour le moins optimiste. En janvier 2009, l’État irlandais, confronté aux difficultés du secteur bancaire, a été obligé de nationaliser l’Anglo Irish Bank et, un mois plus tard, le gouvernement a dû faire adopter un plan de soutien à l'A.I.B et à Bank of Ireland pour un montant de 7 milliards de dollars.

Première publication : 08/02/2011

  • IRLANDE

    "Le peuple irlandais est en colère", selon Pat Cox

    En savoir plus

  • IRLANDE

    Six milliards d'euros de mesures d'austérité dans le budget 2011 de Dublin

    En savoir plus

  • MONNAIE

    La crise irlandaise menace-t-elle l'euro ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)