Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Collectif"

En savoir plus

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • En direct : le défilé du 14-Juillet sur les Champs Élysées

    En savoir plus

  • EN IMAGES : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

Economie

Le "deux rapports, deux mesures" de Merrill Lynch en Irlande

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 08/02/2011

La banque d’investissement américaine est accusée d’avoir retiré, en 2008, un rapport accablant pour le système bancaire irlandais sous la pression des banques irlandaises elles-mêmes. Résultat : un immense plan de sauvetage.

"Lâches, sales crapauds criminels, proxénètes prêts à vendre vos mères pour une poignée de dollars". Ces mots doux ne proviennent pas d’une querelle de comptoir, mais d’un billet posté ce dimanche sur le très influent blog économique américain The Big Picture au sujet de Merrill Lynch. Son auteur, l’un des plus célèbres journalistes économiques américain, Barry Ritholtz, y dénonce le comportement de la banque d’investissement peu avant l’effondrement de l’économie irlandaise début 2009.

Qu’a donc fait Merrill Lynch pour provoquer une telle ire ? Selon des documents qui ont fait surface ces derniers jours, à la lumière d’une enquête du magazine américain Vanity Fair, cette vénérable institution de Wall Street aurait tout bonnement caché l’état de délabrement réel du système bancaire irlandais. Pire, elle l’aurait fait à la demande de deux des trois principales banques irlandaises (AIB et Anglo Irish) qui étaient également ses partenaires commerciales.

Etape numéro 1 : un rapport accablant disparaît de la circulation

Tout commence en mars 2008, lorsqu’un jeune analyste de Merrill Lynch, du nom de Philip Ingram, soumet et publie un rapport sur l’État des banques irlandaises. Il y est particulièrement critique envers la propension de ces établissements à prêter à tour de bras.

Ce fameux rapport est transmis aux marchés le même mois pour être retiré, d’après le Vanity Fair, dans les heures qui suivent. Quelques mois plus tard, l'auteur dudit rapport, Philip Ingram est même remercié par Merrill Lynch tandis que son travail original subit une réécriture afin de l’expurger des éléments les plus accablants contre les banques irlandaises.

Que s’est-il passé ? L’enquête de Vanity Fair affirme que Merrill Lynch a reçu des coups de fils furieux d’AIB et de la banque Anglo Irish. Il faut dire que le rapport original avait commencé à faire le tour du petit monde de la finance à Londres. En substance, les banques irlandaises auraient menacé d’aller voir ailleurs pour de futurs partenariats.

Etape numéro 2 : Merrill Lynch réécrit l'histoire à la demande de l'Irlande

L’histoire ne s’arrête pas là. Six mois plus tard, Merril Lynch, à la demande du gouvernement irlandais, rédige un mémo de sept pages sur l’état des banques irlandaises. Conclusion de cette étude, facturée 7 millions d’euros à l’État irlandais, "toutes les banques irlandaises sont en bonne santé".

Un état des lieux qui va vite s’avérer pour le moins optimiste. En janvier 2009, l’État irlandais, confronté aux difficultés du secteur bancaire, a été obligé de nationaliser l’Anglo Irish Bank et, un mois plus tard, le gouvernement a dû faire adopter un plan de soutien à l'A.I.B et à Bank of Ireland pour un montant de 7 milliards de dollars.

Première publication : 08/02/2011

  • IRLANDE

    "Le peuple irlandais est en colère", selon Pat Cox

    En savoir plus

  • IRLANDE

    Six milliards d'euros de mesures d'austérité dans le budget 2011 de Dublin

    En savoir plus

  • MONNAIE

    La crise irlandaise menace-t-elle l'euro ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)