Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tchadiens bientôt privés de sol américain

En savoir plus

LE DÉBAT

Kurdistan irakien : les Kurdes en position de force ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Kurdistan irakien : les Kurdes en position de force ?

En savoir plus

FOCUS

Pologne : le gouvernement défie l'UE avec ses réformes de la justice

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand méchant zouk" rend hommage à Patrick Saint-Éloi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Les marchés prudents après la victoire d'Angela Merkel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le crépuscule d'Angela Merkel"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Sénat résiste à la vague Macron"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Enfermer la femme, c'est s'emprisonner soi-même"

En savoir plus

EUROPE

La justice demande le renvoi immédiat de Berlusconi devant un tribunal

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/02/2011

Dans l'affaire du Rubygate, le parquet milanais a demandé, ce mercredi, le renvoi immédiat du président du Conseil italien Silvio Berlusconi devant un tribunal. Il est accusé d'avoir eu des relations sexuelles avec une prostituée mineure.

AFP - Le parquet de Milan (nord) a annoncé mercredi avoir demandé le jugement immédiat de Silvio Berlusconi dans le Rubygate, pour recours à la prostitution de mineure et abus de fonction.

"La situation va devoir se débloquer rapidement"

Dans un communiqué du parquet distribué à la presse, le parquet a indiqué avoir "transmis au juge des enquêtes préliminaires la requête de jugement immédiat sur la base de l'évidence de la preuve".

M. Berlusconi fait l'objet depuis le 21 décembre d'une enquête dans le Rubygate pour avoir rémunéré les prestations sexuelles d'une mineure, la Marocaine Karima El Mahroug, alias Ruby, et pour avoir commis un abus de fonction en la faisant libérer après son interpellation en mai dernier.

La demande de jugement immédiat sur laquelle devra statuer un autre magistrat du tribunal de Milan -- le juge des enquêtes préliminaires -- est une procédure accélérée qui part du principe que la preuve est "évidente".

Les procureurs ont également dit avoir envoyé un "mémoire" dans lequel ils rejettent la possibilité que ces délits aient été commis par M. Berlusconi en tant que président du Conseil. Il n'y a pas eu selon eux de "délits ministériels", ont-ils dit dans leur communiqué.

Les avocats du Cavaliere ont défendu la thèse selon laquelle le Premier ministre serait intervenu en faveur de Ruby parce qu'il était convaincu qu'elle était la "nièce du (président égyptien Hosni) Moubarak" et donc pour préserver les bonnes relations entre les deux pays.

Première publication : 08/02/2011

  • ITALIE

    Une deuxième prostituée mineure participait aux "fêtes" de Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • ITALIE

    Empêtré dans le "Rubygate", Silvio Berlusconi exclut de démissionner

    En savoir plus

  • ITALIE

    Ruby, celle par qui le nouveau scandale sexuel de Berlusconi est arrivé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)