Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Bruno Le Roux : il est "indigne" de servir du drame de Sivens

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Tibéhirine : "Nous voudrions expertiser nous-mêmes" les prélèvements, dit Trevidic

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

FOCUS

Liban : retour sur les affrontements à Tripoli

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Barrage de Sivens : après le drame, l'instrumentalisation politique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fondation Louis Vuitton : montez à bord du navire de Frank Gehry !

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un soldat français tué , 2 autres blessés dans le nord du Mali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sofia Amara, auteur d'"Infiltrée dans l'enfer syrien"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : bras de fer pour le Sénat

En savoir plus

FRANCE

Le professeur à l'origine du premier "bébé-médicament" déplore le retard français

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/02/2011

Le Pr Frydman, dont l'équipe a permis la naissance du premier "bébé-médicament" en France, dénonce le retard pris par l'Hexagone en matière de procréation assistée. Selon lui, le "maquis de précautions sur le plan législatif" entrave les progrès.

AFP - Le Pr René Frydman a dénoncé mardi le "maquis de précautions sur le plan législatif" qui entravent les progrès sur la procréation assistée après avoir annoncé la première naissance en France d'un "bébé du double espoir" - ou "bébé-médicament" -, qui a suscité quelques vives réactions.

Le petit garçon, Umut-Talha (en turc "notre espoir") est né le 26 janvier par fécondation in vitro après un double diagnostic génétique pré-implantatoire (DPI) permettant le choix des embryons.

Les spécialistes parlent de "bébé du double espoir" car les méthodes utilisées pour aboutir à sa naissance offrent aux parents à la fois l'espoir d'avoir un enfant qui ne souffrira pas d'une grave maladie comme ses aînés et qui permettra aussi de soigner l'un d'entre eux.

Au cours d'une conférence de presse, le professeur Frydman, à l'origine de cette première française, a déploré "le maquis de précautions sur le plan législatif" qui contribue au retard français dans ce domaine. "A force de vouloir mettre de l'idéologie sans cesse", cela "bloque les choses".

"Il nous faut une loi qui nous permette de développer l'innovation et la recherche pour améliorer la qualité des soins", a-t-il dit en évoquant les lourdeurs de la loi de bioéthique dont l'examen devait débuter mardi après-midi à l'Assemblée nationale.

Il a également pointé les influences idéologiques à l'oeuvre qui font peser des "menaces" sur l'exercice de cette médecine de la procréation alors qu'on est dans un "état laïc".

Le cardinal André Vingt-Trois, président de la Conférence des évêques de France, s'est déclaré "tout à fait opposé" à la conception de bébés-médicaments.

"Je salue bien sûr le prodige que constitue cette naissance", a-t-il dit, mais cela signifie qu'on va "utiliser quelqu'un au service exclusif de quelqu'un d'autre", que "cet enfant est un instrument pour essayer de guérir un autre enfant". "Allons nous devenir des instruments ? J'y suis tout à fait opposé", a ajouté le prélat.

La présidente du Parti chrétien-démocrate (PCD), Christine Boutin, a également dénoncé une "instrumentalisation de la personne".

"On a franchi un pas excessivement grave. Avec un tel +progrès+, l'homme devient un objet de consommation et un matériau", a jugé Mme Boutin demandant "au politique de se saisir de la question et d'empêcher que des personnes humaines soient traitées comme des sous-hommes".

Grâce à une procédure de double DPI, l'enfant né à l'hôpital Antoine Béclère (Clamart) a permis à ses parents d'avoir un enfant en bonne santé, mais qui permettra aussi, avec le sang de son cordon ombilical, de soigner sa soeur aînée atteinte d'une maladie génétique grave, la bêta-thalassémie.

Au delà de cette naissance pour l'instant exceptionnelle de "bébé-médicament", le diagnostic pré-implantatoire (DPI), après fécondation in vitro, sert simplement à détecter des maladies extrêmement graves afin de permettre aux parents d'espèrer un bébé qui en soit indemne.

Trois centres sont autorisés en France à faire des DPI par l'Agence de la Biomédecine.

"Cela fait dix ans que l'on fait du DPI - 165 enfants sont nés grâce au DPI (leur évitant de voir le jour avec des maladies telles que la mucoviscidose, l'amyotrophie spinale, des maladies mitochondriales, de l'X fragile, des maladies amyloïdes du foie, des translocations chromosomiques...) dans notre centre" Béclère-Necker, selon le professeur Frydman. "Treize autres sont en route", a-t-il indiqué.
 

Première publication : 08/02/2011

  • MÉDECINE

    Pour la première fois, un "bébé-médicament" est né en France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)